Comme on dit, ce sont les cordonniers qui sont les plus mal chaussés! Le site naturel et culturel normand des falaises d'Etretat admiré par Victor Hugo et popularisé par le journaliste et écrivain Alphonse Karr ou qui enchantait Monet, Debussy, Proust ou  Mallarmé (qui y a lancé la tradition désormais interdite du galet souvenir à envoyer à ses amis), mérite bien plus et bien mieux que sa mise en valeur actuelle, bassement boutiquière, il faut, hélas, le dire...

photo-633891345563856576-1

Les falaises d'Etretat, en raison de la notoriété de l'oeuvre de Claude Monet, sont connues dans le monde entier et on peine à comprendre pourquoi ce site merveilleux n'est toujours pas inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO avec la valorisation et les protections afférentes: l'esprit bien cauchois et normand de liberté et de méfiance a du bon, comme chacun sait, mais comme de toutes les bonnes choses, il faut savoir ne pas abuser.

Le conseil départemental de la Seine-Maritime semble avoir pris conscience de l'enjeu, à savoir que la protection et la valorisation de ce site sont liées et qu'il faut éviter de tuer une poule aux oeufs d'or de plus... D'où la démarche actuelle de labellisation "Grand Site National" qui doit générer, espérons-le, quelques conséquences concrètes pour éviter la surexploitation touristique, commerciale, publicitaire du site en maîtrisant les flux touristiques (problème du stationnement, du piétinement, protection d'un site naturel fragile contre les prélèvements sauvages de galets ou de coquillages; problèmes d'enlaidissement commercial du front de perret; protection du paysage; pollutions agricoles et gestion des eaux usées; montée en gamme de l'offre culturelle sur le site).

La tâche est donc immense pour que le site d'Etretat retrouve l'éclat qui avait ébloui, il y a 130 ans,  Alphonse Karr sur sa périssoire...


 

Lire ci-après le communiqué du département de la Seine-Maritime:

| Attractivité du territoire |
Le Département organise une journée d’échanges entre exploitants agricoles
Mardi 31 janvier 2017, se tiendra une journée d’échanges entre le Département de la Seine-Maritime, les élus des 13 communes du littoral concernées, la Chambre d’Agriculture de la Seine-Maritime, des exploitants agricoles et des représentants du Grand Site de France des Deux Caps (Hauts-de-France). En présence de Florence Thibaudeau-Rainot, vice-Présidente du Département en charge de l’arrondissement du Havre, Martial Hauguel, vice-Président du Département en charge de l’environnement et Alain Bazille, Conseiller Départemental du canton de Fécamp. Le Département a décidé d’accompagner 13 communes du littoral, dont Étretat pour aboutir à la labellisation de leur territoire en Grand Site de France. Ce label remarquable et d’exception est cerné par l’État pour récompenser les territoires qui s’engagent pour la protection des sites classés dans le respect du cadre de vie des habitants à travers la promotion d’un tourisme durable et de qualité.
Les 13 communes concernées sont :
Bénouville, Bordeaux-Saint-Clair, Criquebeuf-en-Caux, Étretat, Fécamp, Froberville, La Poterie-Cap-d’Antifer, Les Loges, Le Tilleul, Saint-Jouin-Bruneval, Saint-Léonard, Vattetot- sur-Mer et Yport. Les études de cette « Démarche Grand Site » financées et coordonnées depuis plus de deux ans par le Département avec l’aide de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement de Normandie (DREAL) et des 13 communes du territoire concerné viennent d’être finalisées.
Avec la fin des études et en attendant le montage de la future structure de gestion du Grand Site, c’est désormais une période d’animation importante qui s’engage pour le Département et les 13 communes, avant d’aboutir à cette labellisation. Cette démarche vise à préserver un site naturel remarquable dans le respect des habitants et des visiteurs. Ses enjeux doivent être partagés par tous les acteurs afin qu’ils deviennent les meilleurs ambassadeurs possibles pour leur territoire. Des réunions d’information auprès des exploitants agricoles ont déjà été animées par le Département en 2015 et 2016. Ce lien est conforté par un contact très régulier avec la Chambre d’Agriculture, partenaire institutionnel particulièrement privilégié dans la Démarche Grand Site.
Le Département s’est rapproc du Grand Site de France des Deux Caps et a souhaité organiser une journée d’échanges sur cette thématique agricole entre les exploitants agricoles des deux territoires. Une centaine d’exploitants agricoles, répartie sur le territoire du Grand Site des « Falaises d’Étretat Côte d’Albâtre », sera représentée. Le Département de la Seine-Maritime, les élus des 13 communes et la Chambre d’Agriculture de la Seine-Maritime
accueilleront les dirigeants de l’association agricole du Grand Site des Deux Caps pour partager leurs expériences.
Cette association présentera aux exploitants du Grand Site des « Falaises d’Étretat Côte d’Albâtre» les projets qu’elle a su développer en faveur de l’agriculture en s’appuyant sur la labellisation « Grand Site de France » dans le cadre d’une collaboration riche et bénéfique pour tous.
Cette journée d’échanges est la première organisée dans le « Réseau des Grands Sites de France » composé de 41 territoires dont les Falaises d’Étretat et les Deux Caps.
Pour plus d’informations :
 Le Grand Site des Falaises d’Étretat-Côte d’Albâtre :
www.seinemaritime.fr
et sur l’adresse mail ogsfalaisesetretat@seinemaritime.fr
Le Grand Site de France des Deux Caps :
Le Réseau des Grands Sites de France :  

Commentaire de Florestan:
Le conseil départemental de la Seine Maritime a du mal à franchir la Seine...  Peut-être parce que l'ex Basse a mené une politique plus... haute et plus exigeante que l'ex Haute en matière de labellisation des sites naturels et historiques: la baie du Mont St Michel et le site de la Hougue, en attendant celui des Plages du Débarquement, sont déjà inscrits sur la liste mondiale de l'UNESCO.
En revanche, le site exceptionnel de la Hague, à l'extrême pointe Ouest du Nord Cotentin, mériterait d'obtenir le  label "grand site national"  mais ne pourrait l'avoir car la Hague est déjà un "grand site national" pour le retraitement des déchets nucléaires... On ne peut pas tout avoir!