Dans la semaine du 16 juin 2016, l'hebdomadaire spécialisé Le Marin (groupe Ouest-France) proposait un dossier spécial sur le potentiel imposant de la Normandie en matière d'économie maritime.

Disons les choses simplement: sur les quelques 630 km de littoral normand, on trouvera TOUTE la gamme possible des activités économiques liées au littoral et à la mer. La force de la Normandie, outre sa position éminente d'être la véritable grand porte maritime de la France ouvrant assez directement la région parisienne sur la mer la plus fréquentée du monde, c'est d'avoir su garder une très grande variété d'activtés souvent de grande qualité à côté de fortes spécialisations qui ne sont jamais exclusives.

Inévitablement, en France, quand on évoque une région maritime on pensera à la Bretagne et c'est tout à fait légitime. Sauf que la Normandie maritime ce n'est pas que la marine de guerre d'un côté, la plaisance sportive de l'autre ou des marins pêcheurs taillés à la serpe pour passer sur un plateau de télé.

La Normandie maritime couvre toutes les activités liées de près ou de loin à la mer: du maillot de bain au porte conteneur géant, de l'huitre creuse aux éoliennes marines, de la recherche scientifique sur les algues à la construction de sous-marins nucléaires, du pilotage des navires de haute-mer dans sur un fleuve aux liaisons ferries avec toutes les îles britanniques.

La Bretagne maritime est une image à laquelle il manque quelques réalités (par exemple: il n'y a pas en Bretagne de Grand Port Maritime de niveau européen ou mondial comme les GPM du Havre et de Rouen)

Afficher l'image d'origine

http://www.lesechos.fr/30/05/2012/LesEchos/21194-162-ECH_les-grands-ports-francais-a-la-reconquete-de-leurs-marches-perdus.htm

La Normandie c'est, hélas, le contraire: une réalité plutôt exhaustive à laquelle il manque une image.

Voilà encore un sujet stratégique majeur où le retour à l'unité normande ne pourra faire que du bien: la Normandie maritime est de retour.

Reste à piloter depuis la Normandie une véritable politique maritime de la France qui n'a jamais fait l'objet d'une volonté forte et permanente de la part du pouvoir central parisien: cet aspect a totalement été oublié par François Hollande pourtant largement soutenu en 2012 par les électeurs d'une Bretagne maritime.

Il se pourrait que ce sujet essentiel fasse son grand retour à l'occasion des prochaines élections présidentielles de 2017 porté du côté de la gauche radicale par Jean-Luc Mélenchon qui a bien compris l'énorme potentiel de croissance industrielle qui existe du côté de la mer mais porté à droite par Edouard Philippe, le député-maire du Havre que d'aucuns voient déjà comme le Premier ministre putatif d'Alain Juppé.

Sans pour autant prendre la proie pour l'ombre, il est évident que pour le 500ème anniversaire de la fondation du Havre, le vrai cadeau à faire serait la délocalisation au Havre de l'administration centrale chargée des affaires maritimes ou l'octroi d'une véritable autonomie locale de gestion pour les Grands Ports Maritimes (le maire de la ville portuaire pourrait présider le conseil d'administration portuaire et le conseil des usagers portuaires ne serait plus seulement un conseil consultatif mais exécutif)

La Normandie n'est, pour lors, qu'un potentiel maritime: pour qu'elle redevienne la puissance maritime qu'elle fut, notamment entre 1815 et 1940, il va falloir faire de la politique. De la vraie.


 

Ci-après, les principaux éléments de ce dossier spécial "Normandie" proposé par les Bretons du Marin:

normandie_maritime_1

normandie_maritime_2

normandie_maritime_3

normandie_maritime_4

normandie_maritime_5

normandie_maritime_6

normandie_maritime_7

normandie_maritime_8

normandie_maritime_9

normandie_maritime_10

normandie_maritime_11

normandie_maritime_12

normandie_maritime_13

  • Et pendant ce temps-là dans un port municipal belge...

normandie_maritime_14