Sur l'antenne de France CULTURE dans la matinale proposée ce 22 décembre 2016 on pouvait écouter un reportage plutôt édifiant sur l'accueil culturel en France des réfugiés issus des pays en guerre d'Afrique et du Proche Orient:

https://www.franceculture.fr/emissions/le-choix-de-la-redaction/et-si-partageait-la-culture-avec-les-migrants

Atelier organisé par l'Orchestre de Chambre de Paris

C'est la société civile qui se débrouille, qui multiplie les initiatives soit individuelles, soit familiales ou associatives sans aucune aide publique, sans aucun soutien institutionnel. Le reportage concernait la région parisienne bien sûr mais aussi Lyon, Lille ou Montpellier. Ici un orchestre symphonique organise le collectage des chansons traditionnelles qu'apportent avec eux les migrants. Là ce sont des sorties accompagnées à la bibliothèque ou encore des visites au musée, au théâtre, au cinéma, à l'opéra...

Et l'un des acteurs de cet accueil "à la française" de dire qu'il n'était pas là pour imposer "la vraie" culture française, "gauloise héritée du passé" (sic!).

Dans un autre reportage entendu la veille le 21 décembre 2016 sur la même antenne (l'émission de reportages "Les pieds sur terre"), on pouvait entrer dans l'intimité familiale d'un couple de cadres quarantenaires habitant l'Essonne et leurs deux filles qui s'était porté volontaire auprès du SAMU social de l'Ile de France pour accueillir à la maison un réfugié soudanais, un étudiant en mathématiques fuyant l'enfer du Darfour.

Reportage à écouter d'urgence tant il est édifiant!

https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/elan-de-solidarite

De gauche à droite : Hadjo (27 ans, migrant soudanais), Solène (13 ans), Romain et Anne-Caroline (les parents accueillants) et Camille (16 ans) en train de jouer à Blokus.

A l'avenant:

La famille d'accueil française redécouvre la vraie cuisine. La famille d'accueil française face à la très ferme volonté du soudanais d'apprendre la langue de Molière et de Corneille fait l'effort inédit de ne plus s'avachir dans le franglish. La famille d'accueil française s'oblige à sortir avec son hôte soudanais au cinéma, mais aussi au musée ou à la bibliothèque municipale du coin car apprendre le français avec des BD ou des livres pour enfants qui traînent à la maison ne suffit pas à leur hôte venu se réfugier dans la banlieue Ouest de Paris pour fuir une guerre civile. Mieux: la famille d'accueil française redécouvre ce que peut signifier dans le quotidien le rituel d'une tradition religieuse vivante puisque leur hôte soudanais est musulman. La famille française d'accueil découvre soudain que dans le quotidien il n'y a pas que l'écran du smartphone, le jogging du dimanche matin ou les courses du samedi à l'hyper...

Et c'est là que l'on doit mettre le doigt sur l'un des plus grands paradoxes français:

A savoir, l'accueil d'êtres humains étrangers tous porteurs de traditions vivantes qu'ils aiment et respectent dans un pays mort à lui-même, effondré dans un individualisme consummériste nihiliste et pratiquant un universalisme artificiel avec un surplomb médiatique bien pensant qui culpabilise cette majorité de Français qui ne vivent pas comme des bobos métros surtout branchés sur les standards culturels et idéologiques d'une mondialisation à l'américaine et qui serait finalement heureuse de redécouvrir pour elle-même les plus belles traditions culturelles et spirituelles françaises car quand on accueille un étranger qui respecte sa langue maternelle, son pays et ses traditions (bref! un être humain normal) on ne saurait transmettre seulement Ikéa, Carrefour, Mac Do, Picard, Facebook ou Christophe Maé...

L'accueil des réfugiés, contrairement au discours d'angoisse xénophobe du Front National ou de l'écrivain Renaud Camus craignant "le grand remplacement" de la population française par des masses d'immigrés, est l'occasion d'un sursaut salutaire et d'un regain d'intérêt pour les fondamentaux de la civilisation française dans toutes les familles d'accueil car les hôtes étrangers veulent être accueillis par de vrais hôtes (la langue française est merveilleuse puisque le mot "hôte" signifie à la fois celui qui reçoit et celui qui est reçu) et non pas sur le parking d'un supermarché.

