La Normandie, terre d'Alphonse Allais de Marcel Duchamp ou d'André Breton, ne saurait envoyer à la course absurde à l'Elysée qu'un super héros surréaliste: un certain Michel LAMBERT, alias Romuald DUVAL, fait campagne en nos campagnes... Il sera à Caen au Théâtre de la rue de Bretagne du 13 au 17 février 2017. Normandie Actu s'en fait, évidemment, l'écho:

http://www.normandie-actu.fr/interview-normandie-presidentielle-vrai-faux-candidat-michel-lambert_255017/

Caen Interview.

En Normandie, rencontre avec Michel Lambert, le vrai-faux candidat à la présidentielle

Les Fillon, Macron, Le Pen et autres Hamon ne vous inspirent guère ? Connaissez-vous Michel Lambert, le candidat du Parti du candidat ? Probablement pas, mais lui s'y voit déjà !

Mise à jour : 10/02/2017 à 21:03 par Mathieu Girard

Michel Lambert sera campagne à Caen (Calvados), à la Cité/Théâtre, du 13 au 17 février 2017. (Photo : DR)

Michel Lambert sera en campagne à Caen (Calvados), à la Cité/Théâtre, du 13 au 17 février 2017. Et avec lui, tout est simple et transparent : vos idées constitueront son programme ! (Photo : DR)

La campagne pour l’élection présidentielle bat son plein et Michel Lambert pourrait bien créer la surprise… Lui, en tout cas, se voit comme le favoris des sondages et s’imagine déjà en train de refaire la déco de l’Élysée. Rencontre avec ce vrai-faux candidat originaire de Normandie, qui ira à la rencontre de ses électeurs, du 13 au 17 février 2017, à La Cité/Théâtre, à Caen (Calvados). Interview vérité.

« Vos idées feront mon programme »

Normandie-actu : Michel Lambert, en 2012, votre campagne avait pour slogan « Le mouvement immobile ». Avez-vous bougé depuis ?
Michel Lambert : « Le Mouvement immobile » n’était que l’un de mes nombreux slogans. J’utilisais aussi « La France morte », « Le Candidat de l’écologie d’affaires », « Le Candidat identitaire » ou « Le Candidat révolutionnaire ». Mais je n’ai pas changé, je suis toujours le leader du Parti du candidat, et avec moi, ce n’est pas mon programme qui fait les idées, mais vos idées qui feront mon programme.

En d’autres termes, vous mangez à tous les râteliers…
Non, je ne vous permets pas. C’est une accusation un peu facile. Je représente surtout le changement, l’innovation et l’alternance qu’attendent les Français. Depuis 30 ans que je suis en politique, je pense avoir largement démontré que je suis l’homme du renouveau.

Mais vous êtes de gauche ou de droite ?
Je suis de droite, du centre et de gauche. Je ne peux pas dire mieux. Je représente toutes les tendances à la fois et je m’adapte à toutes les circonstances. Je rassemble les contradictions des Français. C’est une stratégie politique qui m’a permis de remporter la primaire des Verts que personne n’a suivi, d’avoir créer la surprise dans celle des bleus, d’avoir déjouer les pronostics de la primaire rose, et je suis aussi inscrit en candidat libre rouge ou brun. 2017 est mon année, et tout devrait bien se passer.

« Fillon a la peau dure, mais il doit avoir le cul qui gratte »

Difficile d’y voir clair… Pouvez-vous nous parler des mesures phares de votre programme, en matière de sécurité par exemple ?
Je m’engage à faire toute la lumière sur la sécurité, mais également sur la vie politique et démocratique, et d’éclairer le chemin de demain.

Ce n’est pas très concret tout ça…
(Agacé) Si vous voulez du concret, c’est très simple : si je suis élu, j’exposerais précisément mon programme. Je ne peux pas être plus concret que ça ! Je propose à mes électeurs d’appliquer leurs idées dès que je serai à l’Élysée. C’est parfaitement clair.

