Nous en avions parlé déjà ici il y a quelques semaines suite à des indiscrétions auxquelles nous avions pu avoir accès. La décision du comité de pilotage technique du projet de Ligne Nouvelle Paris Normandie est donc tombée ce lundi 9 mai 2016: il n'y aura pas de gare souterraine nouvelle sous le site de la Défense pour permettre l'interconnexion des futurs trains normands avec le reste du réseau TGV car cela coûte trop cher mais aussi parce ce projet normand entrerait dans le périmètre sacrosaint de l'EPAD, autrement dit, l'Etablissement Public d'Aménagement de la Défense, la chasse gardée que vous savez au profit de qui vous savez...

Face à cette puissante baronnie de l'Ouest francilien, il aurait fallu que nous ayons un vrai duc de Normandie pour le portage politique efficace d'un projet aussi ambitieux, complexe, coûteux.

Le problème c'est que pendant plus 40 années, de duc de Normandie il n'y eut pas: en conséquence, la défense de la Normandie en ïle de France n'existe pas...

Tout au plus, un demi-baron haut-normand aura-t-il pu se croire du bon côté du manche en participant largement au financement des études de la future ligne de RER EOLE (Mantes la Jolie / Marne la Vallée) tout en gérant sa moitié de Normandie comme si elle était un gros département francilien à l'ouest du Val d'Oise.

Afficher l'image d'origine

Alain Le Vern, puisqu'il s'agit de lui, a commis l'erreur stratégique de se prendre pour un élu francilien dans l'espoir de régler au mieux le lancinant problème de la saturation ferroviaire dans l'ouest parisien débouchant sur une gare Saint Lazare qui risque d'être, désormais, la seule grande gare parisienne terminus à n'être toujours pas connectée au réseau européen de la grande vitesse ferroviaire.

Alain Le Vern, du fait de sa cécité normande, a géré le dossier de la LNPN avec le point de vue d'un banlieusard: il est donc normal que les priorités soient hiérarchisés et c'est le principe même du banlieusard que de passer... après tous les autres!

Les banlieusards de Mantes la Jolie 2 (c'est ainsi que Rouen pourrait être appelée si l'ancienne seconde ville du royaume était amenée à être une "ville nouvelle" dans le cadre d'un Grand Paris étendu jusqu'à la mer) n'auront qu'à prendre EOLE en gare de Mantes la Jolie 1 s'ils désirent aller chercher un avion à Roissy Charles De Gaulle ou monter dans un TGV

Et il se pourrait bien que les grands élus franciliens ou l'Etat central parisien finissent par dire aux banlieusards normands (si l'on se condamne à s'enfermer dans le corridor séquanien haut-normand comme l'a fait quinze ans durant Alain Le Vern) qu'une LNPN est une lubie inutile et coûteuse et qu'un RER à prendre dans le Vexin pourrait suffir!

On sait depuis 1087 et la mort de Guillaume Le Conquérant suite à son échec de reconquête d'un Vexin français dépendant du diocèse de Rouen, que Mantes La Jolie porte la poisse aux Normands...

Mais on doit surtout se rappeler que le banlieusard haut-normand Le Vern soutenait le projet de LNPN, un coup parti de Rufenacht, comme la corde soutient le pendu et qu'à l'occasion du débat public sur la LNPN de 2011, il avait snobé son camarade de Basse Normandie pour préférer présenter un cahier d'acteur commun avec... la région Ile de France et la ville de Paris!

