Le 14 octobre 2016 sera prochainement fêté le 950ème anniversaire de la bataille d'Hastings de 1066 qui fut l'une des plus terribles de l'Occident médiéval par sa durée et par sa dureté.

Résultat de recherche d'images pour

Elle fut aussi capitale par ses conséquences puisqu'une civilisation qui va durablement influencer tout l'Occident européen en sortira: ce sera la civilisation anglo-normande d'où provient l'Angleterre moderne et l'ensemble du monde anglo-saxon contemporain. Cette histoire qui est encore dans la mémoire scolaire de millions de Britanniques, d'Américains ou de Canadiens ou d'Australiens et de Néo-Zélandais, contribue à la notoriété de la Normandie dans le monde entier autant que l'autre bout de cette grande histoire: 1944...

Afficher l'image d'origine

La bataille d'Hastings de 1066 est donc puissamment installée dans l'imaginaire du grand public anglo-saxon des deux côtés de l'Atlantique...

Afficher l'image d'origine

Dans le film d'Alfred Hitchcock, Vertigo (Sueurs froides, 1953), dans une sombre clairière du Séquoia National Park, près de San Fransisco, un géant abattu présente aux visiteurs son tronc en coupe avec les cercles de croissance bien visibles et dont certains indiquent le jour de la bataille d’Hastings (2ème étiquette en partant du centre) ou la découverte de l’Amérique… Madeleine (Kim Novak) pointe un anneau du doigt et dit :

« Here I was born, and there I died. It was only a moment
for you »

(« Ici je suis née, et là je suis morte. Ce ne fut qu’un moment pour toi »).

Et en France, si ce n'est en Normandie même? Quelle est l'intensité de la mémoire historique de la Bataille d'Hastings?

Bien entendu, Ouest-France, un périodique d'informations régionales à la sauce bretonne qui sévit chez nous, se fait un malin plaisir de répondre à la question:

http://www.ouest-france.fr/normandie/normandie-hastings-ce-parent-pauvre-de-l-histoire-de-france-4527179

Normandie. Hastings, ce parent pauvre de l’Histoire de France

  • Chaque année, des reconstitutions de la bataille d’Hastings se déroulent sur l’ancien site du Pommier Gris, dénommé Battle après 1066. Chaque année, des reconstitutions de la bataille d’Hastings se déroulent sur l’ancien site du Pommier Gris, dénommé Battle après 1066. | Archives Ouest-France/Jean-Yves Desfoux

Par Jessica PERISSE

Le récit n’est pas le même des deux côtés de la Manche. Évoqué superficiellement dans les programmes français, Guillaume le Conquérant est très présent dans les examens anglais.

En 1051, le roi d’Angleterre Édouard le Confesseur désigne comme héritier Guillaume, duc de Normandie. À la mort du roi, en janvier 1066, son beau-frère Harold Godwinson s’empare de la couronne alors qu’il avait prêté serment auprès du duc en renonçant à la couronne…

Le 14 octobre 1066, une bataille oppose les Normands aux Anglo-Saxons près d’Hastings, dans le sud-est de l’Angleterre. Guillaume le Conquérant en sort vainqueur. Le royaume anglo-normand ne cessera de se développer jusqu’en 1204, date du rattachement de la Normandie au royaume de France.

Survolée dans les programmes scolaires français, abordée de façon plus approfondie dans certains établissements normands, le duc de Normandie « intervient dans les manuels scolaires anglais au même rang qu’un Churchill », assure Jean-Marie Levesque, directeur du musée de Normandie de Caen.

(...)


 Commentaire de Florestan:

Ouest-France, le quotidien du Grand Ouest breton, soulève la bonne question. On dira simplement que cette question sera d'autant moins traitée dans un collège de l'Education Nationale en France voire en Normandie si l'enseignant est d'origine... bretonne!

Serions-nous, de nouveau, de mauvaise foi?

Les chiffres parlent d'eux-mêmes, à savoir ceux du nombre de visiteurs français en 2015 du musée de la Tapisserie de Bayeux qui raconte depuis le début du XIIe siècle, la célèbre bataille: seulement 26% des quelques 400 000 visiteurs de la plus célèbre broderie du Monde viennent de France. Les plus gros contingents de visiteurs sont les scolaires britanniques...

C'est l'une des raisons qui nous pousse à porter l'idée de donner à chaque lycéen normand entrant en classe de seconde, un support d'informations complet sur la Normandie notamment en Histoire-géo car il ne faut pas compter sur l'Education Nationale, y compris dans les académies de Caen et de Rouen pour assurer la transmission de la Normandie aux jeunes Normands.