Nouvelle analyse précise et nouveau coup de gueule de notre ami normand Yves LOIR, président de l'Union pour la Région Normande au sujet de la LNPN encore et toujours!

Coup de gueule que nous partageons totalement, d'autant plus que les dernières déclarations de Nicolas Mayer-Rossignol sur ce dossier lancinant qui mériterait l'union sacrée de tous les élus Normands quelle que soit la couleur politique, sont d'une mauvaise foi politicienne totalement inopportune si l'on devait raisonner seulement (et les hommes politiques ne devraient faire que cela) à l'aune de l'intérêt général normand.

Résultat de recherche d'images pour

                                    

 Communiqué de presse

 

             LNPN : COMMENT MM. MAYER-ROSSIGNOL ET PHILIZOT

                              SE  MOQUENT DES NORMANDS

                                                       

 

         Depuis  le début de l'année 2016, après l'alternance politique régionale de décembre 2015,  M. Mayer-Rossignol, chef de l'opposition P.S au Conseil régional de Normandie se pose en défenseur véhément de la Ligne nouvelle Paris-Normandie (LNPN). Ce nouveau rôle dont se pare Mr Mayer-Rossignol s'apparente en fait à un (mauvais) gag lorsqu'on considère la réalité des faits.

     La réalisation de la LNPN essentielle pour la Normandie dépend, on le sait, exclusivement de l'Etat, directement (notamment pour son financement) ou indirectement via la SNCF (en particulier sa division SNCF-réseau concepteur et également financeur des infrastructures ferroviaires) dont l'Etat, on le sait, est propriétaire à 100%.

Depuis mai  2012, c'est donc finalement de la décision du Président de la République François Hollande que dépend la réalisation ou non de la LNPN.  M. Hollande lui-même, le 5 février 2012 en visite à Caen dans le cadre de la campagne des élections présidentielles le confirmait  puisqu'il déclarait à cette occasion: « Je m'engage à ce que le dossier de la LNPN soit mené à bien au cours du quinquennat » (Ouest-France 6 février 2012).

Les études préalables à l'enquête publique sur la LNPN engagées sous le quinquennat précédent devaient se terminer en décembre 2015 selon le calendrier prévisionnel de RFF (Réseau ferré de France maître d'ouvrage du projet, aujourd'hui SNCF-réseau). Toujours selon RFF, l'enquête publique devait se terminer en 2017 et le démarrage des travaux devait suivre avec une mise en service de la nouvelle ligne vers 2025.

M. Hollande a totalement bouleversé ce calendrier pour des raisons qui sont connues,  ses priorités en matière d'infrastructures ferroviaires allant ailleurs qu'en Normandie : lignes TGV Le Mans-Rennes, Tours- Bordeaux, Bordeaux -Dax-Toulouse etc... Tous ces projets étant déconseillés par la Cour des Comptes exigeant des milliards d'euros pour leur mise en œuvre et ayant un « effet d'éviction » sur le financement d'autres projets même déclarés « prioritaires » comme la LNPN.

La conséquence de cet état de chose a été le report à des échéances indéfinies de la réalisation de la ligne normande obtenu avec la prolongation des « études » la concernant et l'absence consécutive d'implication financière de l'Etat dans le projet, le tout dissimulé par une politique de communication appropriée  tendant à prouver à un an des élections présidentielles que le projet normand « avançait ».

   Or, a t-on entendu depuis 2012 M. Mayer-Rossignol (et avant lui M. Le Vern) s'opposer au report par l'Etat de la réalisation de la LNPN à des horizons hypothétiques et au refus de celui-ci d'annoncer le montant de sa participation financière au projet, condition incontournable bien entendu de cette réalisation ?

En aucune façon !

M. Mayer-Rossignol a, en effet, toujours cautionné la politique de l'Etat dans ce domaine et tente de le faire oublier aujourd'hui en s'érigeant sans vergogne en défenseur de la LNPN qui serait menacée -assure-t-il – par la politique ferroviaire  mise en œuvre par le nouvel exécutif régional issu des élections de décembre 2015. En réalité, la responsabilité entière  de l'abandon de facto actuel de la LNPN repose sur la politique suivie depuis 2012 par M. Hollande mais également par ceux qui le soutiennent en Normandie dont M. Mayer-Rossignol.

