"Ouest France ne parle pas assez de notre région!"... Ou encore: "Y en a que pour les Bretons dans ce torchon (sic!)". Ou bien: "la quatrième page en couleur du journal, c'est la page des Bretons heureux!". Ou encore: "ce qui maintient la diffusion de Ouest France c'est la rubrique nécrologique". Voilà quelques exemples de réactions de lecteurs normands de Ouest-France saisies récemment, parmi tant d'autres dans des bureaux de tabac et de presse à Caen, Lisieux, Alençon ces dernières semaines lorsque, par conviction et pour nous permettre de les vérifier, nous amenons la conversation avec le buraliste ou les clients présents sur la question sensible du rapport compliqué entre Ouest France et le reflet régional normand.

On pourrait aussi citer le cas de ce vice-président du conseil régional de Normandie rencontré à l'abbaye aux Dames de Caen à l'occasion du lancement de l'Agence de Développement de Normandie qui, réunification aidant, a découvert la qualité rédactionnelle supérieure de Paris-Normandie à celle de Ouest-France dès lors qu'il s'agissait de couvrir la Normandie.

Résultat de recherche d'images pour   Résultat de recherche d'images pour

Il est temps de libérer la Normandie de l'EMPIRE du SOLEIL COUCHANT !

Ouest-France quand bien même ils s'en défendent, continue de mépriser la Normandie selon deux procédés biaisés car il s'agit, bien entendu, d'éviter un mépris frontal et évident pour que les Normands abusés puissent n'y voir qu'une ... méprise:

1) Ouest-France sous informe les Normands sur tous les grands dossiers stratégiques normands: dernier exemple en date, la remise du rapport Revet-Fourneyron sur l'avenir des grands ports maritimes normands. On peut trouver un compte-rendu complet dans Paris-Normandie mais on ne trouvera rien dans Ouest France qui a préféré couvrir, y compris dans ses pages normandes, le grand rassemblement de vieux gréements de Brest en laissant sciemment la Normandie maritime en rade!

2) Ouest France diffuse de façon subliminale et marginale une propagande pro-active bretonne dans toutes les pages de ses publications sous prétexte que le service de la publicité a sa vie propre vis-à-vis d'une rédaction "normande" (caennaise) qui ne maîtrise pas le contenu de la mise en page de pages soi-disant "Normandie" de son journal: cela donne régulièrement des télescopages irritants toujours en faveur de la Bretagne pour tous ceux et celles qui se mobilisent pour la défense de l'image de la Normandie.

Dernier exemple en date du 22 juillet 2016 sur le site internet de Ouest France qui sabote ouvertement la première fête normande de l'Avranchin prévue les 23 et 24 juillet 2016 en annonçant objectivement le programme prévu ... tout en diffusant au bas de la page une video d'un flonflon traditionnel breton, à savoir une chanson de marin captée sur les quais du rassemblement de vieux grééments de Douarnenez!

Pour preuve, voir le lien ci-après (rubrique l'actualité en vidéo avec "Temps fête à Douarnenez, un jour, une chanson"): pour entendre enfin Magène sur le site de Ouest France il faudra attendre... la fin de Ouest France!

http://www.ouest-france.fr/normandie/avranches-50300/avranches-fete-de-lavranchin-demandez-le-programme-4381591

Mais il y a pire: les pages Normandie servent régulièrement de succursale à l'information bretonne ou ligérienne lorsqu'il n'y a plus de place dans les pages réservées à ces régions dans le quotidien. Cela donne, par exemple, une promotion quasi publicitaire dans les pages "Normandie" de Ouest-France du Médef de Bretagne expliquant dans un livre de thuriféraires comment les braves Bretons nous ont débarrassé de l'horrible écotaxe sur les routes dont le profit nous aurait permis de financer les grands projets ferroviaires normands (LNPN)...

