Plus de 70 ANS après, on a enfin une considération institutionnelle pour eux. Pour le courage, la fierté sourde et souffrante qu'ils ont depuis en eux. Cette reconnaissance officielle tardive du martyre des populations civiles normandes "au feu" de l'été 1944 pour commencer la Libération de la France et de l'Europe (Allemagne nazie compris) s'est faite en deux points importants qui furent solennement présentés par François HOLLANDE, président de la République à l'occasion du 70ème anniversaire du débarquement de juin 1944 en Normandie:

Afficher l'image d'origine

1) L'octroi de la réunification historique de la Normandie dans le cadre de la réforme territoriale, le mardi 3 juin 2014, deux jours avant les festivités internationales de Ouistreham commémorant l'anniversaire du DDay devant plus de 150 chefs d'état.

2) L'annonce par le président de la République lors de son discours prononcé devant le Mémorial de Caen, le 6 juin 2014, de la création d'un Mémorial dédié pour la première fois aux victimes civiles de la guerre qui sera implanté à Falaise.

affiche musée Mémorial des civils dans la guerre Falaise - avril 2016

 

https://www.facebook.com/LeMemorialDeFalaise/

Le 9 mai 2016, ce Mémorial de Falaise (antenne de celui de Caen) va enfin ouvrir ses portes au public. On y trouvera toute une série d'objets et de mise en scène qui vont permettre de nous replonger dans la nuit de l'Occupation nazie et dans l'aube infernale de la Libération. On y trouvera surtout les témoignages des témoins encore vivants qui parlent avec force et émotion de ce qu'ils ont vu et subi: la guerre est une belle saloperie, que cela soit à Rouen dès avril 1944 ou Caen et Saint Lô en juillet 1944 ou Le Havre en septembre 1944. Mais aussi en 2016 à Alep.

Le Mémorial de Falaise abordera de front, la question très sensible de l'urbicide, c'est à dire, l'écrasement de villes entières sous les bombes avec leurs habitants s'il n'était pas possible de faire autrement. Désormais, l'urbicide est considéré comme un crime de guerre: ça a commencé avec Guernika et Coventry avec les fascistes et cela aurait dû rester le triste privilège des fascistes. Mais ça a pris une ampleur terrible, comme le gonflement d'un orage énorme porté par les ailes meurtrières du général Harris au dessus des villes allemandes, puis françaises et normandes à partir de 1944 puis encore allemandes (Dresde en février 1945) avant une apothéose d'apocalypse sur deux villes japonaises en août 1945...

Vire, le centre ville après le bombardement aérien des Alliés.

Il faut donc écouter avec piété ces témoignages. Ils témoignent de l'humanité qui n'est jamais autant humaine que lorsque les hommes s'en prennent à d'autres hommes dans l'enfer nihiliste d'une guerre.

L'été normand de 1944, comme tous les étés normands fut une explosion de sève, une montée des fleurs, des fruits et du lait. Ce fut un carnage nihiliste pour permettre à Madame Liberté d'entrer: dans les prés dévastés par les trous de bombes, les vaches blessées hurlent leur douleur et bientôt les cadavres des animaux ou des hommes embaument la vitale campagne normande d'une sinistre odeur de mort...

Afficher l'image d'origine

 Dans l'enfer de la poche de Falaise et de... Chambois, au coeur de l'été 1944

http://www.ranes1944.org/RanesFromentel.html

Pour épargner le reste de la France et éviter à Paris le sort de Varsovie, la Normandie fut sacrifiée. Et dans une colère au goût de sang qui jamais ne s'exprimera et qui sera lavée à grande eau dans la Liberté enfin retrouvée, l'humanisme normand a été refondé.

"On ne peut pas rester sous les bombes, on ne peut pas. C'est pourquoi les réfugiés, les gens que l'on voit maintenant qui fuient la guerre, il faut savoir ce que c'est, on ne peut pas rester dans la guerre!"

"On se trouve dans des circonstances telles qu'il n'y a plus le choix: ou vous êtes nul ou vous êtes brave..."


 

  • Sur le site de France 3 Normandie, il est possible de découvrir en avant-première, une partie de ces témoignages qu'il faut absolument écouter:

http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/calvados/seconde-guerre-mondiale-les-civils-temoignent-de-leur-vie-quotidienne-au-musee-memorial-de-falaise-983786.html

© France 3 Normandie

  • Et parmi ces témoins valeureux de premier plan de la tragédie de 1944, il y avait Jean-Marie Girault qui vient de nous quitter:

Girault