L'oiseau nous avait déjà fait le coup en 2013 et en 2014: d'abord il nous a chanté un air strictement haut-normand destiné aux Picards puis son ramage s'est fait curieusement normand, la réunification de la Normandie enfin actée par François Hollande contre les obsessions de son ancien mentor.

Nicolas Mayer-Rossignol salarié par l'entreprise qu'il avait au préalable subventionné en tant que président de région? Des sincérités successives à nouveau?

A vous d'en juger avec l'accusation puis avec la défense de l'intéressé...

Avec l'idée certainement, très normande, que la vérité gît quelque part entre les deux!

Ptêt ben qu'oui, ptêt ben qu'non...


 

  • Lire l'article accusateur paru sur le site Agoravox:

http://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/embauche-par-la-societe-qu-il-187333

Embauché par la société qu’il avait fait subventionner.....

L'ancien Président de la région Haute Normandie est embauché par Nutriset à qui il avait fait voter une subvention de 200 000€ !

Une annonce tout à fait officielle

Le 11 mars 2016, trois mois après les élections régionales qui ont vu la victoire de Hervé Morin (centriste) à la tête de la Normandie réunifiée, Nicolas Mayer-Rossignol (PS), qui était président de l'ancienne région "Haute-Normandie" du 14 octobre 2013 au 16 décembre 2015, annonce sur son blog qu’il rejoint la société Nutriset en qualité de directeur du Pôle Développement, un recrutement confirmé le même jour par Nutriset dans un communiqué de presse. Dans son communiqué, Monsieur Mayer-Rossignol glisse un paragraphe qui immédiatement attire l'attention : "Je tiens à lever toute ambiguïté concernant d’éventuels conflits d’intérêt : le dernier soutien financier de la Région Haute-Normandie à Nutriset remonte à fin 2013, il y a deux ans et demi. Durant ma présidence de Région en 2014 et 2015, je n’ai eu à gérer aucun dossier ni aucune demande d’aide financière pour cette entreprise."

Un gros mensonge

C'est semble-t-il un gros mensonge. En effet, ce n’est pas seulement « en 2014 et 2015 » que Monsieur Mayer-Rossignol était président de Haute-Normandie, mais également « fin 2013 », à partir du 14 octobre plus précisément. Or, c’est le 9 décembre 2013 que la commission permanente du Conseil régional, présidée par Mayer-Rossignol, a décidé d’attribuer une subvention de 200.000 euros à Nutriset au titre de l’aide régionale à l’investissement :

 Au minimum conflit d'intérêts

L’éloignement des faits (deux ans et trois mois entre la subvention de la Haute-Normandie à Nutriset et le recrutement de Mayer-Rossignol par cette dernière) peut laisser penser qu’il n’y a aucun lien entre eux, et qu’il faut voir là une simple coïncidence plutôt qu’une causalité. Oui, peut-être. Néanmoins, le délit de prise illégale d’intérêts, qui est passible de 5 ans de réclusion et 75.000 euros d’amende, n’implique pas forcément une simultanéité, ni même une intentionnalité, forcément difficile à prouver. Il implique simplement que le responsable a bénéficié de sa décision publique à titre privé. Il reste à savoir maintenant ce que les principaux intéressés, Nicolas Mayer-Rossignol et Nutriset, auront à répondre sur cette affaire qui relève, a minima, du conflit d’intérêts et ce que compte faire à ce sujet l'actuel Président de la région Normandie....... Source : Observatoire de la corruption

Article paru sur : Tous Pourris ?


  • Et pour la défense, la réponse de Nicolas Mayer-Rossignol:

https://www.facebook.com/nicolas.mayerrossignol/posts/10154620674402900

Mise au point

Depuis quelques jours circulent sur les réseaux sociaux des rumeurs m'accusant d'avoir octroyé, lorsque j'étais Président de la Région Haute-Normandie, des financements à l'entreprise Nutriset pour laquelle je travaille aujourd'hui.