Quitte à prendre le risque ici de passer pour des paranoïaques anti Ouest-France, le risque est, hélas, justifié. Il faut bien sortir d'une domination symbolique et culturelle qui s'impose à tous comme une évidence par un peu de violence symbolique contre cette domination imbue d'elle-même. Ouest France a les défauts de ses qualités! Alors prenons nos responsabilités normandes...

  Ouest- France est un quotidien ligéro-breton en Normandie: avec la réunification normande cela devient maintenant évident pour tous les Normands intelligents.

ALORS, NORMANDS ! BOYCOTTONS OUEST FRANCE!


 

Lire aussi l'analyse suivante quant à l'évolution de la diffusion de Ouest-France:

http://www.ojim.fr/ouest-france-a-perdu-plus-de-68-000-lecteurs-en-10-ans/?utm_source=Newsletter&utm_campaign=79e8789d0a-mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_ca15a58a97-79e8789d0a-71465573

Ouest-France a perdu plus de 68 000 lecteurs en 10 ans

Télécharger en PDF

Selon les derniers chiffres de l’OJD, relayés par Breizh-Info, Ouest-France a perdu près de 70 000 lecteurs en l’espace de 10 ans.

En effet, en 2005, la diffusion totale du « premier quotidien de France » atteignait 781 033 exemplaires par jour. En 2015, dix ans plus tard, elle n’était plus qu’à 712 500 ex/jour, soit une perte de 68 533 lecteurs. Une chute qui s’est accélérée en 2013 puis en 2014.

« La télévision et internet ont bien entendu contribué à affaiblir la diffusion d’Ouest-France. Mais cela n’explique pas tout. À coup sûr, un contenu fade, inodore, sans saveur ne peut pas enthousiasmer les nouvelles générations de lecteurs », analyse Breizh-Info. Certes, ce choix de « neutralité » exagérée (mais pas dépourvue d’idéologie) permet de ménager les élus tout en protégeant ses arrières. Mais cela se fait au prix d’une chute douloureuse.

Concernant le supplément du dimanche, Dimanche Ouest-France, celui-ci a progressé jusqu’en 2012 avant de décliner d’année et année. En 2013, sa diffusion était de 366 526 exemplaires par jour (- 4 577), en 2014 de 363 372 ex/jour (-3 154), et en 2015 de 364 028 ex/jour (-656).

Heureusement pour le quotidien du Grand Ouest, les faits divers, bien que peu approfondis, et la couverture locale permettent encore de maintenir le navire à flots. Mais pour combien de temps ?


 

REMARQUE IMPORTANTE:

Nous avons constaté ce 25 juillet 2016 que l'Observatoire des Journalistes et de l'Information Médiatique (OJIM) avait bien voulu relayer notre appel impertinent et normand à boycotter Ouest-France...

http://www.ojim.fr/les-normands-appellent-a-boycotter-ouest-france/?utm_source=Newsletter&utm_campaign=c05955091a-mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_ca15a58a97-c05955091a-71465573

Soit...

Mais nous tenons à préciser que la rédaction de l'Etoile de Normandie ne cautionne en aucun cas la présentation très idéologique pour ne pas dire davantage qui est faite du quotidien "Ouest France" par l'OJIM:

"Le quotidien régional chrétien-démocrate, libéral, progressiste, pro Union européenne, favorable à l’immigration de peuplement, très hostile au Front national présente un profil adapté à ces terroirs d’inspiration politique modérée. Par ailleurs, son maillage territorial étroit avec ses centaines de correspondants locaux lui assure une position proche du monopole sur l’actualité strictement locale"

Notre position critique de Ouest France ne concerne en aucun cas les valeurs véhiculées par ce journal. Elles sont d'ailleurs, sur le fond, les mêmes que les nôtres.

Notre position critique contre Ouest France concerne, avant tout, le reflet régional médiocre et peu valorisant de la Normandie dans les pages du grand quotidien régional ligéro-breton qui oublie que s'il y a une région française dans l'Ouest de la France qui porte très haut certaines valeurs peu appréciées semble-t-il par l'OJIM c'est bien la Normandie!