La mission sur l'attractivité de la Normandie poursuit son travail de diagnostic du potentiel normand et dans le cadre des "Normandielab" (la prochaine séance aura lieu le 2 mars 2017), elle poursuit la conception d'un projet normand avec ses valeurs et ses objectifs qui devra justifier, à terme, le lancement de la marque territoriale "Normandie".

rencontre-ambassadeurs

La méthode se veut participative: les élus de la Région qui sont pilotes sur ce dossier, à savoir, Hervé Morin le président, Philippe Augier le maire de Deauville en tant que futur directeur de l'agence de l'attractivité régionale qui sera basée au Havre et Marie-Agnès Poussier-Winsback vice-présidente de la Région en charge du tourisme et maire de Fécamp, ont confié le soin à un cabinet spécialisé de construire la synthèse de ce que la partie la plus éclairée, la plus motivée, la plus active ou la plus engagée de la société civile régionale normande a à dire ou a à faire quand il s'agit de valoriser la Normandie.

C'est ainsi qu'on apprend que 95% des Normands consultés par la mission se sont déclarés "fiers d'être Normands". Mais que 73% d'entre eux n'étaient pas pour autant sûrs que les autres Normands le soient tout autant qu'eux... Ilustration assez clair de la réalité d'une société civile régionale très active mais qui doit mieux se connaître et travailler davantage ensemble.

Vidéo: déclarations d'amour à la Normandie venant de tous les horizons...

https://www.youtube.com/watch?v=uYxf3-VghBw

Mais la réalité principale révélée par cet exercice depuis qu'il fut lancé le 29 septembre 2016 à l'opéra de Rouen le jour de la Saint Michel, l'archange protecteur de la Normandie et qui donne lieu, depuis 5 ans, à une fête des Normands qui a, de plus en plus, de succès, c'est que la société civile régionale n'a pas attendu que le pouvoir institutionnel normand (longtemps défaillant en la matière en raison de la division) se préoccupe de l'attractivité de notre région pour multiplier les initiatives, les imaginations, les projets, les solutions.

Pour le dire avec plus de clarté et de fermeté, il ne faudrait pas que la mission sur l'attractivité ne soit qu'une usine à gaz de plus pour réinventer le fil normand à couper le beurre normand.

Au sein de l'équipe de la Mission attractivité, on a conscience d'avoir à travailler sur une matière régionale dont la richesse excède de loin tous les cadres conceptuels ou institutionnels préfabriqués qui sont censés la contenir. C'est d'ailleurs l'intérêt de construire un réseau des ambassadeurs de la Normandie, dont nous sommes, et qui étaient réunis, assez nombreux, une seconde fois au Havre le 17 février 2017 dans le superbe cadre du musée Malraux. Ce fut, d'ailleurs, une soirée fort agréable qui nous a permis de contempler, une nouvelle fois, les merveilleuses beautés météorologiques d'Eugène Boudin ou les artifices colorés d'un Raoul Dufy mais aussi de rencontrer, de discuter et de partager urgences et projets...

image001

https://www.facebook.com/Attractivit%C3%A9-Normandie-173379493068666/?hc_ref=PAGES_TIMELINE

Mais, car il y a un mais:

Il ne faudrait pas, dans cet exercice aussi difficile qu'inédit s'essayant à  faire le contraire de la triste culture dominante du pouvoir à la française, faite  de cet arbitraire vertical et discrétionnaire généré par plusieurs siècles de centralisme parisien, que du haut de son autorité politique, aussi légitime soit-elle, le Président de région propose des initiatives valorisant la Normandie...alors qu'elles existent déjà parce que créées, développées et portées souvent à bout de bras par une société civile régionale qui s'est longtemps débrouillée toute seule pour valoriser la Normandie.

La société civile régionale normande est autonome, responsable, adulte: elle veut un partenariat et un accompagnement de la part du tout nouveau pouvoir régional normand pour faire rayonner encore plus fort et plus loin ses initiatives à l'aune du magnifique potentiel mondial de la Normandie.  Elle ne veut pas qu'on lui dise ce qu'il faudrait faire sachant qu'elle le fait déjà et plutôt bien.

Pourquoi nous faut-il rappeler l'évidence?

