Le lien entre la locomotive en tête du train qui tire le dernier wagon semble évident pour un cheminot même si la SNCF nous a habitué hélas plutôt au contraire... Transposée à la géographie régionale a fortiori quand cette géographie n'a plus qu'un lointain rapport avec l'idée de région, la métaphore ferroviaire risque le déraillement.

Pas sûr que la métropole régionale aussi grosse et puissante soit-elle tire à elle seule toute une région surtout lorsque la métropole est à l'autre bout (Strasbourg) ou lorsque la métropole n'a de métropole que le nom en raison d'une proximité avec la métropole des métropoles, à savoir la mégalopole parisienne qui, comme l'a bien montré le géographe Jacques Lévy, continue d'avoir le vrai pouvoir d'impulsion et de commandement décisif pour tous les territoires français à l'exception notable et encore pas de façon totale de la métropole lyonnaise.

Afficher l'image d'origine

Le gouvernement vient d'annoncer par la voix de Manuel Valls un saupoudrage de 150 millions sur les 15 métropoles officielles établies par la Loi MAPAM de 2014 alors que l'on sait les limites de la fabrication de petits paris de province. Ce n'est pas de cette façon que l'on pourrait décoloniser justement ce qui reste de province en France pour reprendre la célèbre formule de Michel Rocard qu'on a porté en bière aujourd'hui.

Il serait au contraire plus judicieux d'aider financièrement les projets à venir à partir des pôles métropolitains qui se construisent à partir d'une métropole régionale et d'un réseau de villes à condition d'avoir un vrai réseau de villes et un vrai territoire régional et d'avoir

de vraies complémentarités et pas trop de disparité ni de taille ni géographique entre l'agglomération la plus petite et l'agglomération la plus grande du réseau urbain régional...

Cette géographie urbaine régionale c'est, bien entendu, celle de la Normandie et c'est la raison pour laquelle au lieu de ne faire qu'un seul pôle métropolitain associant la TRIPOLITAINE normande avec une métropole à Rouen, une technopole à Caen et un port international au Havre, on s'échine toujours à en faire exister... trois!

Cherchez l'erreur!


 

http://www.ouest-france.fr/europe/france/valls-annonce-150-millions-deuros-en-faveur-des-metropoles-francaises-4350451

Valls annonce 150 millions d'euros en faveur des métropoles françaises

  • Les quinze villes françaises signataires du "pacte métropolitains d'innovation" se partageront une enveloppe de 150 millions d'euros. Les quinze villes françaises signataires du "pacte métropolitains d'innovation" se partageront une enveloppe de 150 millions d'euros. | Reuters

Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé, mercredi, une enveloppe de 150 millions d'euros dès 2017 en faveur des 15 métropoles françaises avec qui l'Etat signera un « pacte » pour conforter leur rôle de « locomotives ».

« J'ai souhaité que l'État s'engage financièrement pour accompagner les 15 pactes métropolitains d'innovation. Ce sont 150 millions d'euros que nous consacrerons, dès 2017, pour soutenir, approfondir, développer vos projets », a déclaré M. Valls à l'issue de la signature à Lyon, du premier pacte Etat-Métropoles avec France Urbaine, l'association nationale des élus urbains réunissant notamment les 15 métropoles urbaines, du Grand Paris à celle de Brest.

« Cet effort particulier sera consacré au sein du Fonds de soutien à l'investissement public local », a précisé le Premier ministre.

Trois axes de travail

Citant au préalable l'ancien Premier ministre, Michel Rocard, l'actuel hôte de Matignon a assuré qu'État et grandes villes devaient travailler « main dans la main » et a invité les métropoles aux expérimentations ouvertes par la loi NOTRe.

Le pacte ouvre la voie à la signature de 15 pactes métropolitains qui devront être finalisés d'ici à novembre 2016.

Ils se déclineront en trois grands axes : « transition énergétique et environnement » (Grenoble, Nantes, Paris, Strasbourg), « ville intelligente et mobilités » (Lille, Lyon, Nice, Rennes, Rouen, Toulouse) et « excellence économique et rayonnement international » (Aix-Marseille-Provence, Bordeaux, Brest, Montpellier, Nancy).

Le Premier ministre a proposé que « la Conférence des métropoles - ce C15 qui se réunit aujourd'hui pour la première fois - soit réunie régulièrement, pour faire vivre ce dialogue direct entre nous, entre l'État et les exécutifs métropolitains »

Engager le dialogue

« Le rôle de l'État, ce n'est pas avantager Lyon contre Lille ou Bordeaux contre Toulouse. C'est permettre à toutes ces villes de jouer dans la cour de Francfort, Genève, Milan, Barcelone ou Amsterdam », a-t-il fait valoir, ajoutant : « nous avons pris une initiative forte, avec toutes les collectivités intéressées, pour accueillir dans les meilleures conditions les entreprises qui vont se relocaliser après le Brexit »

M. Valls a également promis d'engager le dialogue avec les métropoles afin de modifier les dispositions comptables et budgétaires permettant un meilleur travail en commun, notamment l'harmonisation du versement du fonds de compensation de la taxe sur la valeur ajoutée (FCTVA).

Il a néanmoins rappelé que le développement des métropoles ne devait pas se faire au détriment des espaces ruraux et des agglomérations moins importantes.

Chaque pacte Etat-Métropole comprendra donc des « outils de coopération » favorisant « l'alliance des territoires » mais aussi le « développement social de toute la métropole » pour ne pas reléguer les nouveaux habitants de ces aires urbaines « en marge de ces évolutions rapides»