Comme d'habitude, il y a la carte où les crayons, les marqueurs, les stylos du technocrate qui se croit puissant en son bureau parisien glissent sans heurt sur le papier. Et il y a les territoires avec des élus locaux, des habitants, des artisans, des agriculteurs, des associations, des collectifs de citoyens, des réunions publiques, des opinions publiques, parce qu'il y a des vallées et des plateaux, des rivières et des forêts, de la campagne ou du bocage, des usines classées SEVESO et des monuments historiques ou des domaines naturels protégés, des vallées déjà encombrées de villes, de routes, de rails et d'autoroutes...

Entre les deux, plane l'intérêt général et au dessus de l'intérêt général, pour en juger, pour en décider, une autorité légitime, c'est à dire désignée par un choix démocratique: à l'échelle de toute la Normandie, seul le président de région peut se prévaloir de cette onction. Mais il a intérêt à en partager, le plus en amont possible du projet, la responsabilité avec les habitants afin d'expérimenter une maîtrise d'usage prospective pour en faire l'assise fondamentale lorsque viendra le moment de passer à l'étape de la réalisation physique.

Le fond ET la forme: la Normandie laboratoire pour expérimenter la sortie du jacobinisme autoritaire et arbitraire...

http://p3.storage.canalblog.com/37/25/20815/110835608.jpeg

 

L'aménagement du territoire, un roman d'Aurélien Bellanger qui analyse avec grande finesse les mécanismes de l'enlisement d'un grand projet dans les profondeurs de terroir rétifs... Un livre à distribuer d'urgence à tous les membres du COPIL de la LNPN

Ce projet de Ligne Nouvelle Paris Normandie doit être totalement innovant tant dans sa mise en oeuvre (expérimenter enfin en Normandie, la méthode de la maîtrise d'usage démocratique pour éclairer la maîtrise d'ouvrage) que dans ce qu'il doit proposer, à savoir une alternative ferroviaire au tout TGV par la réalisation d'une liaison intercités régionale à 250 km/h.

A priori, si l'on s'en tient aux décisions de la dernière réunion du comité de copilotage de la LNPN (où les associations d'usagers du ferroviaire n'ont pas encore voix au chapitre) et présidé par le préfet Philizot (délégué interministériel à l'Axe Seine, "priorité nationale" ose-t-on encore dire...), le tracé de la future LNPN commence à apparaître sur la carte: reste à le faire descendre sur les territoires concernés.

Si la décision, politique, de mettre enfin en oeuvre une maîtrise d'usage démocratique du projet (car le COPIL présidé par celui qui prépare en catimini la fusion de la Normandie avec la région parisienne dans le cadre de l'Axe Seine risque n'est pas légitime) n'est pas prise prochainement, on peut craindre l'enlisement définitif de ce projet pourtant essentiel à l'avenir de la Normandie et des Normands:

L'actualité récente plus que troublée démontre que le jacobinisme centralisateur français n'a plus les moyens de son autorité. Il faut donc innover et le renforcement de la démocratie locale et régionale est la seule solution!

Seul Hervé Morin, en l'état, serait en mesure d'imposer ce choix d'un débat public régional normand sur la LNPN authentique (ne pas recommencer la comédie de l'hiver 2011) et dont les conclusions devraient être prescriptives: et il est fort probable que des solutions plus innovantes, et plus intelligentes pourrait sortir obligeant les crânes d'oeuf de SNCF Réseaux à revoir leur copie.

Ainsi, on notera que la question précise et concrète (tant pour des raisons techniques que financières) du franchissement ferroviaire de la Seine à Rouen ou en aval de Rouen n'est toujours pas clairement évoquée... sauf ici sur l'Etoile de Normandie! (par exemple: un tunnel sous fluvial avec caissons préfabriqués immergés)

  • Lire ci-après l'article complet proposé par Paris-Normandie sur ce sujet essentiel (12 mai 2016):

http://www.paris-normandie.fr/detail_communes/articles/5740881/le-trace-de-la-future-ligne-nouvelle-paris-normandie-connu-a-la-fin-de-l-annee

  • Enfin, pour que la LNPN descendue des Limbes soit un projet réaliste et concret, utile à tous, il va falloir compter avec ceux qui vivent, par principe, sur sur le plancher des vaches: les agriculteurs!

24_05_2016_10_33_04

  • Pour finir: Hervé MORIN en termine avec une polémique inutile, à savoir l'abandon du projet coûteux et finalement peu utile de gare souterraine à la Défense au profit de la "normandisation" de la gare Saint Lazare sachant que le RER Eole faisant terminus à Mantes la Jolie permettra la connexion rapide entre les trains normands et les avions de RCDG.

25_05_2016_22_05_56