La NORMANDIE est la  première région industrielle et maritime de France: énergies marines renouvelables, nouvelles motorisations, nouveaux matériaux, nouvelle métallurgie, constructions navales, automobile, aéronautique, hautes technologies numériques, technologies bio-marines... Le potentiel normand industriel et d'innovations technologiques dans des domaines aussi essentiels pour notre avenir collectif qui va devoir se coltiner le changement climatique, est exceptionnel par sa diversité et par sa densité.

Résultat de recherche d'images pour       Résultat de recherche d'images pour    Résultat de recherche d'images pour  

Résultat de recherche d'images pour                                     Résultat de recherche d'images pour

Résultat de recherche d'images pour    Résultat de recherche d'images pour    Résultat de recherche d'images pour

Résultat de recherche d'images pour   Résultat de recherche d'images pour   Résultat de recherche d'images pour

 Résultat de recherche d'images pour      Résultat de recherche d'images pour     Résultat de recherche d'images pour               Résultat de recherche d'images pour

Par ses laboratoires universitaires de recherche fondamentale (ex: Le GANIL ou l'université de Caen), ses laboratoires de recherche-développement (ex: le plateau du Madrillet à Rouen ou le futur plateau aéronautique de Vernon), ses écoles d'ingénieurs (INSA, ENSI, ENSM), ses entreprises (avec brevets déposés sur des savoir-faire uniques au Monde, ex: ACOME à Mortain; la "glass vallée" de la Bresle; le premier kilomètre de route solaire à Tourouvre), ses start-up (notamment dans la connection numérique où 100 entreprises représentaient récemment la Normandie au salon international de Las Vegas), on peut dire que la Normandie est une grande technopole... au bord de la mer ou bien cachée dans ses bocages.

Répétons-le!

La Normandie est, très certainement, LA première région de France pour l'innovation industrielle sur les secteurs les plus stratégiques de l'avenir: l'énergie, la mer, les transports, les matériaux... L'alimentation aussi.

Pour que ce formidable potentiel se maintienne et s'acroisse il faut une SOLIDE FORMATION PROFESSIONNELLE INITIALE.

Et c'est au CREFOP d'en décider.

Le quoi?

Le CREFOP!

Sous cet acronyme barbare qui rime avec cyclope, pour Comité Régional pour l'Education, la Formation et l'Orientation Professionnelle, se cache LA tour de contrôle et de décision régionale normande représentant tous les acteurs publics et privés de la formation professionnelle régionale co-présidée par Madame la Préfète de région Nicole KLEIN et par Monsieur le Président de région Hervé MORIN.

Cette nouvelle instance s'est mise pour la première fois au travail, sérieusement, le jeudi 19 janvier 2017 pour décider de la toute première carte normande de la formation professionnelle. Rien de moins!

Vous trouverez, d'ailleurs à la fin de ce billet et en exclusivité sur l'Etoile de Normandie, l'intégralité des documents de travail qui ont servi à cette réunion fondatrice d'une politique régionale normande de la formation professionnelle.

Sur les principaux sites d'informations normands (Tendance Ouest, Ouest France, Normandie Actu) on ne trouvera aucune allusion à la réunion toute récente du tout nouveau CREFOP normand et de ses décisions pourtant essentielles pour l'avenir de notre région... Sauf sur le site de Paris-Normandie où l'on trouvera un écho grâce aux déclarations de Sébastien Jumel, le maire de Dieppe se déclarant satisfait qu'un projet de formation proposé dans un lycée professionnel de son agglomération soit validé par le CREFOP:

http://www.paris-normandie.fr/breves/normandie/un-nouveau-bts-maintenance-des-systemes-en-vue-au-lycee-de-l-emulation-dieppoise-a-l-horizon-de-la-rentree-2017-BA8057470

Cette instance nouvelle reste donc peu connue et elle fait déjà l'objet de critiques. Elles nous paraissent salutaires car arbitrer de l'avenir de la formation professionnelle dans une région c'est une question de vie ou de mort pour la région concernée:

http://gilles-houdouin.eklablog.com/reunion-d-installation-du-crefop-a125669806

http://www.fcuni.com/archives/2016/04/19/33685002.html

On trouvera enfin plus de renseignements sur le site de la Région Normandie:

http://cprdfop.normandie.fr/index.php/337-cprdfop

Notamment ce lien faisant état de l'existence de 25000 offres de formations professionnelles en Normandie:

https://www.normandie.fr/programmes-de-formation

Voir aussi ce communiqué officiel du 19 septembre 2016 de la Région Normandie, communiqué dithyrambique qui annonce l'existence de 56105 formations offertes aux Normands au chômage ou désireux d'évoluer dans leur qualification professionnelle:

2016_09_19_CP_Formation_vers_l_emploi

Disons les choses d'emblée:

Pour assurer l'avenir du potentiel normand d'innovation industrielle dont les atouts seront stratégiques pour réussir une transition énergétique française, il faut que le CREFOP mette en oeuvre une formation professionnelle initiale très volontariste et ambitieuse sur les qualifications, les moyens alloués, les centres de formation, les écoles d'ingénieurs, le réseau des lycées professionnels, les IUT...

