Le fait de parler encore de quelque chose qui n'est plus ou qui n'est pas encore permet de se dire que ce dont on parle existe au moins dans nos paroles.

Résultat de recherche d'images pour "lnpn"

Certains ont encore la naïveté de croire que le ministère de la parole est aussi celui de la magie performative du discours (on est à quatre semaines du passage du Père Noël) alors que ce ministère de la parole est, hélas, plus sûrement entre les mains de décideurs cyniques qui masquent ainsi leur incapacité à décider puisqu'ils n'en ont pas clairement les moyens, à commencer par les moyens financiers.

Le projet de Ligne Nouvelle Paris Normandie illustre à lui seul toutes les maladies présentes de la démocratie française:

1) Un manque de démocratie tout simplement avec l'arrogance d'une maîtrise d'oeuvre ou d'ouvrage (celle des haut-fonctionnaires couplée à celle des ingénieurs) qui précède toujours dans la condescendance et le mépris la maîtrise d'usage des citoyens-habitants-acteurs- usagers: en 2011 il y a eu un débat public organisé par la Commission Nationale du Débat Public avec une présentation biaisée et mutilée du réel et des possibles (scénario C d'emblée mis sur la touche) qui n'a aucune valeur prescriptive. Dans des démocraties plus adultes, (dans le Nord de l'Europe) c'est l'exercice d'une maîtrise d'usage prescriptive (dans le cadre d'un débat public sérieux et profond) qui donne la feuille de route aux maîtrises d'oeuvre et d'ouvrage.

2) L'autoritarisme des savants qui savent mieux que tout le monde fait qu'en France il est extrêmement difficile de penser autrement ou de penser des alternatives: ainsi le modèle ferroviaire français. Depuis plus de trente ans, plus de 30 milliards ont été dépensés pour développer parfois au mépris du réel un modèle technique extraordinaire consistant à concurrencer l'avion par la grande vitesse ferroviaire. Alors qu'il eut été plus judicieux de concurrencer sérieusement la voiture avec la grande vitesse ferroviaire de proximité pour desservir un réseau urbain régional: c'est le problème fondamental d'une originalité normande qui ne cadre pas avec le modèle autoritaire du jacobinisme technicien français. La question avait été posée dès les années 1990 par un certain... Laurent Fabius lors du premier projet de LNVS "Liaison Nouvelle Normandie Vallée de Seine" qui, pour des raisons évidentes de géographie, nécessitait de développer un prototype ferroviaire différent du modèle économique et technique dominant du TGV: les ingénieurs d'Alstom tout à leur développement d'un TGV à 350 km/h avaient dit NIET pour un train roulant à ... 250km/h.

3)L'arbitraire discrétionnaire de l'Etat central français dispose des projets comme des lignes de crédits pour les réaliser non pas seulement sur les critères objectifs des finances disponibles ou des recommandations démocratiquement débattues dans un débat public mais surtout selon ces fameux "arbitrages en haut lieu" où les considérations néo-féodales du clanisme partisan l'emportent plus sûrement sur toutes les autres: des conséquences de cette tare profonde qui affecte la République française aussi bien à  gauche qu'à droite, seul le prince-président élu au suffrage universel direct, en est juge, en son âme et conscience. C'est la Monarchie, pour le pire ou le meilleur...

Chers amis lecteurs et chères amies lectrices de l'Etoile de Normandie, vous voilà prévenus avant que d'aller papillonner sur le site ci-dessous:

http://carticipe.lnpn.fr/#