On ne pourra que se féliciter que la région Normandie pilotée par Hervé Morin ait mis l'agriculture sur le haut de la pile dans le projet d'attractivité future de notre région. Mais on s'interroge: quel modèle agricole promouvoir? S'agit-il de financer à fonds perdus un système agro-industriel conventionnel qui s'effondre ou s'agit-il d'aider à l'émergence d'un modèle alternatif à partir de l'exemple de la Normandie qui dispose d'une réputation déjà mondiale en matière de produits alimentaires?

Afficher l'image d'origine = Résultat de recherche d'images pour

Il ne faudrait pas de saupoudrer ces 60 millions sur l'ensemble des filières agricoles normandes mais au contraire d'aider à l'émergence d'une filière d'intérêt mondial qui n'exite pas encore ou pas assez: créer le LUXE ALIMENTAIRE (au même titre que la cosmétique ou les parfums ou la haute-couture) à partir du patrimoine et du savoir-faire normand. Les AOC et le 'biocal' en sont les deux "mamelles" essentielles.


 

Normandie : Hervé Morin annonce 60 millions d'euros en faveur du développement de l'agriculture

19h09 - 15 octobre 2016 - par M.F

Hervé Morin a présenté la nouvelle politique agricole de la Région Normandie à Saint-Aubin-Epinay, près de Rouen (Seine-Maritime), ce vendredi 14 octobre 2016.

60 millions d'euros par an en faveur du développement de l'agriculture  viennent d'être annoncés par le président de la Région Normandie, lors de la présentation de la nouvelle politique agricole de la Région, vendredi 14 octobre 2016, à Saint-Aubin-Epinay, à 7 kilomètres au sud-est de Rouen (Seine-Maritime) : 20 millions d'euros de la Région et 40 millions en provenance des fonds européens. "Il s'agit d'une augmentation de 30% du budget agricole régional et européen", annonce Hervé Morin.

La marque Normande

"Nous sommes une des grandes régions agricoles française !" La Normandie est première productrice de produits laitiers, de pommes à cidre, de lin, de poireaux et de chevaux en France. L'activité agricole occupe 70% de sa superficie. "La Normandie est connue dans le monde entier. Nous avons un nom, une image : profitons-en !"

Etre là au bon moment

Débloquer un budget est une chose, il faut aussi qu'il soit utilisé à bon escient. "Quand un agriculteur a besoin de bâtir un bâtiment, il faut que la Région soit là", indique Hervé Morin qui souhaite simplifier les démarches administratives et réduire les délais de réponse.

Les enjeux

Cette nouvelle politique agricole est le fruit d'un travail de concertation avec tous les acteurs de la profession. 250 personnes y ont participé depuis le 7 janvier 2016. Parmi les objectifs : l'installation de 300 exploitations par an, le développement de l'autonomie et des performances économiques des entreprises, la valorisation des produits agricoles normands. "Nous sommes à la hauteur des ambitions que nous nous sommes fixées", assure le président de la Région Normandie.

 

A LIRE AUSSI :

  • Voir surtout le compte-rendu proposé par Ginette Bléry pour le compte de Normandie XXL:

http://www.normandiexxl.com/article.php?id=1741

Le plan de la Région pour faire fructifier l’agriculture normande

 G à D : le maire se St Aubin, Daniel Génissel, Françoise Guégot, Gaël Gibert, Clotilde Eudier et Hervé Morin

Collectivités. L’agriculture est un des piliers du développement de la Normandie, le président de la Région tient à en faire la toute première Région française en la matière et il a exposé son plan pour le six années qui viennent au Gaec (groupement agricole d’exploitation en commun) des frères Gaël et Geoffroy Gibert. Un plan doté de 60 millions d’euros dont 40 en provenance des fonds européens.

La rencontre qui a regroupé près d’une centaine de personnes du monde agricole s’est déroulée à Saint-Aubin Epinay dans la banlieue de Rouen dans une salle de stabulation récemment construite par les Gibert. « Un projet fou » expliquera Gaël qui avec son frère a investi 700.000 euros pour développer la ferme familiale avec comme objectif d’arriver à 120 vaches et plus du million de litres de lait par an. Ceci à un moment où la baisse des prix du lait de 350 à 280 euros les 1 000 litres, fait perdre 40 000 euros qui s’ajoutent aux 30 000 euros perdus avec une mauvaise récolte de céréales, explique Gaël Gibert. Daniel Génissel, président de la Chambre d’agriculture confirme s’il en était besoin l’ampleur de la crise puisque cette année « la perte de recettes pour l’agriculture normande est de 350 millions d’euros ». Mais l’heure n’était pas aux lamentations mais à l’action.

