Jeudi 16 février 2017, pour l'Etoile de Normandie, nous étions dans les salons du cercle des régates du Havre pour assister à une présentation des activités d'un groupe d'experts informel, souple, pragmatique et efficace nommé "Seine solutions" parce qu'il n'y a pas de problèmes, il n'y a que des solutions...

Ce groupe informel (bientôt une association) de mousquetaires de la logistique en général et de la logistique maritime en particulier, fondé le 30 juillet 2016 par Marc Ligot, Robin Poté, Pascal Giffard et Eric Scarano, s'est donné comme mission de réaliser concrètement dans ce "territoire de jeu de l'Axe Seine" s'étendant des portiques du Grand Port Maritime du Havre aux quais du port fluvial de Bron sur l'Yonne, ce que six années de discours fumeux et filandreux dans moult forums et colloques sur l'Axe Seine n'ont su réaliser et mettre en oeuvre, à savoir des projets concrets pour que l'hinterland logistique du premier port français pour le trafic de marchandises conteneurisées soit autre chose qu'un hinterland sur papier glacé.

170216_SS_04

Mais il s'agissait surtout d'officialiser la signature d'un partenariat qui s'annonce particulièrement fructueux entre ce groupe d'experts normands de la logistique maritime et la Chambre de commerce et d'industrie du Chili en France représentée par son président, Guillermo Saavedra: Dans l'actuel contexte d'incertitudes et de concurrence qui assombrit l'avenir du port du Havre qui fête cette année son 500ème anniversaire, la diversification des lignes maritimes est un enjeu essentiel. Le Havre, relié à 600 ports dans le Monde, est l'avant-port de l'Europe qui la relie aux deux Amériques.

Le Havre est déjà relié à 40 ports d'Amérique du Sud dont 15 ports brésiliens à 18 jours de mer contre 25 depuis Rotterdam.  Il faut 19 jours de navigation pour relier la Colombie à notre port normand contre 33 pour le port de Rotterdam.

Ne pas oublier l'Amérique Latine et ses solides positions que la France continue d'y avoir, voilà le message fort qui fut délivré à cette occasion...

19124745

A l'instar des célèbres mercenaires ci-dessous, nos mousquetaires normands de la logistique portuaire et dont certains viennent de prendre une retraite bien méritée, ont de l'expérience, un solide carnet d'adresse et chacun d'entre eux est le spécialiste d'un problème spécifique à charge pour lui de transformer un problème en solution en quelques jours...

Objectif? Faire venir les grands donneurs d'ordres de la logistique nationale et internationale sur le territoire du port du Havre, dans la vallée de la Seine maritime normande, sur ses deux rives.

La méthode? Accompagner au plus près le client et répondre à toutes ses demandes techniques et concrètes le plus rapidement possible car c'est le collectif  "Seine Solutions" qui s'active tout ensemble pour s'occuper de chaque demande. Lorsque le dossier est enfin ficelé dans ses moindres détails, le client est invité  dans le cadre enchanteur du château de Sassetot le Mauconduit: la Normandie déploie donc toutes ses charmes pour que le client ne soit pas tenté d'aller voir du côté d'Anvers si l'herbe logistique est plus verte que la normande...

Bref! Il s'agit-là d'une véritable "task force" efficace, professionnelle et pragmatique qui fait concrètement ce que du côté de la direction autonome des grands ports maritimes français on peine à comprendre et à faire:

La promotion commerciale et l'accompagnement des projets logistiques dans l'hinterland du port est plus stratégique que la maîtrise absolue des technologies portuaires proprement dites.

C'est faire vivre la logique de "Gateway" logistique dans l'amont immédiat du port maritime pour intégrer la chaîne logistique dès le débarquement des marchandises en apportant dès que possible de la valeur ajoutée aux flux logistiquex tout en maîtrisant au maximum les coûts.

Ce n'est pas le tout de pérorer que "la bataille des ports se mène à terre" sur un podium devant des ficus en pots en commentant des "slides" géantes à l'occasion d'une table ronde animée par un journaliste célèbre faisant un "ménage", ou qu'il faudrait que la "porte Océane soit un vrai "gateway" logistique" tel qu'on peut en voir du côté de Hambourg ou d'Anvers... Encore faut-il mener concrètement cette bataille de l'hinterland et créer concrètement ce "gateway"...

