Comme promis, nous étions toute la journée du 18 juin 2016 à Caen pour vous rapporter les images des festivités organisées à l'occasion d'un anniversaire qui sera certainement à nouveau célébré dans ... 50 ANS !

En effet, le 18 juin 1066, jour de la fête de la Sainte Trinité, Guillaume de Normandie et Mathilde de Flandres faisaient bénir le choeur à peine achevé de la future abbatiale et monastère de moniales bénédictines qui, plus tard, prieront autour du tombeau de la Reine Mathilde tout comme les moines du même ordre bénédictin auront à prier à partir de 1087 autour de la sépulture du Roi Guillaume dans la grande abbatiale Saint Etienne consacrée quelques années plus tôt: avec ces deux abbayes ducales puis royales (quand la Normandie deviendra française) puis déclarées Bien National en 1790 pour être l'une le siège de l'hôtel de ville de Caen et l'autre le siège du conseil régional de Normandie, la ville de Caen, avec la création d'un vaste château (à mi distance des deux abbayes) se voyait attribuer son armature actuelle.

Ce 950ème anniversaire de la fondation véritable de la ville de Caen prend en 2016 avec le retour à l'unité politique et administrative de la Normandie une dimension toute particulière puisque Caen retrouve aussi en cette année historique dans la longue histoire normande le rôle qui a justifié sa fondation par Guillaume et Mathilde, à savoir, d'être la capitale politique de la Normandie dédoublant l'autorité sur chaque rive de la Seine avec Rouen qui était et qui est la métropole normande (dans tous les sens de l'expression).

Ces festivités exceptionnelles se sont donc ouvertes le vendredi 17 juin avec un office de vêpres solennelles chantées dans l'abbatiale Sainte Trinité par le choeur de l'église anglicane de Paris, en présence de Mgr Boulanger, évêque de Bayeux-Lisieux, du représentant de l'évêque anglican d'Exeter ainsi que des autres communautés chrétiennes présentes à Caen mais aussi du président de la communauté juive de Normandie et d'un représentant de la communauté musulmane de Caen.

L'office était donc l'occasion d'afficher l'oecuménisme sinon le dialogue inter-religieux qui existe en Normandie. Et le président de la communauté juive de rappeler l'attitude bienveillante à l'égard des Juifs des ducs de Normandie, de Guillaume Le Conquérant (qui a autorisé la création de la communauté juive de Londres) aux derniers Plantagenêts qui firent de Rouen la capitale de l'une des nations des juifs de l'Occident médiéval: je tenais à rappeler ceci car on trouve, hélas, des propos plus que consternants sur le site de Normandie actu en guise de commentaires d'un article plutôt intéressant sur la "maison sublime" de Rouen...

Le lendemain, 18 juin à 10h30 avait lieu dans l'abbatiale, la messe solennelle anniversaire de la dédicace de 1066 proprement dite, présidée par l'évêque de Bayeux-Lisieux en présence des religieuses bénédictines de Bayeux fondées au XVIIe siècle par l'une des Dames de l'abbaye de Caen dont la première abbesse fut Cécile de Normandie, la fille de Guillaume et de Mathilde.

22_06_2016_21_48_23

La liturgie fut pleine d'élévation, grave et simple sans pompes inutiles avec les nuées d'encens nécessaires mais aussi une musique parfaitement "décente", c'est à dire, permettant le juste rapport entre le fond et la forme: en effet, il nous fuit proposé d'entendre d'abord une hymne latine chantée par les religieuses dans le choeur assemblées autour de la tombe de Mathilde, "Gaudeamus omnes" dont la mélodie a servi à composer la messe créée pour cette circonstance par Jean-Luc Fricou, organiste et professeur de composition au conservatoire de Caen. Le temps de cette cérémonie, c'était l'esprit même des lieux qui s'exprimait avec une beauté en rien intimidante et qui a certainement permis à l'assemblée (la nef était pleine) de connaître un véritable moment de grâce que l'on soit croyant ou non.

Pour écouter un extrait sonore de cette composition originale écrite par Jean- Luc Fricou:

http://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/exclusif-abbaye-aux-dames-premiers-extraits-de-la-messe-inedite-4306000

messe_solennelle_1

messe_solennelle_2

Les deux présidents de région normands qui pouvaient être présents en toute légitimité à cette cérémonie étaient là: le curé desservant l'abbatiale (qui est maintenant une église paroissiale) a fait chaleureusement applaudir MM. Morin et Beauvais pour leur contribution à la Normandie.

messe_solennelle_3

Hervé Morin, président de la Normandie a reçu en cadeau un travail scolaire réalisé par les collégiens de l'institution Sainte Marie sur la contribution de l'abbaye aux Dames dans l'histoire normande

messe_solennelle_4

Discussion sur la Normandie et son avenir au "verre de l'amitié" servi après la messe: La Normandie, seule vraie région de France, a la lourde charge de sauver l'idée de région en France car, ailleurs, selon le mot d'Hubert Dejean De la Bâtie rencontré à cette occasion, "c'est la chienlit!"

abbatiale_1

L'après-midi, à partir de 14h00, toute l'abbaye était ouverte y compris la porte toujours fermée entre l'église et les anciens bâtiments conventuels qui abritent l'actuel conseil régional de Normandie: concerts, expositions, animations, petit salon du livre normand, représentations théâtrales, contes pour enfants et dans le parc à l'extérieur, un grand campement médiéval avec tournoi de chevalerie...