12 pages en quelques lignes

Si on veut résumer ce programme de 12 pages en quelques mots il s’agit de faciliter l’accès des jeunes à l’installation et d’en porter le nombre à 300 par an, d’accompagner 1.000 exploitations par an, d’avoir 5.000 exploitations engagées dans les pratiques éco-responsables, d’augmenter de 25%le nombre d’emplois dans l’agriculture et que 100% des agriculteurs bénéficient de programmes de formation, cap sur l’innovation et la conquête de l’international.

Clotilde Eudier et Xavier Lefrançois President de la commission agriculture et pêche de la région Normandie

Clotilde Eudier cheville ouvrière de la co-construction

Ce choix du terrain d’Hervé Morin pour montrer que pour lui l’agriculture ne se traite pas dans des bureaux. D’ailleurs la première ébauche de son programme pendant la campagne avait été dans un Gaec de la Manche à St Georges de Bohon. http://www.normandiexxl.com/article.php?id=1243

La méthode pour élaborer le projet a été celle de la « co-construction », expression préférée au terme banal de « concertation » et c’est Clotilde Eudier vice-présidente du conseil régional en charge de l’agriculture qui a mené quelque 12 chantiers agricoles, pour dresser l’état la de situation et plus de 30 réunions de travail de février à septembre 2016. Plus de 250 professionnels et acteurs territoriaux ont été impliqués dans ces travaux.  .

A ce plan Hervé Morin ajoute la volonté d’une Normandie unie pour partir à la conquête de marchés, elle est présente cette semaine au SIAL (salon international de l’alimentation) et pour la première fois elle aura un pavillon unique de 600 m² au prochain Salon de l’agriculture. Un investissement de  600 000 euros.

Les grands axes

Faciliter l’arrivée des jeunes dans le métier

L’objectif est d’aider 300 nouveaux agriculteurs à s’installer par an avec un soutien à l’installation, avec un fonds de garantie pour les fermages, avec un dispositif « Impulsion Installation » pour accompagner les premières années.

Développer l’entreprise agricole normande

L’objectif est d’accompagner 1 000 exploitations normandes chaque année vers une meilleure performance économique. Il s’agit d’apporter conseil et soutien aux investissements et d’aider à la transformation (accès la méthanisation par exemple) et des garanties pour les prêts de trésoreries.

Valoriser les produits agricoles normands

Le but est de recenser au moins un produit sous le signe de la qualité dans une exploitation normande sur deux d’ici 2020, et de labelliser le bœuf normand, les bulots, les huîtres de Normandie et l’andouille de Vire.  La marque « Gourmandie » donne manifestement des boutons au président et il a obtenu qu’elle soit transformée en marque « Normandie », l’annonce sera faite au prochain salon de l’agriculture.

Encourager les nouvelles pratiques agricoles

La Région s’est fixé comme objectif de compter sur son territoire 5 000 exploitations engagées dans des pratiques agricoles éco-responsables d’ici 2020, avec le soutien des micro-filières : apiculture, races locales menacées et l’accompagnement à la conversion et au maintien en Agriculture Biologique.

On trouve aussi au programme le renforcement des organisations de producteurs, celui des compétences des actifs agricoles et le développement l’emploi agricole salarié. D’ici 2020, 100 % des agriculteurs doivent avoir bénéficié de formations professionnelles ou de journées d’information – transfert de connaissances. Dans le même temps, la Région souhaite augmenter de 25 % le nombre de salariés agricoles.

Les quelques spots à infrarouge réchauffaient un peu l’atmosphère et la voix des intervenants était parfois couverte par le beuglement des vaches

PALMARES NORMAND

La Normandie est la 1ère région française productrice de : fromages au lait de vache, de beurre et de crème, de pommes à cidre et de produits cidricoles, de lin textile, de poireaux et de chevaux

70 % du territoire est dédié à l’agriculture

- avec 31 365 exploitations agricoles (dont 20 000 exploitations moyennes et grandes)

- 43 400 exploitants agricoles et co-exploitants, 13 800 actifs familiaux et 10 400 salariés agricoles

Les produits normands sous le signe de la qualité :

- 13 AOP/AOC (Camembert de Normandie AOP, Livarot AOP, Neufchâtel AOP, Pont-L’évêque AOP, Beurre d’Isigny AOP, Crème d’Isigny AOP, Calvados AOC, Calvados Pays d’Auge AOC, Calvados Domfrontais AOC, Cidre Pays d’Auge AOP, Pommeau de Normandie AOP, Poiré Domfront AOP, Prés-salés du Mont St Michel AOP)

- 7 IGP/IG (Volailles de Normandie, Porcs de Normandie, Cidre de Normandie, Calvados, Poireau des sables de Créances)

- 14 Labels Rouges

- 1260 exploitations certifiées « Agriculture Biologique »