Nous avons ici beaucoup parlé du Canal Seine Nord Europe et des raisons de ne pas le faire (mais il se fera nous dit-on...), raisons avant tout d'organisation économique de notre territoire pourqu'elle soit pertinente pour tous. A ces arguments de la raison économique à savoir l'inutilité de doubler sur terre au prix de coûteux travaux ce qui peut se faire par la mer ou par le fleuve, il faut ajouter des arguments écologiques contre un projet défendu au nom de l'écologie.

Lire ci-après le point de vue éclairant de Pierre JUHEL pour nos amis de l'Ecologie Normande:

http://ecologienormande.canalblog.com/archives/2017/02/12/34928535.html

114664474_o

Canal SEINE NORD EUROPE, la controverse...

Est-il utile ? Est-il opportun ?

Voilà un projet qui va semer la panique économique entre les chaumières normandes et les bourgades du Hainaut-Cambrésis. A la vue des éléments de notre dossier, ce projet revêt toutes les formes d'une inutilité caractérisée. 

Tout d'abord ce projet, longtemps dans les tiroirs de la haute administration, à l'époque de la "péniche à voiles", vise à relier l'Oise navigable (depuis Compiègne) à l'Escaut, en direction des ports du nord de l'Europe (Anvers et Rotterdam), ce qui représente 107 km. Il s'agit de construire une voie navigable à grand gabarit qui, cela dit, viendra délester les ports normands de la basse-Seine que sont Le Havre et Rouen. Voilà pour la présentation. 

Sur le plan financier, il y a eu accord entre les régions Ile de France et Hauts de France, d'une part, et les départements du Nord, du Pas de Calais, de la Somme et de l'Oise. Le consentement gouvernemental a été signé par le Ministre des transports lui-même, M. Alain VIDALIES le 28 novembre 2016. Il va sans dire que l'Union Européenne est partie prenante dans le protocole financier. Nous voyons bien que sur ce point, il y a eu accord "politique". 

Dans ce dossier, que disent les organisations écologiques? Pas grand chose, sauf quelques spécialistes éclairés qui ont eu le courage de s'exprimer notamment dans le cadre de "Reporterre". Les autres semblent se contenter des dégats qui seront occasionnés par ces travaux, grâce à des mesures compensatoires comme toujours assez iniques. C'est le cas dans ce projet. On nous annonce la plantation de plusieurs milliers d'arbres ou la création de mares à batraciens. Il n'empêche que les sites traversés par le CSNE sont nombreux et seront perturbés notamment au regard des bassins versants. Mais le vrai sujet n'est peut-être pas là, car il est de deux ordres majeurs, économique et d'aménagement durable du territoire. Comme quoi, nous pouvons signer des accords internationnaux et les contourner dès le lendemain matin.

En effet, nous nous apercevons que les cours d'économie dans les Grandes Ecoles sont arrangés aux situations. Les "politiques" sont en marge des réalités de terrain tout en affirmant, comme Martine AUBRY, que le CSNE induira un développement extraordinaire dans une logique de développement durable....Rien que çà ! Je pense que nous n'avons pas les mêmes règles sur le sujet. Que la voie grand trafic du CSNE facilite les transferts entre Paris / Ile de France et Lille, c'est absolument certain. Mais dans le même temps, que fera t-on des friches industrielles des ports maritimes du Havre et Rouen, pourtant intégrés dans la structure HAROPA ? Que deviendra le fameux projet de l' Axe Seine ? Je pose la question. Selon l'avis d'experts internationaux, il serait acquit que l'activité Havraise, dont on vient de fêter le 500ème anniversaire, en ce cas, deviendrait inévitablement le "parent pauvre" d'Anvers et Rotterdam. Et la Normandie dans tout ça? On s'en fiche?? Le nouveau Conseil Régional fait tout pour développer l'économie de cette merveilleuse province réunifiée, et la haute technocratie sévit encore. Qu'en pense Edouard PHILIPPE, le Maire du Havre ? Il m'avait semblé qu'il ne partageait pas cette philosophie. C'est la question que j'ai posée à Chantal JOUANNO le 1er février dernier à Paris suite à son éloge du projet. 

Tout comme bon nombre de spécialistes, ECOLOGIE NORMANDE  se positionne contre ce projet déraisonnable, inutile et destructeur de la biodiversité et allant à l'encontre de toute logique économique raisonnée.Il est encore temps pour arrêter le massacre générationnel.

Pierre JUHEL

Ecologie Normande

Président