Mais au lieu de cette vision d'envergure, il est à craindre que la Normandie ne serve de terrain d'expérience à des politiques ineptes décidées à Paris par un état jacobin au bout du rouleau quand il faut trouver une solution pour éviter le décrochage scolaire ou le chômage des jeunes. En effet, si le CREFOP n'a été réuni que pour obliger la Normandie à prendre sa part du fardeau national de ces 500 000 jeunes à caser, coûte que coûte, en apprentissage quitte à forcer les réalités et les potentiels de notre région, alors le CREFOP Normandie risque de rater totalement son objet tout en brisant sa légitimité toute neuve en étant moins une des instances essentielles d'un pilotage normand de l'avenir normand qu'un rouage de plus dans la machine jacobine à broyer les réalités régionales pour des objectifs incertains ou inutiles !

Pour des raisons sociales, sociologiques, économiques ou culturelles évidentes, l'apprentissage ne sera jamais la première voie d'accès la qualification professionnelle: il est probable que l'objectif national de 500000 apprentis sera difficilement atteint. On sait que près de 25% des contrats de formation en alternance sont rompus avant terme. Car l'apprentissage exige une maturité, une rigueur de vie et une responsabilité individuelle qu'un lycéen arrivant de son collège ne saurait posséder. La formation initiale scolaire est indispensable et il faudrait la renforcer au lieu de l'affaiblir!

Il ne s'agit pas, bien entendu, de nous opposer, par principe à la formation en alternance (apprentissage) qui est indispensable à la transmission des métiers et des savoir-faire qui ont besoin d'un contact direct entre un professionnel et un élève: cela vaut dans tous les métiers de haute tradition artisanale et artistique. Mais dans l'industrie et l'innovation technologique, ce qui est efficace et demandé par les industriels réellement soucieux du développement de leurs industries, c'est de pouvoir embaucher, sans attendre et sans avoir à les former complètement, des bons professionnels dotés d'une solide formation initiale qui ne peut être dispensée que dans un cadre scolaire...

Ainsi, au lieu de nous proposer un renforcement du réseau des lycées professionnels, au lieu de faire de la Normandie et de ses deux académies un territoire pilote d'expérimentation pour une mise en relation de ces lycées professionnels avec les IUT et les écoles d'ingénieurs régionales, voire avec l'Ecole Poytechnique ou le Centre National des Arts et Métiers pour intégrer toute une filière de formation allant du CAP au concours d'entrée à Polytechnique avec des classes prépas dans les lycées pros, le CREFOP Normandie, avec, il faut le dire,  l'assentiment de la Région Normandie et d'une partie de la représentation du patronat régional, prépare la bascule de la formation professionnelle normande vers l'apprentissage alors qu'on sait bien, en Normandie, qu'il ne faut jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier!

Avec pour conséquence, dès la rentrée scolaire 2017:

La suppression d'un certain nombre d'offres de formation dans les lycées professionnels qu'ils soient publics ou privés voire leur transformation en auberges espagnoles devant accueillir dans les mêmes classes, le public scolaire habituel et le public très particulier des apprentis, le tout avec des moyens constants ou en baisse!


En exclusivité, sur l'Etoile de Normandie, nous vous proposons de découvrir le dossier spécial formation professionnelle normande proposé par "Le mag" (édité par le Carif-Orif de Normandie) dans son numéro 1 de novembre 2016: c'est très bien fait et vous saurez tout de l'organigramme institutionnel de la décision publique normande.

formation 1

formation 2

formation 3

formation 4

formation 5

formation 6

formation 7

formation 8

formation 9


 EXCLUSIVITE ETOILE DE NORMANDIE:

La première carte normande des formations professionnelles présentée et débattue lors de cette première grande réunion de travail du CREFOP Normandie, le jeudi 19 janvier 2017. On constatera que les Centres de Formations par Alternance (CFA) sont privilégiés au détriment des centres de formation initiale scolaire, à commencer par les lycées professionnels qu'ils soient publics ou privés!

  • Ci-après, le tableau récapitulatif des fermetures en lycée professionnels proposées par l'Education Nationale pour la rentrée de septembre 2017: édifiant!

crefop

 

  • Ci-après, le tableau récapitulatif des propositions d'ouverture de formation professionnelle dans toute la Normandie avec les avis favorables ou défavorables du CREFOP:

Carte_scolaire_2017_Education_Nationale

Carte_scolaire_2017_hors_Education_Nationale

  • Lire ci-après l'analyse de la carte normande de la formation professionnelle proposée par la CGT (syndicat qui dispose d'un comité interprofessionnel normand depuis 1982):

d_claration_CGT_carte_des_formations

  • Lire enfin, la réaction des enseignants (CGT) des lycées professionnels normands qu'ils soient du secteur public ou privé:

CGT 1

CGT_2

 

LA NORMANDIE, PREMIERE REGION INDUSTRIELLE ET MARITIME DE FRANCE, MERITE D'AVOIR UNE GRANDE POLITIQUE REGIONALE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE: CE N'EST, HELAS, PAS LE CAS !