Sur cet enjeu-là, fondamental, nous approuvons sans réserve l'initiative de cette tribune et de cette pétition lancée par Nicolas MAYER-ROSSIGNOL...

Résultat de recherche d'images pour

L'Etoile de Normandie ne poursuit qu'un seul objectif: servir l'intérêt général des Normands et défendre la Normandie. Nous essayons d'éviter la politique politicienne et si nous devons parfois (souvent) nous en prendre sévèrement à certaines personnalités publiques c'est seulement à l'aune de ce principe de fidélité à la Normandie que nous le faisons.

Ainsi, ces derniers temps, nous avons beaucoup ironisé et critiqué Nicolas MAYER-ROSSIGNOL, le chef de file de l'opposition socialiste (fabiusienne?) à l'actuelle majorité régionale présidée par Hervé MORIN:

On aura pu douter de la sincérité de la conversion récente et rapide du premier à l'unité de la Normandie en juin 2014 dès lors que François Hollande avait pris la décision historique de l'imposer à Laurent Fabius, tout comme on aura pu reprocher au second qui fut, pourtant, un partisan historique et authentique de l'unité normande de ne l'avoir pas clairement votée au Parlement en novembre 2014 en préférant le confort d'une abstention partisane (le député-maire du Havre Edouard Philippe avait, quant à lui, osé voter oui en mélant sa voix aux députés socialistes normands).

Ainsi, autant il est vrai que c'est François Hollande qui a décidé de l'unité normande en l'imposant aux socialistes fabiusiens qui n'en voulaient pas. Autant il est vrai que c'est Hervé Morin, un partisan historique et authentique de l'unité normande qui a été élu comme premier président de la Normandie.

Un partout! La balle au centre...

Car l'unité normande étant officiellement actée à la satisfaction générale de tous les Normands dont certains l'attendaient depuis plus de 40 années, il faut maintenant construire concrètement l'unité normande: les choses sérieuses commencent enfin et c'est au pied de l'ouvrage que l'on voit le maçon.

Et sur le point essentiel, symbolique, vital pour l'avenir même d'un espace vécu normand commun à reconstruire, à savoir la nécessité de faire des traversées de la Seine, un GRAND SERVICE PUBLIC NORMAND, la situation pour les citoyens et les usagers normands s'est dégradée alors qu'elle devrait s'améliorer si l'objectif principal (sinon la raison d'être) d'un Conseil régional de Normandie était de faciliter l'unité concrète de la Normandie.

Résultat de recherche d'images pour     Résultat de recherche d'images pour      Résultat de recherche d'images pour  

Résultat de recherche d'images pour      Résultat de recherche d'images pour      Résultat de recherche d'images pour

Il est clair que dans cette affaire, quand bien même toutes les grandes collectivités normandes soient désormais de la même crèmerie (sauf la métropole et commune de Rouen) on voit poindre la désastreuse et stérile opposition des localistes départementalistes toujours un peu méfiants vis-à-vis de toute affirmation du pouvoir régional et dont Jean Léonce Dupont, sénateur et président du Calvados est un parfait représentant.

A cela, il faut ajouter la double crise financière et d'identité dans laquelle sont actuellement plongées les collectivités départementales. Avec pour conséquence, le retrait financier des conseils départementaux de toutes les politiques publiques jugées trop éloignées du bloc de compétences obligatoires qui doivent être assumées par les départements, en l'occurence, la politique sociale de proximité (autour de la lancinante question du RSA).

Ainsi, les anciennes coopérations de finances et de projets qui avaient si bien fonctionné dans le cadre protégé du "276" Haut-normand et qui aurait pu être généralisé  à toute la Normandie à partir du "G6 Normand" (CG 5014612776 + Région) ne semblent plus être possibles, diminution de la DGF annuelle attribuée par l'Etat aux collectivités oblige...

Ce qui oblige la nouvelle région dotée par l'actuelle réforme de nouvelles compétences, notamment dans le domaine des transports et de l'aménagement du territoire, à prendre toutes ses responsabilités !

Ainsi face à un Jean-Léonce Dupont président goguenard du Calvados, qui fut le premier à se retirer de l'aide financière accordée aux usagers du pont de Normandie, face à un Sébastien Lecornu président freluquet effronté de l'Eure qui a suivi l'autre en décidant la même chose ou face à un Pascal Martin président encore timide de la Seine Maritime qui serait tenté de faire pareil avec le bac de Quillebeuf... Hervé MORIN doit montrer qui est le patron en Normandie!

Et c'est Nicolas MAYER-ROSSIGNOL qui s'empresse de le lui rappeler...

L'intérêt général des Normands n'a jamais été aussi bien défendu!


 

Traverser la Seine, un service public normand

http://nicolasmayer.parti-socialiste.fr/2016/06/22/traverser-la-seine-un-service-public-normand/#comment-1073

le-site-normandie2016_fr-voit-le-jour

La Normandie est réunifiée depuis le 1er janvier dernier. Nous nous en réjouissons d’autant plus que c’est l’action de ce Gouvernement et de nos majorités de gauche qui a permis que la Normandie unie (re)devienne réalité. Hélas, alors que les Normands attendent que cette nouvelle organisation améliore concrètement leur quotidien, force est de constater que c’est encore loin d’être le cas. Au contraire, les derniers mois ont vu une dégradation des services publics dans nos territoires, causée par un désengagement des grandes collectivités normandes. Symbole par excellence de cette Normandie en droit qui peine à devenir une Normandie en fait : le franchissement de la Seine. Est-il besoin de souligner l’importance de la Seine pour notre région, à la fois cœur démographique, poumon industriel et logistique, écrin environnemental et touristique ? Il est pourtant de plus en plus difficile pour les Normands de franchir leur fleuve.

