MEUUUHHHH! ça suffit!

Afficher l'image d'origine

  • Autoroutes: la Normandie aurait les autoroutes les plus chères de France au kilomètre parcouru...

http://www.normandie-actu.fr/trois-autoroutes-de-normandie-parmi-les-plus-cheres-de-france_215662/

Trois autoroutes de Normandie, parmi les plus chères de France

À l'approche des vacances d'été, l'internaute publie le classement 2016 des autoroutes les plus chères de France. Trois d'entre elles passent par la Normandie. Décryptage.

Mise à jour : 29/06/2016 à 19:41 par Alice Patalacci

L'A88 et l'A29 sont les deux autoroutes les plus chères de Normandie, selon le classement 2016 établi par l'Internaute. (photo d'illustration © Normandie-actu)

L'A88, l'A29 et l'A28 sont les trois autoroutes les plus chères de Normandie, selon le classement 2016 établi par L'Internaute. (photo d'illustration © Normandie-actu)

Emprunter la route des vacances, oui, mais à quel prix ? À l’approche des beaux jours et des grands départs en vacances, L’Internaute a publié le classement des autoroutes les plus chères de France. Sur dix ans, les prix auraient augmenté de 16,4%.

Entre 9,28 et 9,45 centime par kilomètre

Les trois autoroutes les plus chères de Normandie sont respectivement l’A88 (réseau Alicorne), l’A29 (SAPN et Sanef) et l’A28 (Alis et Cofiroute) :

• La première, l’A88, relie Caen (Calvados) à Sées (Orne) et présente une portion gratuite, entre Caen et Falaise. Pour parcourir ses 73 kilomètres, il faut débourser 6,90 euros, soit 9,45 centimes par kilomètre.

• La deuxième, l’A29, relie le sud du Havre (Seine-Maritime) à Saint-Quentin (Aisne). Pour rouler sur ses 264 kilomètres, les automobilistes doivent payer 24,70 euros (contre 24,50 en 2015). Soit 9,35 centimes par kilomètre.

• Enfin, la troisième, l’A28, relie Abbeville à Tours en passant par Rouen et Bourg-Achard, sur 362 kilomètres. La praemière portion, d’Abbeville à Rouen, est gratuite. C’est à partir de Bourg-Achard qu’il faut s’acquitter de 33,60 euros. Sur le trajet total, c’est 9,28 centimes par kilomètre. En ôtant les quelques 130 kilomètres gratuits, le prix au kilomètre passe à 14 centimes.

Hausse du tarif des autoroutes depuis le 1er février

Après une année 2015 gelée, les tarifs autoroutiers ont augmenté, en moyenne, de 1,12%, depuis le 1er février 2016. Ce sont les Autoroutes du sud de la France (ASF) qui ont le plus relevé leurs tarifs (+1,63%). Viennent ensuite les Autoroutes de la région Rhône-Alpes (Area), avec 1,27%. Elles sont suivies par le réseau du Centre et de l’Est de la France (APRR), qui augmente ses tarifs de 1,23%. En quatrième position, le Nord de la France (réseau Sanef-SAPN) avec 0,86% et, enfin, Cofiroute, qui opère une augmentation de 0,82%.

> Pourquoi ces hausses ? Elles interviennent dans le cadre d’un plan de relance autoroutier de 3,2 milliards d’euros, proposé et financé par les sociétés concessionnaires. En échange, elles bénéficieront d’une rallonge moyenne de deux ans, concernant la durée de leur concession, qui s’achève vers 2030.


 Commentaire de Florestan:

Le lobby breton (CELIB) a obtenu le principe de la gratuité des 4 voies rapides sous Pompidou en contrepartie d'une limitation à 110 km/h. L'A84 est gratuite en Normandie occidentale et elle est limitée à 130 km/h: la logique de conception de cet ouvrage (années 1980/1990) était de renforcer l'axe CAEN/ RENNES dans une perspective d'absorber la Basse Normandie dans un Grand Ouest ligéro-breton.

L'A13 a été conçue depuis les origines (1970) comme l'autoroute PARIS/DEAUVILLE ou comme une réplication routière de l'Axe Seine.

