Surtout lorsqu'il s'agit de promouvoir symboliquement l'identité de la Normandie: trois exemples récents pris dans les dernières publications du quotidien ligéro-breton dominant:

Résultat de recherche d'images pour

L'empire du Soleil couchant commencerait-il déjà à se fracturer en Normandie?

1° A Caen, on peine à trouver les figurants pour reformer le célèbre couple fondateur Guillaume et Mathilde qui marchera en tête de la procession aux flambeaux samedi 18 juin 2016 vers 22h30 entre l'abbaye aux Hommes et l'abbaye aux Dames:

http://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/caen-na-toujours-pas-trouve-les-successeurs-de-guillaume-et-mathilde-4286807

Caen n'a toujours pas trouvé les successeurs de Guillaume et Mathilde

  • Ambre, 21 ans, est peut-être la future Mathilde. Elle a passé le casting ce matin. Ambre, 21 ans, est peut-être la future Mathilde. Elle a passé le casting ce matin. | Ouest-France

Peu de candidatures pour incarner Guillaume et Mathilde, qui défileront lors de la marche aux flambeaux, samedi 18 juin. Un autre casting est prévu ce samedi.

Quatre candidates en deux heures : le casting pour trouver les Caennais qui joueront Guillaume de Normandie, Mathilde et les porte-drapeaux n'a pas fait des émules. Ce matin, aucun homme ne s'est présenté pour interpréter le duc de Normandie. Les critères sont pourtant larges.

"L'éloquence et l'allure"La Ville recherche un volontaire âgé de 20 à 50 ans, ayant les cheveux courts ou mi-longs pour Guillaume, mi-longs ou longs pour son épouse. Les porteurs d'étendards, hommes ou femmes, "devront disposer d'un haut de couleur blanche et un bas de couleur noire", explique-t-on à la mairie. Des musiciens jouant du fifre ou du tambour sont aussi recherchés.

Une petite compensation leur sera accordée. "On regarde particulièrement l'éloquence et l'allure", explique Igor Futterer, directeur artistique pour la société Landing production.

Un deuxième casting sera donc organisé samedi 11 juin 2016, de 9h à 12h, dans le salon de la Légion d'honneur à l'Hôtel de ville de Caen.


 

2° Camembert a beau être un nom connu dans le Monde entier tout comme celui de la Normandie, il semble qu'à Camembert, dans le coeur du Pays d'Auge, à l'occasion de la réunification de la Normandie, on finisse enfin par en prendre conscience! Les Normands se réveillent enfin...

http://www.ouest-france.fr/normandie/camembert-61120/camembert-village-fantome-enorme-gachis-4286846

« Camembert, village fantôme, énorme gâchis »

  • La préconisation? La préconisation? "Travailler sur un grand projet à Camembert, carte postale de la Normandie." | Béatrice Limon

La communauté de communes du Pays du camembert, dans l’Orne, a lancé un audit touristique sur son territoire. Les premières conclusions sont sévères.

La communauté de communes du Pays du camembert, dans l’Orne, a lancé un audit touristique sur son territoire. Les premières conclusions de la société caennaise StratéMark sont sévères. Son directeur, Bertrand Faucon, déplore l’absence d’une « locomotive » pour attirer et retenir les touristes alors que les lieux sont « une carte postale de Normandie ».

Hébergement, restauration, structures touristiques, tout est insuffisant… Le professionnel dénonce « un énorme gâchis » et affirme pourtant : « Avec Camembert, ce village fantôme où les gens passent pour une photo avant de repartir, vous disposez là d’une marque extraordinaire ! »

Bertrand Faucon préconise « de travailler sur un grand projet à Camembert, même à partir du patrimoine, en organisant des ateliers de construction sur des terrains pour faire revivre le village idéal normand ».


 

3° On gardera pour la fin, le plus ironique sinon le plus déplacé à l'égard de la Normandie et de ce qu'elle peut représenter:

Dans l'édition papier de Ouest-France en date du... 6 JUIN 2016 (édition caennaise) on pouvait lire un étonnant article consacré à la construction d'un parc d'attractions à Lingreville dans la Manche consacré aux... dinosaures!

Alors que la tendance est à la recherche de l'authenticité, de la typicité, de l'identité sachant aussi que les soldats alliés de la Libération ne se sont pas battus contre des T. Rex mais contre des SS et des Panzers, cet article promotionnel de Ouest France pour la création d'un énième enfer consumériste sous cloche diffusant la sous-culture marchande mondialisée est une véritable provocation!

Message subliminal:

Les vaches normandes, notamment à Camembert, c'est ringard! Un relai du softpower hollywoodien dans la Manche c'est tellement mieux! Sauf que le journaliste de Ouest France ne semble pas savoir qu'à Hollywood même, c'est la Normandie qui est réputée comme une marque de prestige et de distinction!

Afficher l'image d'origine

Article à lire ici dans son édition numérique datée de la veille...

http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/parc-dattractions-lesprit-jurassic-park-va-souffler-sur-manche-04-06-2016-272354

Entreprise

Dimanche 05 juin 2016

Parc d'attractions. L'esprit de Jurassic Park va souffler sur la Manche

Un parc d'attractions va voir le jour sur le littoral manchois, entre Coutances et Granville. Sur 10 000 m2, une multitude d'activités attend les familles au milieu de grands dinosaures.

