L'article ci-dessous (plutôt excellent signé Françoise Dajon-Lamare pour l'hebdomadaire Liberté-Bonhomme en date du 17 novembre 2016) est édifiant à lire: il n'y a pas qu'au niveau national que l'on pourra déplorer un manque de renouvellement de la caste de politiques professionnels qui prétendent à ce point à nos suffrages qu'ils finissent par transformer notre démocratie représentative en démocratie censitaire de fait: le peuple abstentionniste se détournant du droit et du devoir de voter.

Nous avons le plaisir d'apprécier depuis longtemps les opinions et les initiatives normandes de Stéphanie Yon-Courtin qui s'était auparavant fortement impliquée dans l'institution consulaire pour lancer, déjà, une politique ambitieuse de marketing territorial normand avant de tenter l'aventure de la politique en devenant, depuis 2014, la maire de Saint-Contest, dans l'agglomération caennaise.

Stéphanie Yon-Courtin a de l'ambition et de la volonté au service de la Normandie. C'est une femme qui a donc toutes les qualités requises pour réaliser concrètement le renouvellement des élites politiques, par la jeunesse et la parité, qui préoccupent les états-majors partisans nationaux: c'est donc la candidate idéale à la députation pour les législatives de juin 2017. On lui fait donc des promesses. Mais c'est oublier ce qu'un certain Charles Pasqua disait des promesses dans l'univers politique: "les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent"...

La suite à lire ci-après:

SYC