Précisons que lors de cette présentation, le GIE HAROPA était représenté et que sa représentante a écouté cette belle leçon de réalité!

La région Normandie était représentée aussi, peut-être aussi la municipalité du Havre. En tout cas, nous n'avons pas vu Edouard Philippe a cette réunion et c'est bien dommage.

Car, au début de la réunion, Eric Scarano nous rappelle quelques urgences:

Le secteur de la logistique dans la vallée de la Seine, de la Normandie jusqu'à la région parisienne, c'est 40000 emplois directs et 150000 emplois indirects.

Le grand port maritime du Havre stagne à 6 millions d'EVP annuels (Equivalent Vingt Pieds: taille d'un conteneur standard). La concurrence avec des ports de la Rangée Nord-européenne qui se proclament déjà "ports de Paris" est sévère. Le canal Seine Nord Europe est "dans les tuyaux" comme on dit. Il est "politiquement finançable" même si aux dernières nouvelles, on entend encore des "bruits contradictoires"...

Le port du Havre est encore bloqué structurellement quant à ses modalités ferroviaires et fluviales. La plateforme multimodale démarre enfin. Mais la LNPN demeure dans les limbes et la mise en route du Serqueux-Gisors s'apparente à un chemin de croix...

Alors que le grand port maritime normand subit l'hyperconcurrence d'Anvers, de Rotterdam voire de Dunkerque, il lui manque de la visibilité. Des progrès importants ont été faits, néanmoins, avec la mutualisation réalisée par le GIE HAROPA tandis que depuis sa réunification, la région Normandie monte en puissance et va devenir un partenaire essentiel avec son Agence de Développement unique et intégrée. "Les territoires sont désormais plus solides et sont mieux identifiés". Même si le parisianimse demeure avec l'éloignement entre le lieu où se prennent les décisions et les lieux concernés par les décisions.

Du côté des acteurs sociaux, les dockers du Havre sont devenus collectivement plus conscients des enjeux et des performances du port en tant qu'outil logistique mais aussi de ses fragilités. Depuis quelques années, le port du Havre est régulièrement récompensé pour ses performances en dépit d'une image de port "à problèmes sociaux" qui persiste: le conflit dur sur la loi Travail du printemps 2016 a laissé des traces car les dockers havrais y ont participé alors que le problème (dont le Premier ministre de l'époque était le premier responsable) ne concernait pas directement le monde portuaire.

Les professionnels portuaires, à commencer par les clients étrangers opérant au Havre craignent moins les dockers que la complexité administrative du jacobinisme français: le guichet unique préconisé par le rapport Revet-Fourneyron se fait attendre.

Mais on peut dire que les mousquetaires de Seine-Solutions le proposent déjà en mettant en oeuvre un pragmatisme typiquement normand.

Jean-François Caillaud, ancien grand manitou de la logistique du groupe Promodès-Carrefour et tout jeune retraité prend la parole pour annoncer qu'il rejoint "en support" le groupe d'experts Seine-Solutions avec un objectif ambitieux:

Obtenir l'installation du traitement logistique du groupe Carrefour sur le port du Havre, soit, à terme, 700 000 m² d'entrepôts à construire sur les friches portuaires de la Porte Océane. Créer ainsi plus de 400 emplois et réaliser près de 30% d'économies dans la "supply chain" du premier distributeur français pour des raisons finalement vertueuses en terme d'aménagement du territoire et de respect de l'environnement. Car le fonctionnement logistique actuel dans le Bassin parisien fonctionne mais, centralisation parisienne oblige, ce fonctionnement est tellement aberrant dans son organisation qu'il ne pourrait plus fonctionner si bien lorsque, prochainement, le vrai coût, pharaonique, écologique et social du transport tout-en-camion sera enfin calculé et payé par ceux qui en usent et en abusent.