Reportage

Un T-Rex plus vrai que nature agite sa queue et claque sa mâchoire. Plus loin, un tricératops trône au milieu des échafaudages. D'immenses fresques retraçant des scènes du Crétacé ornent les murs de cet entrepôt à Lingreville, entre Granville et Coutances, dans la Manche. Bienvenue dans l'univers du parc de loisirs couvert Raptor park.

« Il n'existe aucun site en France qui réunit autant d'activités destinées à toute la famille, le tout sous un toit », indique son créateur Éric Michigan.Sur près de 10 000 m2, les visiteurs trouveront une multitude d'offres dans ce lieu de détente encore en travaux: accrobranche, minigolf nocturne, laser game, une piste de roller, une aire de trampolines, sept terrains de pétanque ou jeux gonflables.

« 80 000 entrées par an »

« Lorsqu'il pleut, on peut parfois manquer d'idées pour occuper les enfants. Avec ma compagne, Marina, on a eu l'idée un peu folle de créer ce grand hypermarché du loisir. » L'ouverture est programmée samedi 25juin dans cette petite commune du littoral coutançais, plus connue pour ses maraîchers que pour son ambiance autour de l'ère Jurassique.

« Des centres de loisirs commencent à réserver. On sent une réelle attente », livre Éric Michigan. Pour l'heure, difficile de savoir ce qui se cache derrière ce bâtiment au bardage métallique. Bientôt, une maquette d'un brachiosaure de 12m haut et 40m de long sera érigée à l'extérieur.

« Lingreville est dans une zone touristique avec de nombreux campings. On espère surtout attirer des visiteurs à 100 km à la ronde. Notre étude de marché table sur 80 000 entrées par an. » Depuis deux ans, toute la famille planche sur le projet. Le site fonctionnera avec trente salariés et bénéficiera d'un grand espace restauration.

Projet à Doha

« On proposera une partie self avec 500 places et un restaurant de 150 places. » L'entrée pour les enfants est fixée à 12 € et pour les adultes à 7 €. « On propose diverses formules. » Les visiteurs devront, selon l'attraction, débourser quelques euros supplémentaires. « Nous mettons en place notre propre monnaie. Un raptor correspond à 3 €. » Il sera également possible de réserver des boxes pour fêter des anniversaires, d'organiser des séminaires d'entreprises, de vivre des soirées à thèmes ou des après-midi guinguette.

Le concept séduit déjà hors des frontières. « Nous sommes en négociation pour bâtir un parc de 20 000 m2 à Doha au Qatar, entièrement climatisé. Là-bas, ce n'est pas la pluie qui est contraignante, mais la chaleur. » Éric Michigan et Marina Briand se sont lancé un sacré défi et ne comptent pas s'arrêter là. « Ils nous restent 6 000 m2 de locaux disponibles. On aimerait ouvrir l'an prochain un hôtel, l'objectif étant de proposer des offres au week-end. On a la possibilité de faire évoluer notre projet. »

Lire aussi. 
Loisirs. Un projet de parc d'attractions connecté et interactif à Guipry-Messac

Toute une famille embarquée dans l'aventure

L'histoire
 
« J'ai investi dans ce parc trente ans d'économies. » Éric Michigan est le fils du fondateur des magasins Michigan. Avec son frère Christophe, ils ont dû se résoudre à vendre, en 2013, leurs 45 boutiques spécialisées dans le bricolage et l'équipement de la maison. « Chacun est reparti sur autre chose pour refaire sa vie », souligne Éric Michigan, âgé de 50 ans, qui commercialise également des spas.
 
En proie à des difficultés financières, les enseignes, présentes en Bretagne, Normandie, Pays de la Loire, ont été rachetées par Centrakor (bazar, déco, loisir). Les boutiques Michigan ont vu le jour en 1981 à Agneaux, près de Saint-Lô. Au total, le groupe employait 350 personnes.
 

« Un super-projet »

 
Éric Michigan a conservé les grands entrepôts de stockage à Lingreville, aujourd'hui en passe d'être transformés en parc d'attractions. « Mon expérience m'a servi pour mener le projet Raptor Park, notamment pour l'analyse du marché et la communication. »
 
Sa compagne, Marina Briand, a quant à elle été animatrice dans des centres de loisirs et a travaillé dans la restauration. « Grâce à nos vécus professionnels, l'idée d'un site d'activités familiales est née. Mais on ne voulait pas faire les choses à moitié », explique Marina Briand.
 
Les enfants de cette famille recomposée participent, eux aussi, à l'aventure. Deux filles, Sandy et Cloé, sont même actionnaires. Les deux plus jeunes seront saisonniers cet été au parc. « On a tout de suite adhéré à cette idée, livre Cloé. C'est un super-projet, inédit dans la région. On s'est entouré d'une bonne équipe. C'est génial de vivre une telle création. »

1500 


C'est le nombre de personnes que peut accueillir simultanément ce parc décoré avec 70 maquettes de dinosaures spécialement construites en Asie.
 

Cyrille CALMETS


 

Commentaire de Florestan:

La bêtise fait toujours dans le gros à défaut de faire dans le grand et en matière de dinosaures menacés de disparition, le diplodocus Ouest France en sait long!

http://normandie.canalblog.com/archives/2015/09/14/32628673.html

Vue de la rédaction caennaise de Ouest France paissant paisiblement dans l'ignorance de l'impact du retour à l'unité normande...