Près de 90% des entreprises normandes sont des PME ou des TPE voire des entreprises artisanales familiales et individuelles:

La grande industrie est très puissante en Normandie mais elle est très géographiquement concentrée et spécialisée. En revanche, le savoir-faire industriel est profondément diffusé dans la société civile normande, une société historiquement rurale où les savoir-faire agricole et industriel ou artisanal étaient intimement liés au point qu'aujourd'hui encore, une majorité des ouvriers de l'industrie normande vivent ... à la campagne!

L'industrie normande est donc caractérisée par sa dissémination sur le territoire: le jeune qui voudrait se former trouvera donc près de chez lui, s'il est motivé, un savoir-faire industriel traditionnel ou innovant, souvent de très haute qualité, lorsqu'une tradition ancestrale s'est modernisée dans le cadre plus précis et protecteur des certifications, des labelisations ou du brevet. Ce qui explique qu'on trouve des "pépites" leader mondiaux dans leur spécialité au fin fond du bocage!

Résultat de recherche d'images pour "musée lesecq de tournelles"

Extraordinaire serrure conservée au musée Lesecq des Tournelles à Rouen: autrefois, on mettait beaucoup d'exigence à fabriquer des objets... exigeants!

Voilà un premier élément qui pourrait expliquer que la Normandie puisse développer favorablement l'apprentissage. L'autre élément c'est que cette région, héritière d'une grande tradition rurale humaniste et individualiste, a pris l'habitude de privilégier la formation et la transmission concrète sur le tas, entre jeunes et adultes au détriment, il est vrai, d'une plus grande ambition scolaire pour aller chercher le meilleur diplôme possible: en Normandie, pays du pragmatisme, l'expérience compte plus qu'un bout de papier fut-il officiellement tamponné par Monsieur le Recteur de l'Académie...

On dira donc que les Normands, sur ce point, ont les défauts de leur qualités et s'il faut développer l'apprentissage (c'est une nécessité) il faudrait veiller aussi et surtout à corriger les effets pervers du pragmatisme normand: une expérience réelle insuffisamment reconnue faute d'être diplômée avec, pour conséquences, des salaires faibles.

Tant qu'on avait une économie nationale relativement protégée, ce pragmatisme normand valorisant l'expérience concrète et les savoir-faire qui allaient de soi pouvait fonctionner. Aujourd'hui, c'est fini: plus rien ne va plus de soi. Il faut désormais prendre conscience que la forme est aussi importante que le fond, que le contenant vaut autant que le contenu, que la qualité du bien-être d'un apprenti ou d'un salarié est tout aussi importante que la qualité du savoir-faire ou celle du produit final: certains métiers (en fait tous les métiers) sont nobles car ils sont exigeants pour tout le monde: pour l'employeur, l'employé mais aussi pour le client qui doit savoir que la qualité a un coût.

Conclusion: un métier noble est un métier qui ne doit pas faire fuir les jeunes ou écoeurer les consommateurs quand ils découvrent certains secrets de fabrication!

La Normandie doit donc être la terre de la qualité industrielle puisqu'elle doit être aussi la terre de la qualité humaine.


 

Lire ci-après (source Ouest France):

apprentissage