L'Etoile de Normandie relaye bien volontiers, le reportage d'Arnaud BOUILLIN journaliste du magazine Marianne, en vadrouille cet été au Mont Saint Michel (Marianne, n°1010 semaine du 10 août 2016): il découvre que le Mont St Michel n'est pas redevenu une île comme vantée sur les prospectus du mensonge touristique et que c'est surtout un sacré panier de crabes!

Toutes choses hélas que nous savions ici déjà et que nous dénonçions depuis longtemps: il est donc heureux que la presse nationale se fasse enfin l'écho des tristes réalités de ce Mont St Michel, mont vide, transformée en "Tour Eiffel du Moyen-âge", machine à cash pour renflouer la caisse de la réunion des musées nationaux, laissé au péril de la seule véritable marée montante quotidienne qui vient battre réellement les remparts: celle du pognon!

A lire ci-après:

mt st Michel 1

mt st Michel 2

mt st Michel 3

mt st michel 4

mt st michel 5

mt st michel 6


 

Commentaires de Florestan:

Sur le fond, on ne pourra qu'approuver l'analyse sans concession du journaliste... Le Mont St Michel perd son identité culturelle et spirituelle avec cette marée boutiquière âpre et boueuse qui souille son rocher, tous les jours!

Mais il faut aller plus loin dans l'analyse en évoquant les sujets qui ne sont pas traités par le journaliste parisien aussi perspicace soit-il:

1) La dimension patrimoniale normande du Mont n'est pas évoquée: il sera pourtant essentiel de la mettre en avant quand il va falloir sérieusement se pencher sur le projet touristique (et au delà) qu'il va falloir donner au Mont. La création d'un établissement public national du Mont St Michel qui devra être présidé par le président de région Normandie. Le journaliste omet de dire que la mission d'étude pour l'avenir du Mont St Michel a été confiée à Nicole Klein, préfète de Normandie... à Rouen (et c'est très bien qu'il en soit ainsi: en 966 les moines bénédictins sont venus aussi du Val de Seine)

On remarquera là encore l'absence d'Hervé Morin: absent lors du Grand départ du Tour de France au pied du Mont en juillet dernier, absent aussi à la sous-préfecture d'Avranches où on aimerait bien faire avancer le dossier, absent dans cet article alors qu'il est encore officiellement le président de l'actuel syndicat mixte.

Il aurait été intéressant que le journaliste soit plus curieux. En allant, par exemple à Avranches, où le maire, David Nicolas a des projets intéressants pour relever quelque peu le niveau de la proposition en terme de destination touristique pour un "pays normand du Mont St Michel" pour l'instant laissé à la seule discrétion d'élus localistes sans grande imagination ou aux boutiquiers du Mont avec le piteux résultat que l'on est obligé de constater.

2) Ne sont pas non plus évoquées les tentatives sournoises tant institutionnelles (région Bretagne, département d'Ille et Vilaine) que privées (la Sodétour, les autocaristes...) de faire de l'argent breton avec le beurre normand...

3) La solution c'est une reprise en mains du Mont Saint Michel par un projet normand au service de l'intérêt général pour un archange dominant ces misérables affaires humaines à quelques 160 mètres de haut.

- Un vrai projet patrimonial et muséographique en organisant une véritable collaboration entre l'abbaye, monument de l'Etat et le Scriptorial d'Avranches et ses précieux manuscrits qui présente aussi la muséographie du Mont qui n'est pas présentée au Mont St Michel

- Un lieu de partage et d'échéanges intellectuels, spirituels et artistique autour d'un festival de la St Michel avec conférences, concerts, créations artistiques sous l'égide de la région Normandie

- Un établissement public national garantissant le respect du cahier des charges de l'UNESCO présidé par la région Normandie associant les collectivités territoriales normandes et bretonnes de la baie du Mont St Michel

On espère que le cabinet de Nicole KLEIN, la préfète de la région Normandie partagera nos analyses car on attend toujours le résultat de la mission qui a été confiée par l'Etat.

Nous ne manquerons pas de vous informer sur ce sujet essentiel pour l'identité et l'attractivité de notre région normande.