Et c'est parce que la Normandie, riche pourtant d'un patrimoine historique et d'héritages culturels et spirituels extraordinaires, est devenue une friche, une jachère identitaire dans la tête de la plupart de nos concitoyens normands préoccupés d'abord par les contraintes d'un quotidien socio-économique de plus en plus incertain, qu'il faut développer l'accueil des réfugiés en Normandie:

Car l'humanité des réfugiés qui ont vu le pire de l'Humanité exige de nous le meilleur de nous-même, car avant d'avoir le culot d'exiger le respect des migrants et de les obliger à l'assimilation et à l'intégration à la civilisation française ou normande, encore faudrait-il que nous soyons nous-mêmes respectables en respectant notre propre culture, en faisant preuve du minimum de curiosité intellectuelle et spirituelle pour la Normandie ou pour la France et permettre ainsi des interfécondations stimulantes tant pour le réfugié réconforté de retrouver une maison pour se reconstruire lui-même que pour l'accueillant normand ou français qui redécouvre aussi pour lui-même en cette occasion, de précieux trésors oubliés.

Malheureusement, le discours politique dominant dans la perspective des prochaines élections présidentielles à cause du surplomb idéologique xénophobe du Front National qui est la réponse en miroir au surplomb idéologique médiatique dominant du gauchisme culturel des bobos de centre ville, ne propose aucun accompagnement, aucune prise en charge, aucune réflexion intelligente pour aider la société civile française et normande disposée à redécouvrir pour elle-même le patrimoine culturel français et normand en le faisant découvrir aux réfugiés qui font preuve, contrairement à tous les clichés affligeants qu'on nous inflige, d'une grande curiosité intellectuelle pour la culture du pays ou de la région d'accueil parce qu'ils sont, dans la plupart des cas, enthousiastes à l'idée de faire partager leurs traditions vivantes après avoir fait l'expérience de la même chose avec leurs hôtes français.

Il y a douze ans, j'ai fait moi-même cette expérience humainement enrichissante d'accueillir chez moi un réfugié politique congolais fuyant de toute urgence la répression du dictateur  Laurent Kabila. Il est resté chez moi plus de trois mois: juriste de formation et passionné par l'Histoire, mon hôte africain était très heureux de me faire découvrir l'histoire peu connue en France des mouvements et leaders politiques de la Libération africaine des années 1960 tout en discutant avec moi d'Histoire de France, en partageant dans la cuisine, les mille et une façon africaines d'accomoder une volaille normande après avoir dégusté ensemble des huîtres de Saint Vaast et un coeur de Neufchâtel en évoquant la geste de Guillaume Le Conquérant ou l'histoire du Mont St Michel.

A Avranches, heureusement, David Nicolas, le maire, a parfaitement compris tous les enjeux culturels et identitaires de l'accueil en Normandie des réfugiés: en animant, par exemple, un atelier de dégustation de galettes normandes au sarrazin.

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1875414069359711&set=picfp.100006734080547.1875414059359712&type=3&theater

L’image contient peut-être : 1 personne, debout

Et des Normands intégrés aux Sarrazins ou des Sarrazins intégrés aux Normands, on a déjà connu ça...

https://palermenormande.wordpress.com/

L'extraordinaire décor normanno-arabe de la salle "Roger" du palais des Normands à Palerme:

salle-de-roger

En outre, avec les réflexions profondes de Léopold Sedar Senghor, le plus normand des grands écrivains africains, nous avons le luxe de disposer du cadre intellectuel pertinent pour proposer un accueil normand pour tous les étrangers, puisque Senghor définit avec la "Normandité" l'identité normande comme le résultat d'un carrefour des civilisations entre le Nord et le Sud:

http://www.cercle-richelieu-senghor.org/component/content/article.html?id=67

senghor

Avec la Normandie soyons donc fiers d'accueillir chez nous le Monde entier!