Les usagers réguliers du Pont de Normandie ont montré ce mardi 17 mai 2016 qu'il ne fallait pas les prendre pour des imbéciles! Ce qui suit illustrera concrètement les conséquences des choix faits il y a des dizaines d'années par la CCI du Havre en matière de franchissement de l'estuaire de la Seine...


 

Des usagers du pont de Normandie dénoncent l’abandon du tarif Allegro réservé au trajet domicile-travail

Publié le 16/05/2016 á 23H12
Partager
Réagir

Estuaire. Des usagers du pont de Normandie dénoncent l’abandon du tarif Allegro réservé au trajet domicile-travail.

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/5807481/newsletters/des-usagers-du-pont-de-normandie-denoncent-l-abandon-du-tarif-allegro-reserve-au-trajet-domicile-travail

Pour sauver leur Allegro, ils montent des actions crescendo. À peine quelques jours après avoir lancé une pétition sur la plate-forme « change. org » (1 277 signatures collectées à la date d’hier), un collectif organisait hier après-midi une marche sur l’une des deux voies du pont de Normandie afin d’obtenir auprès de la chambre de commerce Seine-Estuaire le maintien du tarif préférentiel Allegro destiné aux clients pendulaires. Ces automobilistes, empruntant l’ouvrage au quotidien pour effectuer le trajet reliant leur domicile à leur lieu de travail, bénéficient d’un forfait individuel « illimité ». Seule contrainte, être effectivement présent dans le véhicule au moment de son passage.

Conséquences financières

La commission chargée du suivi de l’évolution des tarifs de péage entérinait le 28 avril dernier le non-renouvellement des 1 700 contrats Allegro en cours proposant aux usagers au quotidien d’opter pour un contrat « Rivages » sans manquer d’en vanter les mérites. «Ne payez que ce que vous consommez (la facturation se faisant en fonction du nombre passages réels). Gagnez du temps au péage puisque vous ne serez plus contraints de passer en cabine pour le contrôle visuel de votre badge. Maîtrisez votre budget transport. Votre facturation mensuelle moyenne (sur la base de 224 jours ouvrés et d’un aller/retour) s’élèverait à 97,06(ndlr : pour un nombre de passages compris entre 20 et 48 par mois au tarif de 2,60 €, 3,20 € au-delà).»

Un argumentaire loin de convaincre certains usagers. C’est le cas de Camille et Xavier, ce couple de Gonneville-sur-Honfleur. «La CCI propose une simulation. Dans notre cas, nous avons comptabilisé 737 passages par an. Concrètement, la facture va passer de 104€ par mois à 198€. Beaucoup de familles vont se retrouver dans cette situation.»

Arnold, cet autre usager quotidien, résidant lui à La Rivière-Saint-Sauveur et travaillant en centre-ville du Havre, a également sorti la calculatrice. «En 2014, l’abonnement Allegro coûtait 76,64€. En 2015, il est passé à 102,14€ depuis la perte de l’aide du Département, d’un montant de 25€. Soit un coût annuel de 1225,68€. Avec la nouvelle tarification, aux passages réels, une année coûterait 1546!»

Le delta étant justifié en partie par des franchissements supplémentaires, sur des jours ouvrés, ou non. «Parce que certaines activités nécessitent plusieurs passages par jour. Et tout simplement parce que les cartes Allegro ne sont pas justes utilisées dans le cadre strictement professionnel, poursuit Arnold. Il faut appréhender le problème dans une logique d’estuaire. Le pont a été construit dans le but, également, de désenclaver LeHavre. Si cette tarification est maintenue, d’autres habitudes de vie risquent de se prendre. Du covoiturage la semaine...»

Et moins d’aller-retour le week-end ? Le collectif n’hésite pas à brandir le spectre des conséquences économiques. «En grande partie, qui achetaient des terrains en vente dans l’Eure et le Calvados? Des Havrais qui choisissent de se délocaliser mais prenant en compte dans leur budget le coût du passage du pont. Pour une famille avec trois cartes, le surcoût peut aller jusqu’à 600€ sans Allegro», soulignent deux des porte-parole du collectif, Jacky Jouanisson, docker au Havre, résidant à Conteville (Eure) et Christophe Gérandin, restaurateur à Honfleur, habitant, lui, à Beuzeville-la-Grenier.

La classe politique locale s’en émeut et se saisit du dossier. En particulier des élus calvadosiens dont Michel Lamarre. Et le maire d’Honfleur, soucieux du maintien des échanges entre les deux rives du fleuve, de proposer de faire participer « pour quelques centimes supplémentaires les personnes qui utilisent le pont une fois dans leur vie pour venir en touristes ou en visiteurs... Ces quelques centimes multipliés par le nombre de véhicules touristiques (...) permettraient sans doute de dégager une somme qui, elle, permettrait d’aider à établir un tarif plus avantageux et préférentiel pour les usagers du quotidien.»

Un nouvel aménagement tarifaire serait-il à l’étude dans les bureaux de la CCI ? Des négociations sont bel et bien en cours. «Nous connaîtrons ses propositions d’ici deux semaines. Je ne sais comment mettre en place un véritable tarif pro, quelque chose d’équitable. 48 passages à 2,60€ ce n’est pas assez. Le minimum serait de maintenir l’Allegro des personnes l’ayant déjà...», poursuit Jacky Jouanisson.

D’ici là, le collectif multipliera les actions, principalement des distributions de tracts au pied de l’édifice la semaine prochaine.

CHRISTOPHE FREBOU