La rédaction de l'Etoile de Normandie a reçu le reportage réalisé dans la Manche après le Grand Départ du Tour de France par l'ami "Barreau", l'un de nos plus fidèles lecteurs que nous publions ci-après... Edifiant!


 

Les tribulations d’un normand en Normandie ( épisode Manche)

Cette année, c’était acté : les vacances seraient en Normandie.

 

Adieu la mollesse et la douceur angevine, je mets le cap sur le bout du monde !!!

Le programme se déroule comme suit : traversée de la totalité de la Manche du Sud au Nord, destination Valognes avec l’intention de visiter le nord Cotentin que je ne connaissais pas encore…

Goury

Bon, on rentre en Normandie par l’Orne (achat de camemberts à Champsecret et de biscuits à Lonlay l’abbaye) et par le Calvados (achat d’andouilles de Vire) afin de faire des stocks pour combler une nostalgie qui pourrait me prendre au retour…en aparté, j’ai été impressionné par la longue file d’attente du magasin d’usine de la biscuiterie d’où les gens sortaient des sacs cabas plastiques remplis à ras bord de gâteaux. Et ce sont surtout les beaux sacs cabas qui ont attiré mon œil. Chaque client amenait ses sacs et j’ai eu le plaisir de voir nombre de ceux-ci aux couleurs de la Normandie alors que je n’en ai pas remarqué un seul qui évoque la Bretagne..

 

A propos: si des lecteurs ont des tuyaux pour trouver de tels sacs, je suis preneur car j’ai arpenté la Manche de long en large sans en trouver un. Je rêve d’exhiber fièrement mon sac Normandie lors de mes courses là où la ménagère angevine tient à la main son sac…breton bien entendu !!!

Il faut préciser que notre entrée en Normandie s’est faite « discrètement » entre les villes de Mayenne et Domfront car il n’y a pas de panneau « région Normandie » sur la D962.

 

Passage à Saint-Lô, Carentan et enfin Valognes où je vois de plus en plus de véhicules immatriculés 50 avec les deux léopards (constat de la fin de la semaine pour moi : c’est le secteur Valognes, Barfleur, Cherbourg qui en concentre le plus).

 

Visite de la grosse machine touristique du Cotentin, la Cité de la mer à Cherbourg où je n’ai pas vu un produit dans la (grosse) boutique de souvenirs, faisant référence à la bretagne…

 

Quant au pavoisement, l’effet « Tour de France » y est sûrement pour beaucoup et nombre de drapeaux normands flottaient tout au long de mon itinérance, que ce soit chez les particuliers ou dans les vitrines de magasins, sur les églises (Cherbourg), les monuments (St Sauveur le Vicomte) avec la palme pour Barfleur où église, rues et maisons étaient pavoisées.

St Sauveur le Vicomte grand pavois

Barfleur

D’ailleurs, il faut souligner le nombre important de drapeaux rouges aux léopards « Tour de France-Manche-Normandie » qui fleurissaient au bord des routes : il semble que ce soit à la seule initiative du département et non de la région.

 

A cet égard, j’ai vu le journal régional Bas Normand ( réalisé par la rédactrice en chef ROZENN KERLAN et présenté par ERWAN DE MINIAC : où sont les normands ???) à 19 h00 le soir de l’étape Granville-Angers. Le président de la Manche se plaignait du fait que M Morin n’avait pas assisté au passage du tour dans son département…

 

Anecdote : le journaliste m’a fait marrer quand il a dit que le tour avait quitté la Normandie pour la …Bretagne avec un échappé breton… Il nageait dans le bonheur…On aurait dit que l’étape allait en Bretagne et pas au-delà : vision de France 3 Basse Normandie !!! Il a même insisté sur le fait qu’un accident avait eu lieu juste une fois la frontière passée, en Ille et Vilaine.

 

Quelques remarques :

 

- peu de pavoisement sur Barneville-Carteret, Porbail, St Vaast et Quettehou et enfin aucun pavoisement dans les villages de la Hague et donc rien non plus dans la ville de Beaumont-Hague (enfin, il n’avait pas de drapeaux Areva non plus !!!)

 

- le train touristique du Cotentin faisant la liaison Barneville-Carteret-Porbail nous a gratifié de musique « marine » dont Tri martolod qui a disparu fort heureusement très vite sous les grincements des wagons…(à noter que la petite restauration à bord de ce train ne comportait pas de spécialités normandes)

 

- Planétarium Ludiver à Tonneville Hague : les cartes de météo France ressemblent à la carte de Ouest France. La direction Grand Ouest de météo France serait-elle basée à Rennes ?

 

- La ville de Ducey (Sud Manche) sans aucun pavoisement, ni sur les maisons ni sur les édifices publiques

 

- A Coutances :  un carrefour (angle Bd de Verdun / D20 vers Bricqueville la Blouette pour ceux qui connaissent) décoré sur le thème de la Bretagne : peut-on imaginer une réciprocité chez nos aimables voisins ?

 

- Beaucoup de Bretons dans la région d’Avranches (sûrement en raison de la proximité) : des camelots sur le marché de cette ville mais aucun d’eux n’affichait insolemment sa provenance…

 

- Pas de panneau « Normandie » sur la D977 (axe Fougères-St Hilaire du Harcouët) aux Loges-Marchis mais heureusement un panneau « bienvenue dans la Manche-Normandie »

 

 

Conclusion :

 

Après cette auscultation du territoire (soit environ un millier de km trajet aller-retour compris), j’ai découvert des Manchots dans l’ensemble fiers d’être Normands, étonnamment plus au Nord (alors qu’ils n’ont rien à défendre territorialement). Beaucoup de produits, de spécialités normandes, de boutiques de souvenirs exclusivement normands (heula, joséphine etc…) s’affichent fièrement. Le traitement de faveur réservé au département par le tour de France n’est peut être pas étranger à cette fierté retrouvée.

 

J’ai vu beaucoup d’étrangers notamment Belges et Allemands, quelques Anglais. Côté français : des Normands (peu de 61), des gens du nord (Hauts-français ???), curieusement des gens de l’extrême Sud, quelques Bretons, Nantais et Vendéens.

 

Confirmation, par contre, de la faille abyssale qui existe entre la Manche et la Mayenne, le Maine-et-Loire et la Sarthe: aucune voiture, aucun camping-car observés pouvant provenir des "Pays de la Loire" alors que ces départements sont proches (Angers- Avranches : 185 km pour 2h30, Angers – Valognes : 300 km pour 4 h00).

 

D’ailleurs, le seul Angevin que j’ai vu est un vigneron arrivé là pour avoir épousé une Normande !!! Il fait donc les marchés estivaux pour faire découvrir son vin et m’a dit, les yeux pleins d’étoiles, un verre à la main, qu’avant de connaître sa femme, il n’avait jamais mis les pieds ici et ne connaissait pas mais qu’il y avait tant de belles choses à voir et à manger. Je buvais du petit lait (en fait c’était du Côteau du Layon…).

Cette ignorance vient certes des Angevins, petits et obscurantistes, qui ne jurent que par la Vendée et la Bretagne mais également des Manchots qui ne savent pas s’exporter et faire connaître leur coin de Normandie.

 

La faute aussi au fait qu’en France on ne va en vacances qu’au Sud ou à l’Ouest et il parait inconcevable d’aller vers le Nord ou à l’Est. Tant pis pour ceux qui ignorent ce qu’ils ratent !!!

 

C. Barreau