Premier exemple: les Ponts de Normandie et de Tancarville. Depuis que la Normandie est réunie, ils sont devenus… plus chers!  

Le désengagement des Département du Calvados puis de l’Eure dans la prise en charge d’une partie de l’abonnement des usagers quotidiens des deux Ponts en est une des raisons principales. Près de 2000 familles sont concernées. Certes, les abonnés ont obtenu, par leur combat, gain de cause auprès de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Estuaire. Mais cela ne doit pas masquer le désengagement des Départements du Calvados et de l’Eure, qui ne sont en rien compensés. Là aussi, ce sont les abonnés normands qui paient l’addition. A quoi sert de faire la Normandie si traverser la Seine devient plus coûteux?

En 2005, la gauche au Département de la Seine-Maritime instaurait la gratuité du Pont de Brotonne. Dix ans plus tard, à l’heure de la Normandie unie, le sens de l’Histoire aurait bien sûr été une prise en charge accrue du coût de franchissement des Ponts de Normandie et de Tancarville par les collectivités: c’était la proposition portée dès le 4 juin 2015 par les Présidents de Région d’alors, Laurent Beauvais et Nicolas Mayer-Rossignol, dans un courrier aux cinq Présidents de Départements normands. Aucun des cinq n’avait jugé utile de répondre, à l’exception du Président du Département de l’Orne Alain Lambert qui l’avait fait… par la négative. 

La Normandie n’a pas besoin de barrières et de frontières, elle a besoin qu’on y facilite les déplacements et qu’on les encourage.

Autre exemple: la menace que fait aujourd’hui planer la droite de Seine-Maritime et de l’Eure sur la gratuité des bacs de Seine. La fin de cette gratuité, instaurée là aussi par la gauche en 2005, serait une catastrophe pour de nombreux habitants qui ont fait leur choix, personnels et professionnels, en pensant qu’ils pouvaient franchir gratuitement le fleuve, plusieurs fois par jour si nécessaire. Le combat exemplaire pour le maintien de la gratuité du bac de notre collègue Alain Tessier, maire de Quillebeuf-sur-Seine, est révélateur : ce sont des villages entiers qui risquent l’asphyxie. Les bacs de Seine permettent dix millions de traversées chaque année. C’est considérable.

Les Présidents des cinq Départements et celui de la Région, tous de la même couleur politique, multiplient les réunions au sein de ce bien étrange « G6 » censé construire l’avenir de la Normandie réunifiée. Aujourd’hui, on peut se demander à quoi il sert.

Les territoires normands seraient en droit d’en attendre des avancées concrètes et une meilleure articulation des politiques entre les territoires. Rien de tout cela. Le Pont de Normandie est désormais plus cher, la gratuité des bacs de Seine est menacée. Quant à l’ancien dispositif de coopération entre les deux Départements de l’Eure, de Seine-Maritime et la Région Haute-Normandie, le « 276 » réalisé par la gauche et qui permettait de soutenir les petites associations sportives et de solidarité dans de nombreux territoires, il a carrément été jeté aux oubliettes. Avec un peu moins de sectarisme, il aurait au contraire pu servir de modèle et être étendu à l’ensemble de la Normandie.

Nous alertons la droite normande, qui a aujourd’hui quasiment tous les leviers locaux et notamment la Présidence des cinq Départements et de la Région: la Normandie, les Normands ont besoin de services publics de proximité. Le "G6″ doit les conforter, pas les casser. La Seine est notre lieu, notre lien. N’en faites pas un obstacle.

Les premiers signataires :

  • Nicolas MAYER-ROSSIGNOL, Président du groupe « Socialistes, Radicaux et Citoyens » de la Région Normandie
  • Guillaume BACHELAY, Député de la Seine-Maritime
  • Christophe BOUILLON, Député de la Seine-Maritime
  • Jacques DELLERIE, Maire de Sandouville – Député de la Seine-Maritime
  • Jean Louis DESTANS, Député de l’Eure
  • Gilles DETERVILLE, Président du groupe socialiste du Département du Calvados
  • Philippe DURON, Député du Calvados
  • Valérie FOURNEYRON, Députée de la Seine-Maritime
  • Franck GUEGUENIAT, Maire d’Epron – Conseiller régional de Normandie
  • Estelle GRELIER, Secrétaire d’Etat aux collectivités territoriales – Conseillère régionale de Normandie
  • Marc-Antoine JAMET, Maire de Val-de-Reuil – Conseiller régional de Normandie
  • François LONCLE, Député de l’Eure
  • Didier MARIE, Sénateur de la Seine-Maritime
  • Hélène MIALON BURGAT, Maire de Mondeville – Conseillère régionale de Normandie
  • Luce PANE, Maire de Sotteville-lès-Rouen – Députée de la Seine-Maritime
  • Nicolas ROULY, Président du groupe « Pour les Seinomarins » du Département de la Seine-Maritime
  • Frédéric SANCHEZ, Président de la Métropole Rouen Normandie – Conseiller régional de Normandie
  • Nelly TOCQUEVILLE, Sénatrice de la Seine-Maritime
  • Catherine TROALLIC, Députée de la Seine-Maritime – Conseillère régionale de Normandie
  • Stéphane TRAVERT, Député de la Manche – Conseiller régional de Normandie
  • Les Conseillers régionaux Socialistes, Radicaux et Citoyens de la Région Normandie

Tribune à retrouver sur le site de Paris-Normandie.


 

Commentaire de Florestan:

Voilà un beau sujet pour la toute première réunion de la Conférence territoriale de l'action publique normande co-présidée par Hervé MORIN, président de région et Nicole KLEIN, préfète de région et qui doit associer tous les grands élus de Normandie. Car s'il y a un patron en Normandie (Morin) il ne faut pas oublier la patronne (Klein).