En exclusivité sur l'Etoile de Normandie (et de source syndicale) nous avons le plaisir de vous faire découvrir l'organigramme qui a été dévoilé vendredi 1er avril 2016 par Hervé MORIN, le président de la région de Normandie.

Résultat de recherche d'images pour

Alors que notre pays s'est mobilisé, une nouvelle fois, au cours d' une journée nationale de protestation contre la réforme (inutile ou maladroite) du code du Travail décidée par l'actuel gouvernement...

Au moment où le président de région de Normandie risque d'être le premier président d'une région nouvellement créée (sera-t-il le seul?) à présenter une organisation des ressources humaines qui tente de prendre au sérieux le défi d'une fusion régionale au nom du beau projet de faire renaître l'unité normande pour faire de la Normandie la seule véritable région de France désormais sur la carte...

Résultat de recherche d'images pour

Alors qu'ailleurs, dans les grands machins néo-régionaux créés par la réforme territoriale, il a été décidé d'urgence de ne rien décider en terme de fusion et de réorganisation concrètes des administrations régionales (en attendant les grandes échéances politiques de 2017)...

Alors que le gouvernement n'a anticipé aucune des conséquences concrètes de sa réforme de fusion régionale en matière de ressources humaines...

Et que du côté de Bruxelles, la Commission européenne commence à comprendre qu'elle s'est faite roulée par Manuel Valls lorsque ce dernier lui avait promis au printemps 2014 que la France serait capable de mener une grande réforme institutionnelle "structurelle" afin de faire baisser durablement le déficit public (c'est, en fait, l'inverse qui va se produire avec cette réforme territoriale qui devait faire des milliards d'économies...). Mais surtout parce que cette réforme "régionale" a été menée de façon... jacobine:

http://dominiquegambier.fr/2016/03/reforme-territoriale-la-france-critiquee-par-leurope/

Hervé Morin voudrait démontrer qu'il préside, non seulement la seule vraie région de France mais surtout la région pilote et laboratoire où la fusion administrative régionale pourra être effective dès la première partie de l'année 2016, avec pour objectif, de négocier en position de force avec l'actuel gouvernement, une ralonge budgétaire et un instrument de gestion pour accomplir réellement en Normandie, la réforme territoriale qui demeure impossible à mener concrètement ailleurs, à cause de l'extrême complexité des situations (embroglio du "Grand Est"), en l'absence de moyens mis en oeuvre par l'Etat pour accompagner les nouveaux exécutifs régionaux dans ce chantier redoutable puisque l'Etat "déconcentré en régions" s'est, avant tout, préoccupé de sa propre réorganisation en laissant les conseils régionaux se débrouiller seuls au nom du principe constitutionnel de la libre administration des collectivités territoriales au sein de la République Française.

Bref! Le gouvernement avait vendu sa réforme territoriale au printemps 2014 en utilisant l'argument publicitaire de la nécessité de faire l'unité normande. Dont acte! La Normandie unifiée et fusionnée sera la région modèle qui doit montrer que cette réforme est réalisable.

Hervé Morin, sur ce dossier essentiel comme sur l'autre (celui de la prise de gouvernance des Intercités), montre la bonne volonté normande... à condition qu'elle soit enfin payée à son juste prix!


 

Voici donc, ci-après l'organigramme (dans les grandes lignes) de la région Normandie qui sera présenté officiellement le 31 mars 2016:

Pour résumer les grands principes qui ont présidé à sa définition on dira:

1) Respect de l'équilibre entre l'abbaye aux dames caennaise, siège du Conseil Régional et la caserne Jeanne d'Arc rouennaise (voir le code couleur)

2) Indépendance "girondine" de la nouvelle institution régionale normande face à l'Etat déconcentré en région Normandie afin d'éviter un effet miroir ou doublon par excès de co-pilotage ou de co-animation avec les services de l'Etat: il y a certes, une préfète de région en Normandie (à Rouen)  mais surtout un président de région en Normandie (à Caen mais aussi à Rouen...)

Résultat de recherche d'images pour    Résultat de recherche d'images pour

Au niveau des effectifs, les deux sites caennais et rouennais comporteront respectivement 600 agents.