Ces accusations viennent très clairement de l'extrême-droite et sont relayées avec complaisance et médiocrité par quelques élus de la droite normande -pas tous.

Ma probité est mise en cause. La réputation de Nutriset, PME normande magnifique qui depuis trente ans se bat contre la malnutrition des enfants dans les pays en développement, est atteinte.

Parce que je n'ai strictement rien à cacher, parce que j'ai mis la transparence et l'honnêteté au cœur de mon engagement public, je tiens à apporter les éléments d'information suivants:

1-Comme je l'ai écrit dès mon embauche chez Nutriset en mars 2016, je n'ai piloté aucun soutien financier à cette entreprise pendant ma présidence, ni en 2014, ni en 2015. Je n'ai pas non plus participé à aucune inauguration, pose de première pierre, visite ministérielle etc., impliquant cette PME.

2-S'il y a bien eu une demande de subvention de Nutriset auprès de la Région, elle a été déposée en août 2012, et donc instruite par les services régionaux bien avant mon élection fin 2013. Son montant, 200k€, se situe dans la moyenne des subventions qui sont chaque année octroyées par la Région à des centaines d'entreprises normandes. La subvention a certes été votée le 9 décembre 2013, soit sous ma présidence, mais ce n'était que le vote formel (l'adoption s'est faite sans aucun débat, en quelques secondes et à l'unanimité de tous les partis politiques) d'un dossier ficelé depuis bien longtemps, bien avant ma présidence, et qui avait été gelé comme tous les autres dossiers pendant les quelques semaines de transition après la démission d'Alain Le Vern, mon prédécesseur.

3-Tout cela est public (toutes les délibérations du Conseil régional sont publiques et disponibles sur internet), connu depuis longtemps. C'était deux ans et demi avant mon embauche chez Nutriset; imaginer que j'aurais anticipé ma défaite aux élections et préparé une 'reconversion' près de trois ans à l'avance, pardonnez ma trivialité, il faut vraiment être tordu.

4-La vérité est simple: après ma défaite aux élections régionales de 2015 j'ai, comme beaucoup de nos concitoyens, rédigé mon CV, sollicité de nombreuses entreprises (en Normandie, à Paris, à l'étranger), passé des entretiens d'embauche. J’ai refusé tout 'recasage' dans le public. J'avais d'autres propositions d'autres entreprises, de (très) grands groupes pour tout vous dire; j'ai fait le choix d'une PME normande passionnante et innovante.

5-Je précise enfin que j'ai soumis la totalité de mon dossier à la Commission nationale de déontologie (http://www.fonction-publique.gouv.fr/la-commission-de-deont…), qui l'a examiné en détail, qui m'a auditionné, et qui a rendu un avis favorable. Alors que ce n'est en rien une obligation, j'ai tenu à rendre public cet avis (il est toujours consultable sur mon blog: http://nicolasmayer.parti-socialiste.fr/mieux-me-connaitre/).

Comme j'ai également rendu public l'examen de mes comptes de campagne ainsi que mes indemnités d'élu (http://nicolasmayer.parti-socialiste.fr/…/transparence-ind…/ ). Je crois d'ailleurs être l'un des seuls, si ce n’est le seul, à l'avoir fait.

Pourquoi ces accusations sortent-elles maintenant ? Pourquoi cherche-t-on à me nuire ? Je n'en sais rien. Peu importe. Je poursuivrai mon engagement politique et resterai fidèle à mon éthique, heureusement partagée par de nombreux élus et citoyens investis dans la vie publique: dire ce que l'on fait, faire ce que l'on dit.

Chaleureusement à vous tous,
Nicolas MAYER-ROSSIGNOL


 

Commentaire de Florestan:

Notre combat politique et de conviction pour la défense de l'unité normande nous oblige à envoyer des balles à nos adversaires ou à en recevoir. C'est légitime et c'est même loyal.  Par contre, sur l'Etoile de Normandie on n'aime pas trop les "boules puantes"...