Et c'est ainsi que nous découvrons, effarés, qu'un conteneur débarqué au port du Havre et posé sur la remorque d'un camion n'est ouvert qu'à ... Orléans, ou à Garonor ou dans le Val d'Oise: les goélands havrais comme les vaches normandes regardent passer des norias de conteneurs tirés par  des camions sans rien en faire...

Mais il y a pire ! Il y a de trop nombreux "rétro-transports", soit en amont ou en aval dans la chaîne logistique, qui ne servent finalement à rien et provoquent des coûts inutiles qui font que la logistique de l'hinterland du port du Havre, essentiellement routière (pour 86% de son trafic conteneurs) est plus coûteuse que celle des ports concurrents du Nord de l'Europe où le report modal massif vers le rail ou le fleuve a été fait...

Exemple: un supermarché du Havre commande ses marchandises qui arrivent sur le port par conteneur. Mais ce conteneur est "dépoté" sur une base logistique près d'Orléans et la marchandise revient sur palettes au Havre transportée dans la remorque d'un camion dont le chauffeur polonais ou lituanien va devoir patienter avec sa camelote dans les bouchons de Nonancourt ou de Rouen...

En raison de l'hypercentralisation parisienne, toutes les grandes bases logistiques sont situées dans la Couronne parisienne avec un foncier qui devient indisponible et des prix de l'immobilier élevés.

La maintenance des conteneurs commence à se développer sur le port du Havre mais on devrait aussi pouvoir en fabriquer aussi. Mais qu'importe! La plupart des conteneurs qui reviennent au Havre reviennent à vide !

Quand va-t-on mettre un vrai logisticien à la direction d'un grand port maritime français?

La base logistique arrière du port du Havre c'est Orléans!

Et Jean-François Caillaud d'asséner: "Tout ça coûte trop cher et c'est écologiquement nul!"

Néanmoins, les choses bougent enfin: "au Havre tous les voyants sont au vert". Le foncier des friches portuaires est désormais disponible. Le Havre, en terme de performances nautiques et strictement portuaires (gestion des escales), est "au top". On pourrait donc, depuis Le Havre, préparer et organiser la livraison des marchandises pour tout l'Ouest français et au- delà en ouvrant les conteneurs au Havre, en traitant la marchandise au Havre et en laissant les conteneurs au Havre avec une trace carbone réduite. Mais aussi en anticipant la logistique maritime des exportations non pas seulement à l'échelle du navire (plan de chargement en fonction des escales à faire) mais au niveau même de chaque conteneur pour faciliter la chaîne logistique ultérieure.

C'est ce qu'ils font déjà du côté d'Anvers, Rotterdam ou Hambourg...

Cette nouvelle culture logistique de "Gateway" commence à gagner les esprits: ainsi à Honfleur, une usine fabrique des litières pour chats avec du gravier importé du Sénégal. Le traitement du gravier et l'ensachage se fait à Honfleur et la diffusion pour tout l'Ouest de la France se fait depuis l'usine de Honfleur sans "rétro-transports" inutiles.

Mais pour aller plus loin, il faudrait au port du Havre une plus grande visibilité: "au delà de trois ans ce serait bien" confirme M. Caillaud. On rappelera que le dernier directeur du port municipal d'Anvers est resté près de 20 ans à son poste...  Reste aussi à achever le désenclavement ferroviaire et fluvial du port du Havre tant sur sa rive droite (ex: Serqueux-Gisors) que sur sa rive gauche (tunnel ferroviaire sous l'estuaire: c'est nous qui ajoutons) si l'on voulait développer la logistique havraise dans l'Ouest de la France.

Le concours puissant de la région Normandie est donc très attendu (c'est nous qui ajoutons)

 L'autre grand moment fut l'intervention chaleureuse et touchante de M. Guillermo Saavedra, président de la chambre de commerce et d'industrie du Chili en France. Il était au Havre pour signer officiellement la convention entre sa chambre de commerce et le groupe d'experts Seine Solutions dans le cadre d'une grande convention de partenariat avec tous les pays du cône sud américain signée le 30 juin 2017 au château de Sassetot- le -Mauconduit.

