Ouest-France toujours prompt à relayer les combats d'arrière-garde de ceux qui refusent encore les réalités de l'évidence normande nous relate le volontarisme sinon l'agacement justifié d'Hervé MORIN face à la mauvaise volonté de certaines ligues ou fédérations sportives normandes qui refusent la nouvelle réalité de l'unité normande, à commencer par les deux ligues de football.

Résultat de recherche d'images pour "ballon foot dégonflé"

Alors, la Normandie? J'en n'ai rien à foot!

Mais cette mauvaise volonté ne devrait pas durer s'ils souhaitent avoir l'argent du conseil régional de Normandie d'ici 2017, si le Stade Malherbe de Caen veut se maintenir durablement en ligue 1. Et puis, de toute façon, le recours au Panama c'est terminé et Ouest-France supporte d'abord le Stade Rennais: le crétin borné encore à la tête de la Ligue de football de Basse-Normandie n'a plus d'autres solutions que d'accepter l'évidence normande ou de... démissionner!

http://www.ouest-france.fr/normandie/la-difficile-fusion-des-ligues-de-football-3452509


 

Fusion des ligues : « Il a fallu trancher », selon Hervé Morin
Ouest France. Publié le 5 avril 2016

Par Janlou CHAPUT (journaliste clochemerleux caennais)

Afficher l'image d'origine


Le 31 mars, le président de la région Hervé Morin a réuni les représentants du sport normand à l’Abbaye aux Dames de Caen pour échanger sur la politique sportive régionale.


Trois questions à…Hervé Morin, Président du Conseil régional de Normandie  

 

  • Vous souhaitez une fusion rapide des ligues. Vous doutiez-vous des réactions dubitatives dans l’assistance au moment de cette annonce ?

Oui, parce que j’avais déjà eu des réunions de travail préalables sur ce qu’on pourrait faire en matière sportive dans la région. J’avais déjà dit qu’il fallait que ça aille vite et j’avais vu qu’il y avait des remous. Il ne pouvait pas en être autrement.  

 

  • Comprenez-vous ces questionnements de la part des représentants ?

Non. J’ai organisé la fusion d’un Conseil régional, avec 600 salariés, en moins de temps. Pourquoi certaines fédérations traînent la patte ? C’est seulement des questions politiques, de temps, d’organisation, pour que les uns puissent prendre la main. Ce n’est que ça le sujet, il ne faut pas se raconter d’histoires et se trouver des excuses. Moi je demande seulement à traiter avec un seul interlocuteur et non pas deux en 2017. Après, ils se débrouillent entre eux pour en désigner un parmi les ligues n’ont pas fusionné en fin d’année, cette option me convient très bien. Mais de toute façon, ça ne concernera pas grand monde.  

  • Caen capitale du sport normand ? Pourquoi cette décision ?

J’ai rencontré l’ensemble du personnel de la région, pour leur parler de l’organigramme qui avait été décidé. Comme on ne peut pas obliger nos salariés à se déplacer mais qu’on peut les changer de fonctions, il a fallu se réorganiser. Ainsi, on a deux directions générales adjointes à Caen, tout autant à Rouen, et une cinquième située à cheval sur les deux sites. Il a fallu trancher. On a décidé de placer la jeunesse et les sports à Caen. C’était un équilibre et une cohérence dans la mesure où j’ai construit un projet sur la spécialisation des pôles.