Lors de cette soirée des ambassadeurs de la Normandie, Hervé MORIN le président de notre région avec son enthousiasme normand et sa faconde habituelle a pris la parole pour faire quelques annonces importantes:

1) Faire de la Normandie la région internationale de la Paix et de la Liberté "en raison de l'histoire de notre région mais aussi de son histoire culturelle et institutionnelle" (allusion au droit normand). Une préfiguration de cet événement aura lieu prochainement avec un colloque international d'intellectuels et d'experts. Il faut savoir que le maire de Barcelone, confronté à l'effroyable crise humanitaire des réfugiés qui se noient dans la Méditerrannée, vient d'avoir la même idée...

2) Développer dans toutes les grandes capitales mondiales, des boutiques et des magasins où l'on puisse savourer la Normandie à l'image du réseau "Eat Italy".

3) Faire des propositions pour définir le nom de la future marque régionale normande: à la fin de la soirée, la boîte à idées laissée à l'entrée de la salle pour suggérer de "nouvelles feuilles de route" à la M. A. N., s'est remplie de propositions dont plusieurs ont rappelé, là encore, l'évidence... La Normandie se suffit à elle-même et il serait ridicule de l'affubler d'un jeu de mot stupide en mauvais "franglish" ! La Normandie c'est une matière collective qui annoblit les individus. Ce n'est pas une savonnette, c'est une civilisation.

Sur ce point précis nous touchons, il faut bien le dire, à une aporie: c'est bien  le nom propre historique de "Normandie" qui fait l'objet d'une notoriété mondiale. Pourquoi vouloir inventer autre chose? Pourquoi ajouter quelque chose?

Le mot "Normandie" fonctionne de la même façon que le mot "Amour": si on s'avise de lui adjoindre un adjectif ou un adverbe, son intensité absolue diminue d'autant comme diminue l'intensité du soleil masqué par un nuage.

4) Donner un toit définitif à l'université populaire de Caen fondée par Michel Onfray et en faire une université populaire internationale et faire rayonner ainsi une alternative girondine et normande face au centralisme parisien: voilà l'exemple même de ce qu'il convient de faire. Accompagner une initiative de la société civile normande, la consolider et la faire rayonner. On ne pourra qu'être d'accord et être d'autant plus critique sur la dernière annonce du président Morin devant les ambassadeurs de la Normandie...

5) Créer une grande fête populaire valorisant la Normandie et tous ses talents... Sauf que cette initiative existe déjà. C'est la fête des Normands créée par nos amis Chloé Herzhaft et Florian Hurard (présent à cette soirée) et fixée à la date du 29 septembre, jour de la Saint Michel.

En tant qu'ambassadeurs de la Normandie appréciant les tableaux de Boudin nous étions montés à la mezzanine du musée. Dès le discours du président de région achevé, nous sommes descendus à la rencontre d'Hervé Morin pour lui dire que la fête des Normands existe déjà. Il nous a précisé son idée: une grande fête populaire, identitaire au bon sens du terme, conviviale et mettant en valeur les talents de la Normandie d'aujourd'hui. On a senti passer, un bref instant, la crainte de préjugés aussi ringards que lourds sur l'identité normande que ce qu'ils croient pouvoir décrire faute de s'intéresser à une idée normande qui continue d'être rejetée et méprisée par certains.

Nous avons donc aussitôt assuré au Président Morin que l'initiative qui existe déjà correspondait parfaitement à ses préoccupations: une fête des Normands moderne valorisant la Normandie d'aujourd'hui et pas seulement celle du passé. Pour lors, il n'a fait que demander à l'un de ses collaborateurs de lui faire la synthèse des initiatives déjà existantes sur ce sujet: "il m'a forcément parlé de vous et de votre initiative". Et de nous assurer que, biensûr, "il ne faut pas créer une concurrence entre deux événements" tout en convenant que "la date du 29 septembre est une bonne date". Avant de dire, pour finir, que la région cherchera un partenaire pour développer cette fête...

Justement, ce partenaire de la société civile régionale normande existe déjà, que l'initiative qu'il porte existe déjà et ne demande qu'à être accompagnée et amplifiée par la région: on pourrait imaginer, par exemple, un festival de la Normandie tournée vers la jeunesse qui culminerait lors de la journée du 29 septembre, fête des Normands proprement dite.

Pour plus d'informations sur la Mission Attractivité Normandie:

http://www.attractivite-normandie.fr/