L'action régionale sera organisée par pôles spécialisés chapeautés par 5 directeurs généraux adjoints (DGA) ayant sous leur autorité 20 directeurs, sachant que pour certaines missions, le maintien de la proximité a été privilégié  avec une répartition équilibrée entre l'abbaye aux dames caennaise et la caserne Jeanne d'Arc rouennaise (ex: guichet unique DRH; les cinq services du système informatique; DBR...)

Ainsi, la méthode caennaise de gestion des fonds européens a été jugée suffisamment pertinente pour être généralisée à partir du site caennais et rouennais.

En outre, le recours aux mobilités des personnels a été réduit au minimum. Néanmoins, il y en aura et une enquête auprès des personnels concernés va prochainement commencer pour savoir qui de Rouen voudrait aller à Caen et vice-versa. Enfin le suivi des carrières des personnels sera renforcé tandis que la formation interne des personnels devrait être réellement assurée par l'institution régionale elle-même.

organigramme

La présentation officielle d'Hervé MORIN:

Madame, Monsieur,

Comme je vous l’avais annoncé en venant vous rendre visite dans votre service et lors de notre première rencontre le 4 février dernier, je suis aujourd’hui en mesure de vous présenter, dans une première configuration par sites et par périmètres, le projet d’organigramme des services du Siège de la Région. Je rappelle que cette organisation est construite sur le principe de la mobilité fonctionnelle et exclut toute mobilité géographique forcée.

Le scénario ainsi obtenu est issu de rencontres avec les agents et de l’identification des différents « modes de faire » entre les deux sites.

Il permet de respecter les engagements que j’avais pris auprès de vous et de vos représentants, à savoir :

- Répartir de manière équitable  les effectifs présents entre Rouen et Caen,

- Conserver des directions opérationnelles sur les deux sites,

- Regrouper des DGA par site et en scinder une sur les deux sites (il y en aura finalement 5) afin de respecter au mieux l’équilibre initialement annoncé.

Le travail entrepris va se poursuivre en avril avec vos chefs de services et vous-mêmes afin d’affiner ce schéma d’organisation et de croiser, en parallèle, vos compétences et vos aspirations avec les besoins qui seront définis dans chaque direction.

Sur cette période, un premier questionnaire va vous permettre d’indiquer si vous souhaitez continuer à travailler dans le même champ de métiers, dès lors que votre service reste sur le même site. Un deuxième questionnaire engageant permettra de faire des vœux de mobilité à partir d’une liste reprenant les missions demeurées vacantes. Comme évoqué lors de nos échanges de ce jour, tous les cas qui ne rentrent pas dans ce dispositif feront l’objet d’un suivi personnalisé particulier.

Enfin, pour accompagner votre réflexion et faciliter vos choix, un forum des métiers sera organisé mi-avril et permettra à chaque direction de présenter ses domaines de compétences, les métiers qui la composent et ses grands principes de fonctionnement.

Je tiens d’ores et déjà à vous remercier, ainsi que vos représentants pour votre participation active à cette démarche de fusion, base de la réussite de la nouvelle Région Normandie.

 


 

Commentaire de Florestan:

Il semble que la question immense de la fusion des ressources humaines pour créer une nouvelle administration régionale a été sous-estimée par tout le monde.

Par le gouvernement, c'est le moins que l'on puisse dire! Mais aussi par Hervé Morin qui avait peut-être envie d'attaquer au plus vite le bois dur des grandes urgences normandes qui se font si lancinantes depuis tant d'années tel un Bonaparte normand devant réussir le défi des Cent jours avec une intendance condamnée à suivre...

Mais face à la désinvolture du gouvernement, face à l'impéritie de la majorité régionale normande fabiusienne qui n'a pas voulu trancher l'essentiel, entre Caen et Rouen à cause du surplomb fabiusien rouennais qui a jeté son ombre froide sur le dossier normand jusqu'aux éléctions régionales, Hervé Morin a été contraint de prendre la juste mesure du sujet:

La renaissance de la Normandie doit être aussi l'occasion d'une consolidation décisive de l'institution régionale après plus de trente années d'existence dans le cadre d'une décentralisation dont le pacte financier vole aujourd'hui en morceaux du fait du retrait irresponsable d'un Etat jacobin qui n'a plus les moyens de son autorité jacobine:

Le moment régional-girondin est donc arrivé.

Les Jacobins et leurs affidés localistes (ou départementalistes qui pensent contrôler quelque chose au sein de la nouvelle institution régionale normande) doivent se faire une raison: ils ont perdu la main!