Ce sont deux belles initiatives qui se développent depuis peu sur la Toile. L'équivalent pour les langues du monde entier de "Google Earth" pour la géolocalisation ou de Wikipédia pour la culture générale avec l'initiative "SOROSORO" (portée par des universitaires de Lyon) et par le projet "LOCALINGUAL" qui est encore plus ambitieux puisqu'il s'agit de créer en ligne sur Internet et de façon participative, la cartographie mondiale totale de la diversité linguistique avec des sons témoins enregistrés sur le site et déposés par les internautes. Pour certaines langues rares en voie de disparition, c'est même l'opération de la dernière chance...

Quand on prétend défendre la tolérance, l'ouverture culturelle et la curiosité pour autrui, ou encore la biodiversité, il parait évident qu'il faut défendre aussi la diversité linguistique de l'Humanité, diversité qui est mise à mal aujourd'hui par la mondialisation et la standardisation anglo-saxonne américaine de la civilisation matérielle.

Cela semble évident chez tous les humanistes... sauf en France où, notamment à gauche, subsiste un préjugé jacobin hérité de plusieurs siècles de centralisation parisienne de la France contre toute diversité linguistique régionale aux côtés du "français" déclarée seule langue officielle de la république "une et indivisible". Ainsi, la France n'a toujours pas ratifié la charte européenne des langues régionales et minoritaires car les Jacobins craignent pour la transmission de la langue française sans voir que s'il y a un endroit de France où la langue officielle de la République est massacrée sytématiquement tous les jours par un bombardement quotidien et intensif de "globish" c'est bien les vingt arrondissements de Paris où une élite politico-médiatique se vautre dans une nouvelle préciosité ridicule qui fera sourire tout sujet de sa Gracieuse Majesté!

Et c'est bien dommage car une étude systématique et une valorisation du patrimoine des langues d'oc et d'oïl qui ont généré le français moderne permettrait à ce dernier d'avoir un meilleur maintien, un renouvellement du lexique ou permettrait de faire passerelle entre le français et les autres langues nationales limitrophes de la France: ainsi du Normand qui fait la passerelle depuis 1066 entre le français et l'anglais.

D'une manière générale, s'intéresser à sa langue et à celle des autres est la plus belle et la plus manifeste des preuves d'intelligence!

L'atlas de Sorsoro propose sur une carte du Monde des fiches descriptives pour chaque langue signalée:

  • A l'échelle de la France:

http://www.sorosoro.org/planisphere-des-langues/

Les fiches rendent compte des langues suivantes: Alémanique, Morvandiau, Breton, Flamand, Picard, Normand, Corse, Gallo, Francomtois, Occitan, Catalan, Champenois, Lorrain, Français de Paris, Francique, Franco-provençal, Ligure, Poitevin...


 Le projet LOCALINGUAL a fait l'objet ce 9 février 2007 d'une petite chronique sur la matinale de France Inter:

https://www.franceinter.fr/emissions/le-7h43/le-7h43-09-fevrier-2017?xtmc=langues_atlas&xtnp=1&xtcr=7

C’est un dictionnaire des langues vivantes, comme vous n’en n’avez jamais ouvert... Projet étonnant et assez fou, que vient de lancer sur Internet un ancien ingénieur de Microsoft... Vous cliquez sur un pays, ou une région et immédiatement, vous pouvez entendre la langue qui y est parlé. Parfois le dialecte, ou juste l’accent local...

Le projet est participatif, ça s'appelle Localingual. Chacun internaute peut donc apporter sa pierre en enregistrant sa propre voix....

Première escale : Montréal

Extrait.

On quitte l’Amérique du nord, direction la Tanzanie... Tiens, au fait, comment dit-on « je t’aime » en swahili ?

Extrait.

« Nakupenda » pour dire je t’aime... Et si on part maintenant du côté du Turkménistan..... Poussons les portes des écoles... Pour voir comment les enfants apprennent à compter de 1 à 10...

Extrait.

Et des extraits comme celui-ci, il y en a déjà des dizaines de milliers.... Mais comme le site est participatif, des petits malins s’en sont vite emparés...
Au Brésil, le site est truffé d’appels à la démission du président. Aux Etats-Unis, c’est la voix de Bob l’éponge qui a été enregistrée des dizaines de fois.