Le franchissement de la Seine a été concédé à la féodalité locale de la CCI du Havre avec les conséquences que l'on sait (ponts de Normandie et de Tancarville payants)

Dans les années 1990/2000, l'Etat et les deux régions normandes avec des contrats de plan mal financés et le recours à quelques fonds européens, bricolent un début de désenclavement autoroutier dans une logique spécifiquement normande en profitant du projet européen de "rocade autoroutière des estuaires" (axe Calais- Nantes- Bordeaux): ce sont les barreaux A 29 et A 28. Puis est venu dans les années 2000 le barreau A 88 pour le désenclavement de Caen et du port du Havre vers le Sud- Ouest (axe "Plantagenêt).

Le point commun entre toutes ces initiatives routières c'est la contrainte financière avec le recours à la Ferme Générale d'Ancien Régime (les usagers paieront ainsi que les collectivités avec une subvention d'équilibre) dans un contexte de faiblesse structurelle des collectivités territoriales normandes divisées et incapables de penser globalement l'intérêt général de la Normandie en terme d'aménagement du territoire.

La renaissance d'une unité de commandement politique et de financement en Normandie avec la réunification régionale devrait permettre de corriger les erreurs du passé et d'anticiper et de mieux préparer les défis qui restent à relever: le retard normand en terme de mobilité est devenu particulièrement critique... (On a 30 ans de retard).


  •  Du côté de la SNCF:

Hervé Morin a décidé de reprendre fermement en main le service ferroviaire normand des grandes lignes car on ne peut décemment attendre une LNPN prévue en 2030 tout au mieux. Mais, en attendant, les usagers normands au bord de la crise de nerfs devant l'effondrement de la qualité de service rendu par une SNCF financièrement, techniquement et humainement au bout du rouleau, ont décidé d'une grève massive du titre de transport: le contrat entre la SNCF service public national et les citoyens usagers (et surtout usés) normands est rompu!

http://www.normandie-actu.fr/sncf-en-normandie-des-usagers-appellent-a-la-greve-des-billets-de-train_207508/

SNCF en Normandie. Des usagers « vaches à lait » appellent à la grève des billets de train

Dès lundi 30 mai 2016, des usagers de la SNCF d'une ligne de Normandie appellent à faire la grève des billets de train pour dénoncer les conditions de circulation à bord.

Mise à jour : 27/05/2016 à 11:53 par Julien Bouteiller

Les usagers de la ligne Le Havre-Rouen-Paris appellent à la grève de présentation des abonnements (photo d'illustration ©Flickr)

Des usagers de la ligne Le Havre-Rouen-Paris appellent à la grève de présentation des abonnements. (Photo d'illustration ©Flickr)

Nouvel appel à la grève à la SNCF. Une fois n’est pas coutume, il ne s’agit pas là d’un mouvement du personnel de la SNCF, mais des usagers, en Normandie, de la ligne Le Havre-Rouen (Seine-Maritime)-Paris. Sur le réseau social Facebook, un collectif d’usagers en colère appellent ainsi à « la grève de présentation des abonnements, du lundi 30 mai au 9 juillet 2016 ».

« Nous, vaches à lait, en avons eu assez ! »

Dans leur message publié, jeudi 26 mai 2016, des usagers déplorent les conditions de circulation sur la ligne.

Depuis plusieurs mois, nous subissons des retards quotidiens, des suppressions régulières, des mises à quai tardives, des trains trop courts, des rames non adaptées… Nous voyageons debout, assis par terre, dans les couloirs, c’est devenu notre ‪quotidien ! Nous payons chaque semaine, chaque mois, pour un service qui n’est pas rendu. Nous, vaches à lait, en avons assez !

En faisant la grève des présentations des titres d’abonnement, ces usagers espèrent satisfaire plusieurs revendications.

Nous revendiquons la gratuité des transports pour le mois de juin et le remboursement de l’abonnement en cours, le retour de la dégressivité, une réduction de 30% des prix sur les mois de juillet et août et la suppression des réservations.

La SNCF en grève reconductible

Cette grogne des usagers éclate alors même que la SNCF est déjà empêtrée dans un mouvement de grève de son personnel. Plusieurs syndicats ont en effet déposé, une semaine auparavant, divers préavis de grève reconductible qui touchent principalement les mercredis et jeudis. Les syndicats ont lancé le mouvement pour peser dans les négociations en cours sur les conditions de travail.

> Une grève dans les transports en commun à Rouen, aussi. Les usagers du réseau Astuce, à Rouen (Seine-Maritime), vont subir les galères d’une nouvelle «grève perlée » de la TCAR, également.