    Il est cocasse, par ailleurs, de voir l'incohérence entre les  affirmations de M. Mayer-Rossignol selon lesquelles la LNPN serait « menacée » et celles du représentant de l'Etat François Philizot selon lesquelles la réalisation de celle-ci entrerait dans une phase concrète. En effet, dans une interview au quotidien « Paris-Normandie » du 13 mai 2016, le Délégué interministériel à la Vallée de la Seine M. Philizot (sous l'autorité directe de M. Valls) déclarait: « On est vraiment entrés dans le concret puisque maintenant on pose la future ligne sur le territoire ». Comme on n'est pas à une incohérence près concernant la LNPN, M. Philizot  dans la même interview justifie – à l'inverse de M. Mayer-Rossignol –  l'abandon du projet de gare de La Défense par le fait que celui-ci ne comporterait que « des avantages qui ne sont pas déterminants ».

   Dans la perspective des élections présidentielles de 2017, M. Valls devra, concernant la LNPN essayer de mettre en cohérence les « arguments » de ses services avec ceux de M. Mayer-Rossignol afin de tenter d'y introduire  un semblant de crédibilité.

   Par ailleurs,  pour conclure cette mise au point et pour souligner combien la politique gouvernementale concernant la LNPN est essentiellement une politique de communication basée sur des effets d'annonce sans véritable contenu nous poserons la question suivante  à M. Philizot : 

Vous affirmez au cours de l'interview accordée à Paris-Normandie concernant la LNPN  que «  Le dossier le plus avancé est celui de la nouvelle gare de Rouen Rive gauche ». Pouvez-vous nous indiquer le montant de la participation de l'Etat que vous représentez dans ce projet ?

Au cas ou vous ne souhaiteriez pas apporter  de réponse à cette question, nous allons le faire à votre place. La gare de Rouen rive gauche (St Sever) est partie intégrante de la LNPN et sa réalisation a donc été classée dans les toutes premières « priorités nationales » de la Commission Mobilité 21 (P.Duron-juin 2013). Son  coût ( >400 millions € ) devrait donc être pris en charge très majoritairement par l'Etat.

Pour savoir si c'est le cas, consultons le Contrat de plan interrégional Vallée de Seine (CPIER) 2015-2020. A sa lecture, nous pouvons constater qu'aucun crédit en provenance de l'Etat n'y figure. L'explication de cette absence est donnée par le mandat de négociation donné par l'Etat au Préfet Maccioni dans le cadre du CPIER qui stipule que  « l'Etat ne participera pas financièrement en études ou en travaux aux projets de gare nouvelle LGV » (Saint Sever) ( p.9). Ce seront donc les collectivités normandes (Région – Rouen- Normandie-métropole- Conseil départemental de Seine maritime ) qui financeront cette «  priorité nationale » qualifiée de « dossier le plus avancé » par M. Philizot dans son interview.

   On le voit, les  équipements labellisés « priorités nationales »  déclarées comme telles par l'Etat dans le cadre de l'Axe-Seine, tel que le contournement routier de Rouen ( > 1 milliard €) ( mis en concession donc acquitté pour l'essentiel par les Normands), la gare St Sever ( >400 millions €) partie intégrante de l'hypothétique LNPN seront financés (s'ils voient le jour) par les Normands et les propos de MM. Philizot et Mayer-Rossignol les concernant, à un an des élections présidentielles, ne relèvent que de la communication politique et de l'effet d'annonce.

 

                                                                                Union pour la Région Normande

                                                                                     Caen le 15 Mai 2016

            Union pour la Région Normande – www.union-region-normande.com

02 33 54 52 80 –  06 32 24 41 71


 

Commentaire de Florestan:

Ces propos de MM. Mayer-Rossignol et Philizot relèvent tout simplement de la plus totale malhonnêteté intellectuelle!

Il est temps de mettre Philizot dans un placard de la République et de rapatrier en Normandie tous les dossiers de l' Axe Seine normand de la sous-pente parisienne de Matignon!

Cela devrait être la priorité d'Hervé Morin après mai 2017 en cas d'alternance...

Au fait, Guimauve le Conquérant nous visite ce 17 mai 2016: sera-t-il question de la LNPN, de l'Axe Seine en souffrance concurrencé par le futur canal SNE?

Je plaisante...