Extrait.

Et si vous cliquez sur la Corée du nord, voilà le genre de messages que pourrez entendre :

Extrait.

Des appels à l’aide contre la dictature, enregistrés par des robots. Il va falloir faire le tri dans cette encyclopédie des langues...

Et en France, me direz-vous ? On peut entendre parler breton, corse ou cht’i... Ou écouter la complainte d’un parisien...

Extrait.

Eh oui, ça c’est Paris… En même temps, un parisien qui râle, ça a toujours des accents de vérité…


 Commentaire de Florestan:

J'invite tous les amoureux de la langue française et tous nos amis normands qui prèchent encore notre loceis à venir poster un message sonore sur la page France du site... pour remonter, d'urgence, le niveau! Car entre le Breton qui dit "vive les crêpes" (en français qui plus est) ou le Parisien qui râle au micro (ou une mauvaise blague sur François Fillon), les généreux concepteurs du projet Localingual risquent d'être déçus par le manque de curiosité linguistique de nos chers compatriotes biberonnés depuis si longtemps au jacobinisme linguistique!

Nous avons, bien entendu, commencé l'offensive du Normand sur Localingual en laissant un "Sire de sei" derrière nous...

Nos amis de la FALE diffusent une grande enquête sur la langue normande dans nos pratiques culturelles contemporaines. Le questionnaire est à remplir sous le lien suivant:

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfw6vMGcP1mEemqrXYE-ENA_LXqj9PUBGcGM6cSrKciQ9uubw/viewform


 

Mais ce qui est certain, c'est que la langue normande s'affiche aussi, depuis peu, sur le panneau d'entrée de la commune de Brestot / Brétot dans le département de l'Eure:

https://www.francebleu.fr/infos/societe/langue-regionale-un-village-de-l-eure-adopte-les-panneaux-franco-normands-1486498742?xtmc=langue%20normande&xtnp=1&xtcr=2

Langue régionale : un village de l'Eure adopte les panneaux franco-normands

Par Anne Bertrand, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

mardi 7 février 2017 à 21:19

Une première dans l'Eure: un panneau d'entrée de commune en français et en normand

Une première dans l'Eure: un panneau d'entrée de commune en français et en normand © Radio France - Anne Bertrand

Une première dans l'Eure. A Brestot, dans le Roumois, les 6 panneaux d'entrée du village sont désormais en deux langues: en français et en normand. L'initiative n'est pas qu'anecdotique. Derrière cette signalétique bilingue, il y a la volonté de faire vivre la langue normande.

A Brestot, village de 500 habitants dans le nord de l'Eure, les panneaux d'entrée du village s'affichent désormais en deux langues : en français et en normand. Un fait rare dans la région. Seules deux autres communes dans la Manche ont adopté la signalétique bilingue.

Pourquoi Brestot (ou Brétot)? Pour que les gens qui ne sont pas du village cessent de prononcer le "s"! Au delà de cet aspect anecdotique, la municipalité a surtout souhaité ancrer la commune dans son environnement local et rappeler à ses habitants la fierté d'être Normands.

"Comme dit le proverbe africain, on a besoin de savoir d'où on vient pour savoir où on va" Jean Michel Ollivier, le maire de Brestot

A l'origine de cette initiative, il y a l'association La Chouque, une association de promotion de la culture normande . D'après son président Pascal Grange, entre 1 et 5% de la population parleraient le normand, soit entre 30.000 et 150.000 personnes. Mais depuis la réunification de la Normandie , il existerait un regain d'intérêt pour cette langue. Le conseil régional a d'ailleurs fait distribuer un dictionnaire franco-normand dans les 200 lycées dont il a la charge.

Les associations pour la langue normande sont elles-mêmes regroupées au sein d'une fédération. Et celle ci mise beaucoup sur les jeunes générations. Parmi ses projets: l'édition en normand d'un imagier pour les enfants et même une initiation à la langue normande dans tous les collèges.

Les défenseurs du normand devront se montrer patients. L'Assemblée nationale vient de voter un texte pour promouvoir les langues régionales - notamment à l'école - mais il n'a aucune chance de passer devant le Sénat, d'ici la fin de la législature fin février.