conseil_r_gional_1

Les bâtiments de l'ancienne abbaye offrent de beaux belvédères sur la ville de Caen.

musique conseil régional

Musique baroque dans l'ancienne salle de justice des abbesses: le compositeur d'origine normande Jacques-Martin Hotteterre était à l'honneur...

com_diens

campement_m_di_val

Le campement "médiéval" sur le grand tapis vert du parc de l'abbaye aux Dames: au moment où cette photo fut prise, on entendait, c'est inévitable semble-t-il, un flonflon qui n'avait rien de médiéval et qui n'avait surtout rien à voir avec la Normandie: "La voilà la blanche hermine... etc!"

Le breton expert en fantaisies pseudo-médiévales n'a pas recommencé. Me faufilant dans le petit cercle des amateurs de Gilles Servat alors que le charlatan présentait la chanson comme un "classique du folklore médiéval", je l'interpelle: "mais non! c'est Gilles Servat qui a écrit ça dans les années 1960! ça n'a rien de médiéval!". En face, les archéologues reconstitueurs du projet Ornavik n'ont pas apprécié et l'ont fait savoir à l'intéressé qui s'est montré plus discret. A son micro style XVe siècle, le Breton de service annonce enfin: "bon! on fait une pause". Et on ne l'a plus réentendu!

duchesse

Petite duchesse à bord d'un "picoteux", barque de pêche traditionnelle de la baie de Seine, bordée à clins comme les anciens navires Vikings.

tournoi_1

tournoi_2

tournoi_4

Démonstration d'art équestre à l'occasion d'un tournoi symbolique entre des cavalières aux armes de France et de Normandie.

Le soir avait lieu la marche aux flambeaux qui s'ébranla à partir de 22h30 à la nuit tombée sur le perron de l'abbaye aux Hommes (hôtel de ville) et qui devait rejoindre l'abbaye aux Dames: 400 porteurs de flambeaux se sont réunis emmenant avec eux une foule de 700 à 800 personnes au total. On dira que le pari risqué a été tenu même si on eu souhaité plus de monde. L'effet lumineux fut saisissant apportant à l'ensemble, une force symbolique importante.

On regrettera simplement une chose: mise à part nous, on ne trouva qu'un jeune couple rencontré sur le parcours à la hauteur de la place Saint Sauveur pour avoir penser à l'évidence, à savoir, venir à cette manifestation avec les couleurs normandes.

allumage_des_flambeaux

Discours du maire de Caen sur le perron de l'hôtel de ville: Joël Bruneau a marché en tête des porteurs de flambeaux derrière les deux jeunes figurant Guillaume et Mathilde accompagnés d'un porte étendard aux couleurs normandes (tout de même), de portes tambours et des cracheurs de feu. La symbolique sous-jacente du dragon scandinave qui aurait laissé la place aux lions passants et gardants venus d'Anjou était donc présente...

discours_maire_bruneau

Le couple ducal avec une Mathilde en robe rouge et un Guillaume en "bleu de Gênes" et baskets... L'idée n'était pas de faire une reconstitution historique: on est en 2016.

discours_coouple_ducal

couple_flambeaux

drapeau_normand_flambeaux

Après avoir déambulé en ville, en suscitant soit des applaudissements ou quelques quolibets depuis les terrasses de café où des jeunes pensent réussir leur soirée en buvant entre deux matchs de foot de l'Euro ("C'est quoi ce drapeau? C'est celui du Stade Malherbe" sic!), le cortège arrive et se disperse devant le parvis de l'abbaye aux Dames:

parvis_abbaye_aux_dames

parvis_2

Guillaume et Mathilde posent devant le grand portail de l'abbatiale:

portail 3

portail_2

portail

Enfin, vers 23h30, la population était conviée à voir un son et lumière projeté en trois dimensions sur les façades des bâtiments de l'abbaye aux Dames à partir du cloître pour évoquer un parcours complet de l'histoire de la Normandie à partir de l'histoire de l'abbaye aux Dames: toutes les grandes figures de l'histoire normande furent convoquées sur les murs vénérables du monastère à l'invitation de la Reine Mathilde elle-même.

On notera cependant deux oublis de taille: la fondation de l'université de Caen par le roi anglais Henry VI en 1432 et l'absence de la cathédrale de Rouen dans le rappel final des grands monuments du patrimoine normand. Un clochemerle subliminal? Ou plus simplement l'idée que l'unité normande doit être réappropriée par tous les Normands.

spectacle_1

spectacle_2

spectacle_3

spectacle_4

spectacle_5

spectacle_6

spectacle_8

spectacle_9

Cette journée du 18 juin 2016 aura permis de poser un jalon important dans cette reconquête normande des Normands à Caen: c'était le but de cette opération institutionnelle et c'est très bien!

Mais on pourrait faire mieux: encourager et accompagner de façon continue sur toute l'année les initiatives provenant de la société civile normande elle-même. Le prochain rendez-vous normand important à Caen devrait être la "Fête des Normands" la semaine du 29 septembre prochain avant la commémoration de la bataille d'Hastings elle-même en octobre 2016.