"C'est mon dreit et j'y ti!"

... dit un célèbre dicton normand. Sur la terre qui a vu naître il y a plus de 900 ans une coutume et une loi qui fondèrent la tradition occidentale de l'Etat de droit, on ne plaisante pas avec les droits individuels garantis par la loi commune ou avec un engagement contractuel dûment signé et reconnu entre deux parties.

Les supporters du Stade Malherbe Caen ont fait revenir les joueurs sur le terrain.

Que ce soit en 1087 le jour des funérailles du duc-roi Guillaume sous les voûtes de l'abbatiale Saint Etienne, lorsqu'il avait fallu rembourser sur le champ ce qu'on devait à un propriétaire ayant crié Haro pour avoir été exproprié afin de construire ladite abbatiale ou que ce soit par une froide et morne soirée de 2016 lorsque le Stade Malherbe est tombé dans un pot de moutarde dijonnaise, le Normand à Caen ou ailleurs en Normandie, exige que son droit soit respecté!

S'obliger à supporter, pendant l'un de ses pires matchs depuis quinze ans, le club de football qu'on s'est engagé à supporter mérite de la part des footeux professionnels en cause un minimum de respect que lesdits supporters normands ont réclamé avec une colère aussi forte que maîtrisée: impressionnant!

Voir ci-après la vidéo qui a impressionné aussi les journalistes sportifs de Canal Plus:

https://www.facebook.com/canalfootballclub/videos/10154304913163897/?pnref=story

Voir aussi la presse locale:

http://www.libertebonhomme.fr/2016/12/03/video-la-colere-des-supporters-du-stade-malherbe-caen-apres-le-match-nul-contre-dijon/