Churchill disait que les optimistes font toujours d'une difficulté une opportunité: cela fait des années que l'on s'étripe en Normandie sur la question aéroportuaire, un clochemerle qui était presque aussi vieux que celui de la réunification normande elle-même!

Afficher l'image d'origine

 

http://normandie.canalblog.com/archives/2012/10/12/25320410.html

Une opportunité de réorganisation radicale de l'offre aéroportuaire se présente enfin en Normandie qui n'a toujours pas de politique globale en la matière. Le groupe québécois SNC Lavalin désireux vendre sa filiale aéroportuaire française met en vente trois aéroports normands:


 

http://www.normandie-actu.fr/plusieurs-aeroports-de-normandie-a-vendre-le-groupe-snc-lavalin-veut-quitter-la-france_227021/

Rouen Plusieurs aéroports de Normandie à vendre. SNC-Lavalin veut quitter la France

Trois aéroports de Normandie sont à vendre ! Le groupe québécois SNC-Lavalin, opérateur privé d'aéroports, a décidé de mettre en vente sa filiale française, comprenant 16 aéroports

Mise à jour : 06/09/2016 à 15:51 par La Rédaction

Le groupe de cosntruction SNC-Lavalin a décidé de mettre en vente sa filiale française, qui gère notamment les aéroports de Rouen, Le Havre et de Cherbourg, ainsi que le port de plaisance de Rouen. (Photo : SNC-Lavalin).

Le groupe de construction, SNC-Lavalin, a décidé de mettre en vente sa filiale française, qui gère notamment les aéroports de Rouen, Le Havre et de Cherbourg, ainsi que le port de plaisance de Rouen. (Photo : ©SNC-Lavalin)

Plusieurs aéroports de Normandie seraient à vendre ! Le groupe de construction québécois, SNC-Lavalin, également opérateur privé d’aéroports en France, a décidé de se séparer de sa filiale française, qui compte quelques 16 aéroports, dont ceux du Havre et de Rouen (Seine-Maritime), celui de Cherbourg-Maupertuis (Manche), mais aussi le port de plaisance de Rouen.

Une offre d’achat déposée

Selon le média canadien, La Presse, le groupe SNC-Lavalin poursuit sa démarche de « recentrage de ses activités d’ingénierie et de construction ». Le groupe se serait lancé dans la gestion aéroportuaire à partir de 1998, acquérant progressivement différents aéroports régionaux, dont trois basés en Normandie, ainsi que le port de plaisance de Rouen.
La décision de se séparer de sa filiale française, qui emploie quelques 1 100 personnes, suscite d’ores et déjà l’intérêt de potentiels repreneurs.

La multinationale a récemment reçu une offre d’achat déposée par la société Impact Holding de l’entrepreneur français, Jean-Luc Schnoebelen, et la firme d’investissement, Ciclad », précise La Presse.

Si plusieurs élus de France ont émis des craintes concernant l’avenir de leurs aéroports, selon Capital, un porte-parole du groupe a précisé à Reuters qu’il n’y avait « aucune indication à ce stade que cet acquéreur potentiel envisage d’éliminer des emplois ».
Les chiffres de cette offre ne sont pour l’heure pas encore diffusés, mais le porte-parole du groupe SNC-Lavalin affirme que « rien n’est définitif », sur cette potentielle transaction.

Un groupe en reconstruction

Reprendre la gestion de ces différents aéroports français ne serait pas une mince affaire. Du côté des aéroports de Normandie, celui du Havre, basé à Octeville-sur-Mer, a récemment fait l’objet d’un reportage sur les aéroports… les moins rentables de France. Son voisin, à Rouen, est quant à lui dans la tourmente depuis plusieurs années. Une menace de fermeture plane sur ce tarmac, face à la concurrence toujours plus importante des aéroports du Calvados, à Caen-Carpiquet, et Deauville.

Cette mise en vente de la filiale aéroportuaire française de SNC-Lavalin fait également suite à plusieurs déboires et scandales « autour d’affaires de pots-de-vin versés pour l’obtention de marchés publics à l’étranger », comme le rappelle Les Échos.

Le PDG Robert Card avait quitté ses fonctions en septembre 2015, remplacé par Neil Bruce », précise Les Échos. « Ce changement de direction s’est accompagné du lancement d’une profonde restructuration, assorti d’un recentrage sur les principaux métiers du groupe.

Une vente qui devrait être suivie attentivement par les collectivités de Normandie…


 

Commentaire de Florestan:

En effet, puisque au menu des travaux du G6 Normand (les cinq départements et la région) il y a le projet de créer un GIP "Aéroports de Normandie" sur le modèle de ce qui existe déjà en... Bretagne.