Samedi 2 avril 2016, à la Mailleraye sur Seine, le collectif citoyen et républicain "Bienvenue en Normandie" ainsi que d'autres associations et organisations normandes ayant la défense et la valorisation de la Normandie comme raison sociale a été invité par le Mouvement Normand pour un tournant important dans l'histoire du régionalisme normand:

Résultat de recherche d'images pour

Le retrait officiel de Monsieur Didier Patte de la présidence du Mouvement Normand qu'il avait fondé en 1969 avec le député gaulliste Pierre Godefroy et le député socialiste Freddy Deschaux-Beaume, dans le but de constituer un groupe de pression politique trans-partisan pour défendre l'intérêt général de la Normandie alors que le Général de Gaulle venait d'échouer, hélas, dans un triste moment référendaire, pour mettre en oeuvre un ambiteux programme de réformes (la décentralisation démocratique et la participation sociale des salariés à la gestion des entreprises) qui aurait pu transformer la face de la France (et certainement nous épargner la triste situation politique dans laquelle nous sommes).

Nous tenons à insister sur le contexte de la création du Mouvement Normand, à savoir les derniers feux d'une grande politique nationale réformiste vers plus de démocratie territoriale et sociale et... les quelques quarante années de stagnation qui suivirent dans la stérilité politicienne et idéologique sur la question, justement, de la démocratisation de la démocratie en prenant le cadre régional au sérieux et la création d'une authentique et concrète organisation sociale de l'économie:

Le rêve gaullien, celui d'un catholicisme social lié à la souveraineté nationale, dernier avatar de l'universalisme républicain à la française a été fracassé par la normalisation néo-libérale venue des Etats-Unis dans les années 1970/1980 à la faveur du néo-Kennedysme un peu bidon voire ringard, d'un Pompidou ou d'un Giscard et surtout par le cynisme de la gauche de gouvernement mitterrandienne qui, après l'échec d'un programme commun trop idéaliste, a choisi le parti de l'adaptation, dans l'austérité, de l'exception française à la Mondialisation libérale sur le standard américain par le truchement d'une construction européenne qui, aujourd'hui, risque l'effondrement...

Ces quarante années furent aussi celles de la stérilité normande dans la division administrative entre Haute et Basse Normandie validée en septembre 1973 par l'autoritaire Pompidou constatant la mésentente durable entre grands élus normands pour ne faire qu'un seul établissement public régional normand.

Puis la servitude de tous les sentiers politiciens a fait le reste: la Normandie divisée est passée à côté des quelques bienfaits de la prudente décentralisation lancée par le pouvoir mitterrandien des années 1980, elle a notamment loupé la métropolisation régionale. La proximité de la région parisienne n'expliquant pas tout.

Afficher l'image d'origine

Pour le Mouvement Normand et pour tous les régionalistes normands ces années 1980/2000 furent comme une longue et éprouvante traversée du désert au sens biblique de l'expression: maintenir la flamme normande, prendre en charge l'intérêt général normand, porter une vision globale normande et la défendre sur tous les sujets car les institutions et les pouvoirs qui auraient dû le faire ne le faisaient pas, puisque la Normandie n'existait officiellement pas.

Traversée biblique du désert de la division normande. Car dans ce désert stérile que fut aussi la relégation de l'idée régionale normande dans la minorité politique ou idéologique, certaines tentations eurent lieu, certains compagnons de route auront pu se fourvoyer dans des idées extrémistes pour le moins inutiles au combat général et principal pour la cessation du mépris de la Normandie et le retour à son unité.

Puis vint le printemps 2014, alors qu'on y croyait plus: la décision venue du plus haut sommet de l'Etat tombe. La Normandie va, de nouveau, pouvoir exister institutionnellement et politiquement en tant que telle.

Afficher l'image d'origine

 

A l'appel de notre Collectif citoyen et républicain "Bienvenue en Normandie", tous les militants normands s'étaient mobilisés le 10 mai 2014 au pied du Pont de Normandie pour exiger seulement la réunification normande alors qu'il était question d'une vaste fusion régionale du Mont St Michel à la frontière belge: il a fallu se battre jusqu'au bout!

Cette décision restera, peut-être, comme la seule bonne décision historique de François Hollande en tant qu'homme d'Etat, décision prise devant la force morale du prestige normand, à quelques jours de commémorer le 70ème anniversaire du débarquement de 1944 sur les plages normandes...

Afficher l'image d'origine

Didier Patte et ses amis ont donc cheminé tous ensemble dans cette stérilité et l'année 2016 est heureusement bien plus pour le président fondateur du Mouvement Normand que le moment du Mont Nébo ne le fut pour le vieux Moïse: nous avons tous vu enfin, du moins ce qui sont encore vivants, parmi ceux et celles qui militèrent au Mouvement Normand ou ailleurs, la réunification de la Normandie, tant espérée par nous tous!

C'est le moment historique choisi par Didier PATTE de quitter la direction du Mouvement Normand car après avoir préservé l'idée d'unité normande pendant plus de 40 années, il faut, dorénavant, la mettre concrètement en oeuvre: ce sera le travail d'une nouvelle génération de militants et de militantes de la Normandie, dont nous sommes...

  • Voir ci-après, l'article du Courrier cauchois paru le 8 avril 2016:

Didier_patte_1

Didier_patte_2