4044-sudamerica

Cet ancien militant de la gauche révolutionnaire chilienne, ancien journaliste réfugié en France, proche du grand poète Pablo Neruda, a su nous parler avec chaleur de son pays, le Chili et ses 4700 km de côtes qui se déploient tel un long ruban entre les vagues de l'immense océan Pacifique et la "houle pétrifiée" des montagnes de la Cordillère andine pour reprendre la belle image du grand poète national. Mais il nous a aussi utilement rappelé que la France reste le 4ème partenaire commercial du Chili avec 1,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires par an. "L'Amérique latine c'est aussi 11,9% des terres émergées et 600 millions d'habitants" précise Guillermo Saavedra.

Message: il n'y a pas que la Chine et l'amitié franco-chilienne est profonde.

Puis M. Saavedra nous apprend qu'il y a un réel décollage économique et social des pays de l'Amérique du Sud: la Bolivie est désormais capable de fabriquer ses propres satellites de télécommunications. Dans le désert de l'Atacama on trouve la plus grande centrale photovoltaïque du Monde. Ce sont aussi des pays stratégiques pour l'économie mondiale: 65% des réserves mondiales prouvées de lithium, ce métal rare si précieux pour le fonctionnement de nos indispensables "smartphones" se trouvent en Amérique du Sud.

Agua-Negra-tunnel-opens

Mais il y a aussi un grand projet logistique sud-américain qui sera entièrement opérationnel d'ici 2020 et qui ne pourra qu'intéresser les opérateurs du port du Havre: c'est la réalisation de plusieurs corridors ferroviaires "bi-océaniques" pour relier la côte brésilienne ou argentine à l'Est à la côte chilienne à l'Ouest via de longs tunnels de base (14 km) pour passer sous les hauts sommets de la Cordillère des Andes. L'objectif est de raccourcir la route de contournement de l'Amérique de Sud qui obligent les navires à passer d'un océan à l'autre soit très au Nord par le toujours très encombré canal de Panama soit très au Sud par le mythique mais non moins dangereux cap Horn. En effet, il est actuellement plus facile au Chili d'avoir des relations maritimes avec la Chine, l'Australie le Japon ou la côte ouest des Etats-Unis qu'avec le Brésil ou l'Europe tant sont grandes les barrières physiques...

Ce qui n'empêche pas pour autant de faire du port de... Hambourg le principal port importeur de vin chilien pour le marché français!

Pour découvrir l'initiative et les projets du groupe d'experts "SEINE SOLUTIONS" consulter le lien suivant:

http://www.seinesolutions.com/

Seine Solutions réseau d’experts Axe-seine et le Grand-Paris

Voir par ailleurs:

http://www.mpe-media.com/index.php?option=com_content&view=article&id=2100:logistique-seine--amerique-latine--solutions-en-vue&catid=37:actus-en-libre-acces&Itemid=18

http://www.paris-normandie.fr/actualites/economie/le-reseau-d-expert-seine-solutions-veut-tisser-des-liens-avec-l-amerique-latine-FH8559575

Lire aussi le compte-rendu proposé par Normandie XXL:

http://www.normandiexxl.com/article.php?id=2004


 Commentaire de Florestan:

A la suite de cette présentation, nous avons échangé assez longuement avec Guillermo Saavedra qui n'a rien renié de ses valeurs et combats passés. Voir par exemple les liens suivants:

http://www.liberation.fr/planete/2013/10/21/chili-sous-le-passe-la-rage_941255

https://blogs.mediapart.fr/guillermo-saavedra/blog/020416/le-front-national-avec-hollande-est-deja-l-elysee-et-gattaz-matignon

Quant à l'apparente contradiction d'être encore et toujours un vrai militant de gauche tout en étant le président de la chambre de commerce et d'industrie qui représente le Chili en France, Guillermo Saavedra explique vouloir oeuvrer à la coopération pacifique entre les nations autour de projets utiles à l'intérêt général. Nous en sommes bien d'accord ! Enfin nous avons tout deux fait le constat que le seul candidat dans l'actuelle campagne des élections présidentielles françaises qui porte un discours fort et construit sur les réalités de l'économie maritime n'était autre qu'un certain... Jean-Luc Mélenchon !