La question que pose le projet normand est la suivante et c'est une question essentielle:

Résultat de recherche d'images pour           Résultat de recherche d'images pour    Résultat de recherche d'images pour

Est-il possible de piloter depuis la province un enjeu national pour la France?
 
Vendredi 27 janvier 2017 à Rouen, Hervé Morin recevait la presse régionale normande dans la perspective de la présentation du premier budget primitif normand de l'histoire contemporaine de notre région...
Et il semble qu'Hervé Morin voudrait qu'il soit enfin possible de répondre positivement à cette question.
Lire ci-après, le compte-rendu de cette conférence de presse proposé par Normandie XXL:

 

Hervé Morin à bâtons rompus

 

 Hervé Morin
En vue. Déjeuner de presse à Rouen, vendredi 27 janvier pour la préparation de la session du Conseil Régional qui se déroulera à Caen le 6 février avec comme objet central le budget primitif de 2017 dont on donne les grandes lignes ci-dessous. Autour de cela des points sur des sujets grands et petits à travers lesquels se dessine un portrait du président Morin.

L’Européen

Une certitude, ce partisan de l’Union Européenne en connaît bien les rouages. De sa fréquentation régulière de Bruxelles, il retire la certitude que la France ne sait pas exploiter les ressources qui sont mises à la disposition des pays : « nos projets ne sont pas programmés pour être dans les schémas européens ». « Notre mode organisation n’arrive pas à bénéficier des appels à projet ». L’Europe est faite pour que les Régions puissent intervenir, problème en France, elles n’existent pas, elles n’ont pas d’autonomie. Il constate que : « la Bavière a pignon sur rue à Bruxelles avec plusieurs dizaines de lobbyistes alors que la Normandie n’a que deux personnes sur le terrain. » A son programme, non seulement de doubler les équipes (ce qui ne va pas bien loin) mais surtout d’inciter Medef, CCI, et les métropoles à former des équipes qui seront sur le terrain afin de promouvoir à Bruxelles les sujets qui intéressent les Normands et qui ont toute leur place dans les schémas européens. « Si Bruxelles finance le Canal Nord pourquoi pas la  Vallée de la Seine, pourquoi pas la chatière ? » lance-t-il. Le haut niveau de recherche dans la région, tant à Rouen qu’à Caen concerne aussi l’Europe. Et de rappeler que la recherche sur l’hadronthérapie à Caen (nouvelle technique de traitement des cancers) est unique en Europe. « Que ne bénéficie-t-elle pas des crédits européens alors qu’il manque encore quelques millions pour boucler le dossier »

Girondin et insoumis

La structure jacobine de notre Etat freine considérablement les actions, tout passe par Paris ce qui constitue la certitude d’un ralentissement des dossiers quand ce n’est pas d’un enlisement. Haropa doit-il devenir un seul port tout le long de la Seine comme le propose Valérie Pécresse ? Hervé Morin n’en sait rien mais pose plutôt le problème de la gouvernance du port ; « il faut désormais un président de la République qui accepte la décentralisation et fasse confiance à l’autonomie. »

Il n’a de cesse d’obtenir des avenants au contrat de plan Etat-Région, ainsi lors de la venue de Bernard Cazeneuve à Bayeux et à Rouen le 3 février il compte bien obtenir 4 millions d’euros pour le contournement de Gournay (nécessité par la ligne Serqueux Gisors) 2,5 millions d’euros pour la barge-restaurant du Campus du Havre, 7 millions pour la reconversion de Petroplus. Le choix de Bayeux s’explique par l’investissement pour la transformation du musée de la Tapisserie en Centre de compréhension de l'Europe du Moyen-Age (un projet à 20 millions d’euros).

Social

Hervé Morin a affirmé sa volonté de sortir de la politique de la précarité qui a prévalu jusqu’à maintenant pour le personnel de la Région. Il a découvert que les précédents présidents faisaient un usage abusif des CDD qui concernaient plusieurs centaines de personnes alors qu’elles étaient sur des postes permanents qui ne nécessitaient pas le recours à un tel type d’embauche. Le record est un employé qui était depuis 15 ans en CDD en dépit de toutes les législations. Il a donc entrepris un travail de déprécarisation qui a concerné 107 personnes au début de l’année et sera poursuivi.

Premier aperçu  sur budget primitif de 2017

Total : 2,74 milliards – 1,8 milliard hors opérations, un budget en progression de 11% car on a intégré les transports scolaires mais auquel il manque 32 millions d’euros qui résultent de la baisse des dotations de l’Etat.