Encore un dossier emblématique des urgences normandes en matière d'emploi: celui de l'embouteilleur SIDEL au Havre avec un plan de licenciement qui semble devenir inévitable!

Résultat de recherche d'images pour

Toute la question est maintenant de savoir si ce dossier pourrait être éligible à une quelconque aide de la future Agence de Développement de Normandie sur laquelle, les Fabiusiens faisaient de l'ironie facile quand ils disaient que l'ADN serait surtout celle des "canards boîteux"...  On aurait aimé les voir plus investis sur ce dossier qui est politiquement porté par Sébastien Jumel, le maire PCF de Dieppe et président du seul vrai groupe politique de gauche au conseil régional de Normandie: on a déjà vu, lors d'une récente commission permanente, qu'Hervé Morin et Sébastien Jumel pouvaient s'entendre parfaitement dès qu'il s'agit de défendre les intérêts des citoyens et salariés normands (en l'occurence  en refusant d'approuver la carte hospitalière concoctée par l'Agence Régionale de la Santé aux ordres de l'actuel gouvernement Valls-Hollande).

Il va sans dire que Sébastien Jumel fera encore politiquement tout ce qui lui sera possible de faire pour sauver SIDEL: en parler avec Hervé Morin...


 

http://www.ouest-france.fr/normandie/sidel-pres-du-havre-des-licenciements-secs-4208632

Sidel près du Havre : des licenciements secs

Au sein de l’usine située près du Havre, vingt-trois salariés seront finalement concernés par des licenciements secs.

Lors d'une manifestation avec des salariés de Sidel en octobre dernier.

À Octeville-sur-Mer, à une dizaine de kilomètres du Havre, les candidats au départ ont eu plus de deux mois pour se faire connaître chez Sidel, fabricant de machines d’embouteillage de bouteilles en plastique, employant 800 salariés.

Au final, lundi soir, date de clôture de la phase de volontariat, le compte n’est pas là. Les volontaires ne sont pas suffisamment nombreux pour compenser le nombre de postes supprimés.

Sur les 92 départs attendus - contre 185 en septembre 2015 à l’annonce du plan social par la direction - 69 salariés ont décidé de quitter l’entreprise. Il y aura donc finalement 23 licenciements secs.