Qu'il semble loin le temps mesquin et sinistre où un coq de basse-cour claironnait sur la moitié de terrain qu'il croyait plus haute que l'autre à d'autres galinacés moins bruyants, sa compétence à gérer mieux que quiconque la manne européenne.

Il faut le rappeler brièvement juste pour comprendre d'où nous venons et prendre conscience de l'étendue des dégâts ou du chantier d'une Normandie européenne à reconstruire totalement ou presque:

Alain Le Vern a fait beaucoup de mal dans ce domaine stratégique pour l'avenir de la région avec son refus réitéré, obstiné de ne surtout pas coopérer de façon structurelle et approfondie sur la question européenne avec la moitié occidentale de la Normandie au point que les Anglais, nos partenaires européens historiques et naturels dans le cadre des coopérations interrégionales, dans le club de l'Arc Manche ou dans les programmes Interreg, avaient du mal à comprendre la nuance entre la Lower et l'Upper Normandie (sic!)  au point qu'à Bruxelles, il y avait deux ambassades normandes qui n'entretenaient quasiment aucune relation entre elles!

 Le retour à l'unité de commandement normande a donc un objectif urgent immédiat:

Restaurer la dimension européenne de la Normandie, seule région française désormais à pouvoir se prévaloir avec clarté et efficacité  de toute la force de son patrimoine géo-historique prestigieux en Europe et bien au delà: la Normandie a, évidemment, une dimension européenne en tant que région passerelle entre la France et l'Angleterre, mais au delà, entre la France et le vaste monde anglo-saxon européen et américain qui domine encore le Monde par ses normes qui ont souvent une origine... normande!

image006

  • Lire ci-après le compte l'analyse proposée par la feuille d'informations Normandie XXL:

http://www.normandiexxl.com/article.php?id=1479

collectivités


La Normandie veut prendre toute sa place en Europe

François Xavier Priollaud et Anne Laure Marteau

Collectivités. Il y a l’Europe poil à gratter, celles des normes contraignantes et surtout appliquées inégalement d’un pays à l’autre, il y a l’Europe désespérante celle qui est incapable de mettre sur pied une politique internationale que ce soit face à l’islamisme, aux migrants ou même à la Russie et puis il y a l’Europe qui contribue à faire avancer l’économie de ses pays en redistribuant des fonds.

C’est sur cette dernière que François-Xavier Priollaud, Vice-président chargé des affaires européennes, des coopérations interrégionales et du développement international accompagné d’Anne-Laure Marteau Présidente de la commission Europe et internationale, a mis le projecteur pour faire un point sur l’organisation de la politique normande pour l’usage des fonds européens.

Un milliard d’euros pour six ans

Les fonds européens sont attribués pour six ans et la dernière campagne couvre 2014 / 2020 ; leur attribution s’est faite pour la Haute et la Basse Normandie selon des critères différents. Bruxelles cherche à ce que l’Europe ait un développement harmonieux et la comparaison des niveaux de richesse montre que la trajectoire économique des territoires diffère grandement d’une région à l’autre. La Basse Normandie a été considérée comme région en transition car son PIB par habitant est inférieur à celui de la moyenne européenne (il est à 84,2%) ce qui lui a permis de bénéficier d’un montant bien plus élevé notamment pour les fonds agricoles.

Les fonds européens sont

Le FEDER Fonds européen de développement régional

Le FSE Fonds social européen

Le FEADER Fonds européen agricole pour le développement rural

Le FEAMP Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche

L’IEJ Insertion professionnelle des jeunes Européens

Cet ensemble représente plus d’un milliard d’euros dont 948 sont gérés par la Région et 120 par l’Etat, un belle somme certes mais dont il faut rappeler qu’elle s’étale sur six ans, soit quelque 158 millions par an pour la Région.

Des lignes directrices d’utilisations ont déjà été élaborées lors de la précédente mandature qui globalement ne sont pas remises en cause, « les ajustements se feront à la marge ».

« Ces financements coexisteront jusqu’en 2020 sur le périmètre des anciennes régions. Toutefois, une convergence entre les différents programmes sera recherchée en vue d’une simplification pour les acteurs du territoire… » explique le Vice-Président.

Convergence, simplification, appropriation : tels sont les principes qui doivent guider la mise en œuvre des programmes opérationnels à l’échelle normande pour que la diversité des fonds et la dualité des périmètres financiers ne soit pas un obstacle à une approche globale et intégrée des fonds européens.

La répartition des fonds

Ambitions européennes

La taille de la Région lui permet maintenant d’affirmer sa présence à Bruxelles où les deux agences de la Haute et de la Basse Normandie seront réunies en une seule où quelque 5 personnes travailleront pour faire avancer les projets normands.

Les ambitions de l’équipe européenne normande sont grandes, il s’agit de : « bâtir une stratégie et de ne pas se limiter à celle du tiroir caisse : les jeunes normands doivent être bénéficiaires des bourses européennes et il faut élargir le nombre de ceux qui peuvent bénéficier d’Erasmus. »

La Normandie participe aussi au programme de coopération Interreg, dans ce cadre Marie Laure Marteau sera le 19 mai en Grande Bretagne. Quant au Brexit, si c’est le choix qui est fait Outre Manche, nul doute pour François-Xavier Priollaud que « les régions anglaises auront individuellement envie de se rapprocher d’autres régions européennes et de la Normandie au premier chef.

La Région Normandie entend plus que jamais inscrire son action dans une démarche d’ouverture à l’Europe et au monde, en tirant parti – au-delà des seuls fonds européens – des nombreux programmes proposés par l’Union européenne (Erasmus+, Programme Horizon 2020 dans le domaine de la recherche, COSME pour la compétitivité des PME) et en prenant ainsi toute sa part à l’affirmation d’une ambition européenne.

« Faire vivre la stratégie Europe et internationale sur le territoire normand, tel est l’objectif de la commission. Cette stratégie sera présentée en plénière le 23 juin prochain » a ajouté Anne-Laure Marteau.

1er comité de suivi des fonds européens, à l’échelle de la Normandie

Les fonds européens, gérés directement par la Région Normandie sur la période 2014-2020, représentent près d’un milliard d’euros.

Celui-ci réunira l’ensemble des partenaires impliqués dans la mise en œuvre des fonds européens en Normandie afin de faire un point d’étape sur l’avancement. Il constituera également un temps d’échange sur l’impact de la fusion des Régions en matière de gestion des fonds européens.

Le comité de suivi sera précédé, jeudi 19 mai 2016, par une visite de projets financés par les fonds européens.

Vendredi 20 mai 2016 au Mémorial de Caen avec toutes les parties prenantes.

 

Inscription : http://bn.europe-en-normandie.eu

Renseignements : regionfondsstructurels@normandie.fr