Et on espère bien que le second plus grand carillon de France (64 cloches y compris le bourdon Jeanne d'Arc) jouera l'hymne normand "j'irai revoir ma Normandie" composé en 1836 par le chansonnier rouennais Frédéric Bérat qui était, à l'époque, à ce point populaire qu'on l'avait surnommé "la Marseillaise des sentiments"...

Les sentiments... Justement!

La cathédrale de Rouen ne peut que les éveiller en suscitant émotion et contemplation. Mais aussi et surtout la fierté d'une Normandie grandiose et prestigieuse faite pour durer dans la solidité de la pierre et la solidarité des Hommes après avoir traversée les pires vicissitudes: elle doit désormais traverser le présent pour persister dans son être dans l'avenir malgré la pollution de l'air (la cathédrale) et la mesquinerie nihiliste de tous ceux et celles qui ne croient pas possible un projet normand...


 

Rouen Images. À la cathédrale de Rouen, les cloches du carillon font un retour spectaculaire

http://www.normandie-actu.fr/images-a-la-cathedrale-de-rouen-les-cloches-du-carillon-font-un-retour-spectaculaire_201704/comment-page-1/#comment-216451

Après avoir été exposées pendant un mois, les cloches du carillon de la cathédrale de Rouen sont en phase de réinstallation. Une opération spectaculaire, qui dure deux jours.

Mise à jour : 09/05/2016 à 14:11 par Fabien Massin

Les cloches du carillon de la cathédrale de Rouen, sont en cours de réinstallation, pendant deux jours, lundi 9 et mardi 10 mai 2016. (©Catherine Dente)

Les cloches du carillon de la cathédrale de Rouen (Seine-Maritime), en cours de réinstallation, pendant deux jours, lundi 9 et mardi 10 mai 2016. (©Catherine Dente)

L’opération est spectaculaire, et ne manque pas de susciter la curiosité des badauds. Lundi 9 et mardi 10 mai 2016, les cloches du carillon de la cathédrale de Rouen (Seine-Maritime), sont remontées, dans leur nouveau lieu d’accueil, la tour Saint-Romain. L’opération est visible depuis la rue. Dans la renaissance du carillon de Rouen, l’un des plus importants d’Europe, il s’agit d’une nouvelle étape, l’une des dernières. Muet depuis plus de 15 ans, l’instrument chantera à nouveau d’ici l’automne 2016.

Lire aussi : Après 15 ans de silence, la nouvelle vie du carillon de la cathédrale de Rouen

Le carillon sera accessible au grand public

Depuis le printemps 2015, les cloches étaient entre les mains de la fonderie Paccard, l’entreprise basée près d’Annecy, qui s’occupe du carillon de Rouen depuis un siècle. Pendant un an, des cloches anciennes ont été restaurées, d’autres fondues. Le 31 mars 2016, elles ont fait leur retour à Rouen, et, pendant un mois, ont été exposées au public, dans le nef de la cathédrale. Désormais, il s’agit de reconstruire le nouvel instrument.

Reportage sur la rénovation du carillon de la cathédrale de Rouen (Seine-Maritime)

Lors de leur retour, le directeur de la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) de Normandie, Jean-Paul Ollivier, soulignait le caractère exceptionnel de cette aventure culturelle, artistique et patrimoniale :

Le carillon de la cathédrale de Rouen est l’un des plus importants de France. Sa vétusté faisait qu’il ne pouvait plus enchanter l’espace urbain, depuis les années 1990. Dès lors, reconstruire le carillon comportait plusieurs enjeux : rendre sa voix à la cathédrale, comme instrument de culte, et comme instrument de musique, qui profite à toute la ville. Son transfert, de la tour de Beurre à la tour Saint-Romain, rendra le carillon accessible à la visite. C’est un fait exceptionnel, quasi unique en Europe.

Autre fait notable, le carillon de la cathédrale de Rouen sera également un espace d’enseignement.

Disposant d’un clavier d’étude, il sera un lieu de formation pour de futurs carillonneurs. Le clavier d’étude sera invisible, mais c’est un maillon indispensable pour le travail du carillonneur. Ce carillon vivra à travers des auditions, concerts, tout au long de l’année. Par ailleurs, l’objectif est d’assurer la relève, du côté des instrumentistes, afin de pérenniser le carillon, pendant plusieurs décennies.

Le 2e carillon français

Le carillon de la cathédrale de Rouen est un carillon historique, qui date de 1914, à une époque de floraison et de vogue pour les carillons, en France. Au départ, il était doté de 29 cloches, qui existent encore toutes aujourd’hui. Le carillon n’a pas été endommagé durant la guerre, contrairement à la « Jeanne d’Arc » – un bourdon de 16 tonnes, à l’origine -, qui a été incendiée. En 1954, le carillon a été restauré et agrandi une première fois. En atteignant 50 cloches, puis 56 en 1959, quand la « Jeanne d’Arc » a été refondue, il est entré dans la catégorie des grands modèles. Le carillon de 2016 comportera 64 cloches, ce qui le porte à la 2e place des carillons français, derrière celui de Chambéry, également restauré par la fonderie Paccard.


Commentaire de Florestan:

La restauration du carillon de la cathédrale de Rouen rentre dans un vaste cycle de restauration mais aussi de restitutions à l'identique d'éléments d'architecture et de décors qui avaient été détruits pendant la seconde guerre mondiale ou tout simplement abîmés par le passage du temps.

En effet, en plus de la restauration du carillon est programmée une extraordinaire restitution à l'identique de la charpente, couvertures en plomb et décors dorés des crêtes de faîtage de la toiture du chevet sur sa pente d'origine et dans son état de 1539 (notamment la restitution de la statue de St Georges terrassant le dragon): ce chantier, grandiose, vient de commencer il va durer jusqu'en 2023 ce sera le plus important chantier d'Europe de charpente patrimoniale.

cath_drale_de_Rouen

 

Dans le même temps, la flèche en fonte d'Alavoine (1876) qui avait fait de l'église métropolitaine de Normandie l'édifice le plus haut du monde jusqu'à la construction des flèches de la cathédrale de Cologne (1880) avec une hauteur totale de 151 mètres (tour lanterne + flèche) verra tous ses décors d'origine (fleurons et crochets) replacés et restaurés, l'ensemble retrouvera sa couleur vert de gris d'origine et sera mis spécialement en lumière telle la Tour Eiffel des Normands... fin du chantier: 2019.

Enfin, un appel au mécénat va être prochainement réalisé pour la restauration à l'identique du portail des Maçons qui avait été fortement endommagé en 1944 et qui n'avait jamais été réparé depuis. Tous ces chantiers étaient programmés depuis longtemps mais il manquait l'argent: 14 millions d'euros ont donc été débloqués notamment grâce à la région Normandie et Hervé Morin qui a bien compris toute la valeur symbolique de la cathédrale de Rouen pour la Normandie...