Malgré tous les avis autorisés de la République, à commencer par ceux de l'Inspection générale des Finances, du Conseil d'Etat ou ceux de la Cour des comptes qui nous expliquent à longueur de rapports qu'il faudrait cesser de balancer le peu d'argent public disponible dans des grands projets d'infrastructures de transports aussi inutiles que coûteux et quand bien même l'association de financement des infrastructures de transports français présidé par un certain Philippe Duron n'ait plus un sou vaillant à cause du démantèlement de l'Ecotaxe suite à l'activisme outre-Couesnon d' "abrutis rougeauds" (Marommix) coiffés de bonnets rouges, le président de la République François Hollande nous démontre à l'envi que la France demeure un état d'ancien régime où il est indispensable que le souverain fasse la tournée des grandes baronnies féodales pour maintenir son pouvoir.

Or comme la Normandie réunifiée ne pouvait être une baronnie socialiste (la Fabiusie n'ayant jamais compris l'intérêt de l'unité normande) et que l'ancien grand abbé commendataire de Rouen dort désormais au Conseil Constitutionnel, nous n'avons donc plus les relais politiques suffisants pour faire passer quelques messages urgents d'intérêt national à la Cour de François le Quatrième:

Bien plus qu'une LGV de plus dans le Poitou pour Ségolène ou dans le Sud Ouest pour une amie du camarade Rousset, bien plus qu'un canal pour Martine ou un train électrique passe-montagne pour l'ami Matéo... la remise à niveau logistique de la Vallée de la Seine normande est un véritable enjeu national pour la compétitivité et l'attractivité de la France qui manque cruellement d'une vraie politique maritime cohérente et suivie.

 

Afficher l'image d'origine

 

Antoine Rufenacht, un baron de la Seine maritime normande qui avait le tort de tourner sur le bon... axe.

On en déduira que les grands barons socialistes n'ont vraiment pas le pied marin et que l'on est jamais mieux servi que par soi-même dans un pays où les arbitrages stratégiques pour l'avenir sont des jugements de cour... toujours un peu courts: on ne peut s'empêcher de penser que si les projets normands de l'Axe Seine patinent dans la logorrhée des colloques depuis la fin de l'année 2012 c'est parce qu'Antoine Rufenacht était, certes, aussi un baron... Mais il avait le défaut de ne pas être ni socialiste... ni fabiusien.


 

http://www.europe1.fr/economie/francois-hollande-relance-le-projet-de-lgv-poitiers-limoges-2867893

François Hollande relance le projet de LGV Poitiers-Limoges

18h54, le 08 octobre 2016

François Hollande relance le projet de LGV Poitiers-Limoges

François Hollande veut relancer le projet de LGV entre Poitiers et Limoges.@ PATRICK HERTZOG / AFP

Le ministre des Transports va nommer une autorité chargée de "présenter une solution" pour rendre la LGV Poitiers-Limoges plus rentable financièrement.

Le projet de la LGV est remise sur les rails. Le président de la République, François Hollande, a relancé samedi le projet de Ligne à Grande Vitesse (LGV) entre Poitiers et Limoges, lors de son déplacement en Corrèze. "Il ne faut pas perdre l'idée de la LGV. Le ministre des Transports a ouvert une consultation et va nommer très rapidement une autorité pour remettre l'ensemble du sujet au clair et pour que nous puissions présenter une solution", a déclaré le chef de l'Etat lors de l'inauguration d'un centre de formation.

Rentabilité vs aménagement du territoire. Le Conseil d'État avait annulé en avril le décret de 2015 déclarant d'utilité publique la LGV Poitiers-Limoges, invoquant des "insuffisances" de l'évaluation économique et sociale, et des inconvénients qui "l'emportent" sur les avantages. "Nous devons essayer de tenir compte des arguments du Conseil d'Etat. Le poids financier paraissait exorbitant par rapport à la rentabilité. Si on fait une infrastructure, ce n'est pas toujours pour qu'elle soit rentable financièrement. C'est aussi parce qu'elle obéit à une logique d'aménagement du territoire", a estimé François Hollande. "Nous allons reprendre le sujet, mieux armer le dossier sur le plan financier et faire en sorte de nous prémunir d'une nouvelle annulation", a-t-il assuré.

Sur le même sujet :

 

Commentaire de Florestan:

Ce n'est pas parce que la Normandie n'a pas besoin d'un TGV (pour des raisons pratiques et techniques) qu'il faut considérer que les Normands n'auraient besoin de rien! Bien au contraire, la Normandie est la preuve qu'il nous faudrait autre chose que le tout TGV pour assurer l'avenir ferroviaire français:

1) Une grande vitesse ferroviaire de proximité privilégiant le confort des voyageurs sur la performance pure pour servir un réseau régional de villes.

2) Une relance vitale du fret ferroviaire français pour maintenir en France le peu qui nous reste de notre potentiel d'économie maritime.

Il est donc hors de question d'attendre la LNPN promise en 2030... et la mort de la Normandie!