Merci à Maît Gires de nous avoir envoyé le petit conte de Noël bien de chez nous à poster devant la crèche: il fait froid et dur dehors. Alors que le beau sapin vert se retrouve à demi avalé dans la calende noire du Diable dans une rue de Berlin ensanglantée et que nos amis Allemands n'auront aucune envie de chanter cette année la petite étoile du matin ou la jolie rose sortie du vieux tronc d'Isaïe, on vous invite non pas à chauffer dans la noirceur mais à vous chauffer le coeur car beaucoup de foyers vont rester froids ce Noël 2016.

A lire non sans émotion la petite comptine de Noël qui suit: tendre et lucide elle est bien normande!

cp-noel-en-normandie

une crèche de "Noué" en normand (Mait' Gires/ J Ph JOLY) Noué en Nourmaundie

Es vents du tchu d’l’an
Aux vents de fin d’année

I fait brin caôd et alo,
I plleut et ch’est l’abat d’iâo et alo !

Il ne fait pas très chaud et alors
Il pleut et pas qu’un peu, et alors

Guette, dauns eun cllos
Lo oû *hâot bouot du *hamé
Eune lumyire cha yest censément eun solé !


Observe dans un champs
Là au bout du village
Une lumière qui est presque un soleil

Lé prémyi dépêchi par ichin
Cha yest lé quetoun
Dé l’ouvrage, bouon,
annyi pou’li y-en a brin !


Le premier arrivé ici
C’est l’âne
Du travail, eh bien,
Aujourd’hui il n’y en a pas

Ch’est l’hivé sû té, sû mé,
Ryin qu’eune tiarraée
Pouor eun béquéré.
Lé boeu itou s’racache ilo
Car no prêche d’eun bézot…


C’est l’hiver sur terre et sur la mer
Ne reste qu’un peu d’herbe
Tout juste de quoi donner à un agneau
Le bœuf aussi arrive
Car on parle d’un dernier né

Derryire la bijude v’lo dauns le bruneu
la lavandyire et l’vuus péqueu
Lé tchuraé et lé brouetteus
Tous les métyis et dé de maême
Le cache pouque magene.
Guette, les maôves en trivelaine
S’muchent sû l’hâodene.


Derrière la baraque voici dans la brume
La lavandière, et le vieux pécheur
Le curé et l’entremetteur
Tous les métiers et même
Le commis du meunier sans doute.
Regarde les mouettes par centaines
Se protègent à l’abri de la dune.

Dauns che mounde grédin
j’soumes byin des euns !
Ma, des couops, no tergi d’quei avei l’espé,
Eun sourire, eun mot jatil vyinra p’têt
D’eun des syins qui coupes-sa le pan et la quette.

De ce monde cupide
Nous faisons partie !
Mais des fois on attend de quoi espérer
Un sourire ; un joli mot viendra peut être
D’un de ceux qui coupe le pain et la chaîne

Pouor fechounaer des batiâos, des maisouns
Faôt eun querpentyi, dame, yest à venin
reide dreit dauns sen quemin
La sciette à la man,


Pour fabriquer des bateaux et des maisons
Il faut un charpentier, or, le voilà
Marchant droit dans son destin
La petite scie à la main

Sa fème, Marie cache à la suute en gimant
Sen bézot ne vyinra paés yens
I reste derryire des haôtes murales…

Sa femme Marie va à sa suite se lamentant
Son petit ne viendra pas là
Il est enfermé derrière de grands murs

Dauns lé cyil no veit
Que niolent les Roués


On voit dans le ciel
les Rois qui badinent

Sount-i innochents !
Les voilà bien idiots