Alors que tout le monde semble apprécier la transformation en cours des quais "bas" sur la rive gauche de la Seine, de l'île Lacroix au pont Guillaume Le Conquérant en une agréable promenade champêtre et arborée...

http://www.normandie-actu.fr/quais-rive-gauche-a-rouen-les-travaux-damenagement-reprennent-a-la-rentree_146594/

Afficher l'image d'origine

La 2e phase des travaux d'aménagement des quais rive gauche débutera à la rentrée de septembre 2015. (Photo DR)

La 2e phase des travaux d'aménagement des quais rive gauche débutera à la rentrée de septembre 2015. (Photo DR)

A la dernière minute, la ville de Rouen a décidé d'un arrêté actuellement en cours d'exécution mais aussi de contestation devant la justice administrative par des citoyens légitimement en colère, de massacrer à la tronçonneuse en plein été les platanes centenaires de la presqu'île de Waddington en aval du pont Flaubert, là où les forains de la foire Saint Romain ont été parqués par la municipalité socialiste qui ne voulait plus d'une fête populaire à gros manèges et gros flonflons là où, précisemment, la reconquête écolo-bobo des quais de la Seine est à l'oeuvre: les attractions policées cultureuses et gnangnan appréciées de la nouvelle bourgeosie urbaine rouennaise à l'image de ce qui se fait à Paris ne saurait tolérer la présence bruyante des autos tamponneuses, des trains de la mort, des grands huits avec le hurlement d'un gros et gras public sous des néons criards bouffant de la barbe-à-papa rose!

Alors pour garer (sinon égarer) le populo et son goût immodéré pour les gros manèges loin des bourgeois fabiusiens du centre ville, la ville de Rouen qui plante des arbres pour les bobos décide d'en couper pour le populo sur la presqu'île de Waddington... loin, très loin de l'hôtel de ville!


 

http://www.normandie-actu.fr/dossiers/premiers-platanes-tronconnes-a-rouen-la-police-veille-des-citoyens-hurlent_219937/

Rouen Premiers platanes tronçonnés, à Rouen. La police veille, des citoyens hurlent

Lundi 18 juillet 2016, vers 13h30, la Ville de Rouen a mandaté une société privée pour abattre les arbres de la presqu'île de Waddington, après avoir pris un arrêté le jour-même.

()

Un acte « hors la loi ». Alors que l’abattage des platanes de la presqu’île de Waddington, sur l’esplanade Saint-Gervais, à Rouen (Seine-Maritime), a débuté vers 13h30, lundi 18 juillet 2016, la quinzaine de membres du collectif « Effet de serre toi-même » et de l’association « Horizon Normandie nature environnement », et quelques citoyens, ne cachaient pas leur colère. Installés depuis 9h à proximité des hangars, ils avaient mis en place un stand et prévu quelques actions symboliques pour manifester leur mécontentement, comme s’enchaîner à un arbre.

> Lire aussi. Les opposants à la décision d’abattre des platanes, sur l’esplanade Saint-Gervais, à Rouen (Seine-Maritime), annoncent que leur pétition a recueilli plus de 7 000 signatures.

> Lire aussi : Foire Saint-Romain à Rouen. L’affaire des platanes devant la justice !

Un imprévu a fait barrage au projet : la société privée chargée de l’abattage a débuté l’opération par les arbres les plus éloignés, protégés par des forces de l’ordre qui empêchaient tout accès au site. Deux par deux, à raison d’une durée de 1h à 1h30 de travail pour chaque tronc, les platanes ont commencé à s’affaler, sur fond de grognement des militants et riverains qui protestaient contre le projet.

IMG_7285.JPG

Les militants n'ont pu que constater l'application de l'arrêté pris par la Ville. (© Elodie Armand/Normandie-Actu)

Nous avons appris, vers 12h30, qu’un arrêté avait été pris par la Ville. C’est la preuve qu’ils sont hors la loi ! Plus de 8 000 personnes se sont exprimés et la Ville se permet de l’afficher en milieu de journée, s’agace Philippe Vue, coordinateur pour Horizon Normandie Nature environnement.

Les militants avaient déposé un référé de suspension au tribunal administratif. Celui-ci a été rejeté pour vice de forme, vers 10h30. Vers 17h30, un second référé a été déposé :« le juge peut se prononcer entre 48h et deux semaines », indique Guillaume Grima, représentant légal d’« Effet de serre toi-même !». Pas de quoi éviter l’abattage des arbres à temps. Selon des sources, il devrait se poursuivre jusque vers 23h pour reprendre en matinée, mardi 19 juillet, si le juge statue sur le fond sans y voir d’anomalie. Plus d’information à venir sur Normandie-actu

IMG_7294.JPG

L'arrêté a été pris lundi 18 juillet 2016 et placardé sur un hangar prochainement démoli (© Elodie Armand/Normandie-Actu)

Daesh revendique l’attentat de Nice, cinq personnes en garde à vue
01:17