Il nous a donc paru nécessaire de rappeler ce contexte de long terme pour que vous puissiez apprécier à sa juste valeur ce qui suit:


 

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/5708146/abandon-du-projet-de-gare-a-la-defense-pour-la-lnpn--une-terrible-occasion-manquee-selon-nicolas-mayer-rossignol

Abandon du projet de gare à la Défense pour la LNPN : « Une terrible occasion manquée » selon Nicolas Mayer-Rossignol

Publié le 09/05/2016 á 23H06

 Résultat de recherche d'images pour

«Un abandon en rase campagne»

Sur son compte Facebook, « NMR » explique qu’il a eu la confirmation de cette information ce lundi après-midi, lors de la Commission permanente de la Région Normandie. « J’ai interrogé le Président Hervé Morin à propos du projet de Ligne Nouvelle Paris Normandie (LNPN), dont le Comité de pilotage s’est réuni mercredi dernier. Il m’a malheureusement confirmé ce que nous pressentions la semaine dernière : la liaison directe de la Normandie au quartier de La Défense (avant d’arriver au terminus qui reste bien sûr à Saint-Lazare) est définitivement écartée du projet. Pourquoi ? ‘Pas pertinent’, m’a-t-on répondu. ‘Et puis, les élus franciliens n’en veulent pas’. Étonnamment, il n’y a pas eu de communiqué de presse de la Région à ce sujet... Mais les faits sont là : cet abandon en rase campagne est une terrible occasion manquée pour la Normandie. Nous ratons un coche stratégique ».

«La nouvelle majorité ne porte pas suffisamment le projet»

Selon Nicolas Mayer-Rossignol, « depuis des années nous nous battions, avec de nombreux élus de tendances politiques multiples, avec la société civile et en particulier le monde économique, pour que les Normands aient demain un accès direct à ce qui constitue le premier quartier d’affaires européen. Et pour relier plus directement, par cette interconnexion à La Défense, l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle. Que les élus franciliens renâclent, ce n’est pas surprenant. Des travaux, des coûts, l’immobilisation d’un foncier précieux... Mais justement ! C’était aux élus normands, et en particulier à la Région comme nous l’avions toujours fait auparavant,  (sic!) de défendre tous rassemblés les intérêts de nos concitoyens et de nos entreprises normandes. Malheureusement, estime NMR, l’Ile-de-France nous snobe et la nouvelle majorité régionale normande ne porte pas suffisamment le projet. Ayant régionalisé les lignes en question, il lui est forcément plus difficile, désormais, d’expliquer qu’il s’agit d’un enjeu... national ».

«L’Ile-de-France impose ses vues à la Normandie»

« Bien sûr, ajoute l’ancien président de Région, on m’objectera que tout cela coûte, (sic!) et que cela revient au même de gagner La Défense en passant par Saint-Lazare. Le coût, c’est vrai, est élevé. Mais il s’agit d’un facteur d’attractivité décisif pour les 50 prochaines années. Être relié à La Défense aurait fait une vraie différence. Quant à passer par Saint-Lazare, c’est un argument que ceux, dont je fais partie, qui prennent régulièrement le train et le métro parisien n’oseraient jamais employer. Non, changer à Saint-Lazare pour prendre le RER, ce n’est pas la même chose qu’un accès direct. Les jeux semblent donc faits, malheureusement. La première Région du nord-ouest de Paris ne sera donc pas directement reliée au premier quartier d’affaires du nord-ouest de Paris... L’Ile-de-France impose ses vues à la Normandie, qui obtempère. Je le regrette vivement. Une terrible occasion manquée ».


 

Commentaire de Florestan:

Franchement! Nicolas Mayer-Rossignol nous prend pour des imbéciles même si l'on ne peut que déplorer ce recul des intérêts normands en Ile de France qui est moins la conséquence des décisions de la nouvelle majorité normande à peine en place que le résultat de plusieurs années d'absence de portage politique normand à l'échelle nationale: à ce niveau-là il ne s'agit plus de remettre en cause le petit et mauvais joueur Le Vern mais bel et bien Laurent Fabius lui-même!

Hervé Morin va donc avoir des choses à dire à Valérie Pécresse... A moins de compter sur le prochain changement de locataire à l'Elysée et Matignon en 2017 pour que la LNPN soit, à nouveau, considérée comme une "priorité nationale" enfin sérieusement financée!