Un mot sur vos principaux concurrents. Que pensez-vous des déboires de François Fillon ?
(Rires) Même s’il a la peau dure, il doit quand même avoir le cul qui gratte. En ce qui me concerne, je suis irréprochable. Je suis le président du Parti du candidat, et j’en suis aussi le trésorier, le secrétaire et le seul adhérent. Ma situation est parfaitement claire et transparente. Il n’y a pas de problème de démocratie dans mon parti. On est tous d’accord et mes factures sont toutes en règle.

Michel Lambert s’adresse aux Français :

Vous êtes une sorte de cumulard alors ? Vous avez l’intention de gouverner seul lorsque vous serez président ?
Non, loin de là. J’ai beaucoup de gens à « remercier ». J’ai beaucoup d’amis proches à placer, sans oublier ma femme et mes enfants. Je suis prêt à aider tous ceux qui me soutiennent.

Vous évoquez votre femme et vos enfants, mais les Français ne semblent plus trop goûter aux dérives népotistes…
Je sais bien, mais la famille, c’est important quand même. Les Français le savent au fond d’eux-mêmes. Je suis à leur service et je me mets à leur place. Et ma place, c’est la leur. C’est pour eux que je fais tout ça. Je n’ai pas d’autre ambition que celle de représenter les Français.

« Macron ? Il est pas mal comme petit candidat secondaire »

Revenons à vos adversaires. Que vous inspire Emmanuel Macron ?
Il est pas mal comme petit candidat secondaire. C’est un très bon communiquant qui a appris beaucoup en me regardant faire. Il a fait des stages au Parti du candidat et je vois qu’il en tire aujourd’hui tous les bénéfices.

Et Marine Le Pen ?
Elle me fait de la peine Le Pen.  Elle en a bien des misères avec son papa, ils sont si fâchés. Pauvre type, pauvre fille, quelle famille !

Et Jean-Luc Mélenchon ?
C’est un grand orateur et un révolutionnaire, comme moi. Mais en même temps, nous sommes restés modernes en travaillant sur YouTube et les réseaux sociaux. On est au fait des nouvelles technologies tout en défendant le marxisme de base. Il m’a piqué l’idée de l’hologramme, que j’avais moi-même utilisée pour un meeting diffusé en simultané à Paris, Rome, Berlin, Porto… De toute façon, ils me copient tous. Ils s’inspirent de moi et je les comprends. Ma stratégie est la meilleure.

Et Benoît Hamon ?
Qui ça ?

Le candidat du Parti socialiste…
Je ne le connais pas, jamais entendu parlé de lui. Il est nouveau ?

Pour conclure cet entretien et puisque votre victoire semble inéluctable, quelle sera votre première mesure en arrivant à l’Élysée ?
Refaire la déco et m’installer bien tranquillement dans la résidence de la République.

Qui est Romuald Duval alias Michel Lambert, le candidat du Parti du candidat ?
Vous l’avez compris (enfin, j’espère…), Michel Lambert n’est un véritable candidat à l’élection présidentielle, bien qu’il ne serait plus ridicule que certains. Derrière ce nom de scène se cache le Normand Romuald Duval. Comédien professionnel depuis 1998, il a fait son trou dans le paysage culturel régional en s’impliquant dans plusieurs compagnies. Sa formation éclectique (clown et bouffon avec Pascale Spengler, Marc Frémond, Gilles Defacques ; théâtre de rue et comédia avec la Cie Beavers art, Carlo Boso ; improvisation et écriture avec Jean-Pierre Dupuy, René Paréja, Jean-Louis Hourdin) lui permet de s’aventurer dans de multiples espaces de création.
Il travaille aujourd’hui avec les compagnies L’Oreille Arrachée au sein du Bazarnaom, une des fabriques culturelles de Caen, et l’association Amavada, pour de multiples créations. Il intervient également dans les écoles primaires et secondaires, à la maison d’arrêt de Caen, les stages réalisation Jeunesse et Sports, etc. Il incarne également depuis 2012 l’homme politique tout terrain, Michel Lambert.

Infos pratiques :


Michel Lambert en campagne, du 13 au 17 février 2017, vers 19h, à La Cité/Théâtre, 28 rue de Bretagne, à Caen (Calvados).
Tél : 02 31 93 30 40. Suivez la campagne de Michel Lambert sur sa page Facebook.