Quelle idée saugrenue!

Composer un hymne normand... Il en avait été question un peu rapidement, trop peut-être, lors de la soirée de lancement de la Mission Attractivité Normandie le 29 septembre dernier à Rouen. Alors que certains dans le public présent (ainsi que votre serviteur) commençaient à fredonner ou à chanter la célèbre chanson du rouennais Frédéric Bérat "J'irai revoir ma Normandie", Laurence Equilbey, la célèbre directrice de choeur en résidence à l'opéra régional de Rouen prenait le micro pour annoncer qu'elle était disposée à écrire un nouvel hymne pour la Normandie, musique et paroles.

Voilà qui nous parait quelque peu présomptueux faute de faire un peu plus attention aux paroles et à la qualité musicale de l'hymne de Bérat, une chanson patrimoniale française connue dans le monde entier dès sa création en 1836 au point qu'elle fut surnommée "la Marseillaise des sentiments" et qu'elle fut parmi les toutes premières oeuvres à être enregistrées auprès de la SACEM dès sa création en 1852.


 

  • Lire ci-après l'article de Paris-Normandie:

http://www.paris-normandie.fr/actualites/politique/un-hymne-pour-la-normandie-une-bonne-idee-AC7127211#.WAX563qaw1g

Un hymne pour la Normandie, une bonne idée ?

Publié 15/10/2016 á 23H06

Droit de suite. L’idée de créer un « refrain rythmique » qui fédérerait les Normands prend corps auprès des artistes et des institutionnels. Reste à trouver la composition qui fera mouche.

Le premier président normand, Hervé Morin, chantant la Marseillaise (appropriée comme l’hymne national alors que c’était d’abord un refrain guerrier) début septembre lors de sa rentrée politique dans l’Eure. Il soutient l’idée de création d’un hymne normand (photo Boris Maslard)

Le refrain est connu : le chant transcende les clivages, réunit au-delà des différences. « C’est un moment de communion incroyable », confirme Jacques Chevalier, directeur général de la Chambre d’agriculture de Normandie.

Ce Normand d’adoption depuis trente ans a donné de la voix il y a une quinzaine de jours (lire ci-contre) lors du lancement de la MAN (Mission Attractivité Normandie). Il se fait l’écho du souhait de nombreux Normands, dit-il. Contacté cette semaine, ce Bourguignon d’origine, musicien d’une famille de paysans qui poussaient la chansonnette, avoue être « jaloux du brass band du sud-ouest, des musiques bretonnes, des polyphonies corses», lorsqu’il se rend au Salon de l’agriculture à Paris.

Et pourquoi pas une seule note de la Normandie ? « Qu’est-ce qu’on a nous les Normands? » Il y a bien J’irai revoir ma Normandie, mélodie du souvenir avec des paroles peu adaptées pour mettre le feu... « Je la trouve pas trop agressive, mais si on arrive à trouver quelque chose qui donne une identité culturelle visible, allons-y!», s’enthousiasme Emmanuel Mauger, président de l’association du Mouvement normand. Rien de tel qu’un puissant hymne donc pour partager un patrimoine commun

et en porter les valeurs. « L’idée est vraiment intéressante», confirme Laurence Equilbey, la célèbre chef d’orchestre et fondatrice du chœur Accentus. Cette habitante de la baie du Mont-Saint-Michel avait rebondi sur la proposition de Jacques Chevalier et poursuit sa réflexion, sans être candidate à une quelconque composition. « Je veux bien aider, donner des idées, proposer. Pourquoi ne pas lancer une enquête ou même initier un référendum pour savoir ce que la population voudrait ? », s’aventure, il y a trois jours, l’artiste, qui affiche la conviction que « ce refrain rythmique doit donner la chair de poule et en plus véhiculer nos valeurs. »

Vaste challenge qui n’entre pas encore dans une mission déterminée. Hervé Morin (UDI), le patron de la Région semblerait être favorable. Ses services disent que la MAN doit d’abord se mettre en route.

Aucune note dissonante donc pour l’instant. Institutionnels, fous de chants, artistes semblent se rassembler autour de ce projet hyperfédérateur. Reste à trouver comment. Michel Onfray propose les services de son Université populaire de Caen pour s’orienter vers « un travail de colletage du folklore normand.»

« En tout cas, c’est un vrai métier», souligne Yvon Davy, directeur de la Loure, association du Calvados qui collecte et sauvegarde les chansons anciennes de Normandie. À ce titre, il rappelle que dans « le Cotentin et le pays de Caux, on chanterait plus qu’ailleurs...» Et oui, les Normands aiment se retrouver autour des chants. Il y en aurait d’ailleurs des milliers, des traditionnels ancrés dans le patrimoine régional.

La vraie question, c’est comment imaginer un hymne reconnu par les Normands ? Peut-il être décrété, institutionnalisé, voire imposé ? La Bourgogne se retrouve autour du fameux « ban bourguignon », parce que les étudiants ont impulsé un élan festif. La Bretagne partage des musiques traditionnelles. Le Nord- Pas de-Calais a bien tenté de sortir des P’tit quinquin, « Corons et autres Quand la mer monte pour changer l’image de la région et lutter contre les clichés. Une association à vocation économique et un compositeur ont sorti en 2015 400 jours par an une « chanson-hymne » à base de clichés détournés (« Perds pas l’Nord, quoi qu’il advienne/Même si parfois le ciel fait des siennes »). Les Nordistes ont cru à un gag et ont déjà oublié la tentative...

« C’est un bon exercice aussi bien pour le texte que pour les paroles, qui doivent avoir du sens et concerner la population avec un fort pouvoir évocateur», admet Patrick Bacot, musicien et directeur du conservatoire Honegger du Havre, intéressé si une équipe se constitue. Les bonnes volontés qui se retrouveront autour de ce joyeux projet auront l’ambition de trouver un ensemble musical qui « ne soit pas daté, parle à toutes les générations, quelque chose d’intemporel. » Jacques Chevalier pense qu’il faut « porter nos racines, nos victoires et nos combats. Un hymne à la liberté et à la paix en quelque sorte. » Patrick Bacot le compare à un « bon outil de com, bien ficelé, cri de ralliement.» Laurence Equilbey va plus loin en citant l’hymne du Stade Malherbe Caen écrit par l’artiste Fred Zahmal en 2010 pour en renforcer l’identité. Dans l’enceinte sportive, on chante:

« Nous sommes normands, fiers et conquérants»....

L’idée de l’hymne normand ressemble bien à une belle histoire à mettre aujourd’hui en musique. À l’unisson.

Patricia Lionnet

Le contexte

La Mission Attractivité Normandie a été lancée à Rouen le 29 septembre à l’Opéra de Rouen devant un parterre de représentants de la société civile et politique. Elle devrait permettre la création à court terme d’une marque normande. En juin dernier, au Havre, le président de la région Normandie Hervé Morin a annoncé son intention de créer d’ici 2018 une monnaie normande en liaison avec les monnaies locales existantes ou en cours de création « pour construire ce sentiment d’appartenance collectif et construire une économie de proximité» Cette monnaie pourrait être 100 % numérique.

 

Commentaire de Florestan:

Pourquoi écrire un hymne normand puisqu'il existe déjà?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ma_Normandie#Paroles

Je prendrai donc la défense ferme du chansonnier rouennais Frédéric BERAT et de sa chanson qui est connue dans le Monde entier (chantée par exemple dans les petites écoles québécoises au titre d'une transmission patrimoniale qui ne se fait plus en France)

D'abord le paroles: les plus anti-chauvines qui soient pour un hymne patriotique!

La Normandie chantée par Bérat c'est le contraire de Normandie uber alles!

Ou d'un chant de marche pour faire la guerre aux ennemis qui nous voudraient du mal!

Extrait du premier couplet et du premier refrain:

"Quand tout renaît à l'espérance, Et que l'hiver fuit loin de nous, Sous le beau ciel de notre France, Quand le soleil revient plus doux, Quand la nature est reverdie, Quand l'hirondelle est de retour, J'aime à revoir ma Normandie, C'est le pays qui m'a donné le jour."

Ensuite, c'est une chanson courte aisément mémorisable.

Enfin, cette chanson est connue dans le Monde entier!

Créée en 1836 dit-on à l'occasion d'une croisière sur la Seine lors d'une escale à Jumièges, la chanson de Bérat acquit une célébrité mondiale telle qu'elle fut l'une des toutes premières oeuvres à être inscrites au catalogue de la SACEM dès sa création en 1852.

Par son côté pacifique et sensible, la chanson de Bérat fut même surnommée la "Marseillaise des sentiments".

C'est un hymne profondément humain, existentialiste et je ne connais aucun autre hymne pour une collectivité humaine qui évoque à ce point la question du sens de la vie pour un être humain: revoir sa Normandie parce qu'on y est né et que l'on pourrait y mourir aussi.

Il faut savoir que cette chanson est détestée par certains régionalistes normands qui font la promotion d'une identité régionale de type "nationalitaire" ou ethnique: la chanson de Bérat a pour moi une grande qualité c'est qu'elle ne chante pas comme tous les autres hymnes les qualités supérieures d'un territoire sur les autres mais le lien intime existentiel entre un individu et son territoire de naissance ou de coeur après l'avoir quitté (on pensera à Deleuze dans son abécédaire: "un territoire ne vaut que s'il est quitté")

S'il faut affirmer la seule identité régionale normande possible, à savoir un existentialisme nourri par un héritage, un patrimoine culturel, institutionnel et juridique, une civilisation pour être non pas plus normand que tout le monde mais être plus soi-même grâce à la Normandie, la chanson de Frédéric Bérat reprise récemment par le carillon de la cathédrale de Rouen pour son inauguration est toute indiquée!

Afficher l'image d'origine

 

Pour découvrir l'histoire extraordinaire de cette chanson, lire la page suivante (c'est indispensable):

http://jumieges.free.fr/j-irai-revoir-ma-Normandie.html

Il y a aussi une autre solution, c'est de moderniser la chanson de Bérat pour notre temps et nos générations. La chose a été faite non sans une certaine réussite par Chloé HERZHAFT, la co-fondatrice de la Fête des Normands sur une jolie base blues, à découvrir ci-après:

https://www.youtube.com/watch?v=56VLWtymF1Y