Les collectivités territoriales normandes se réveillent, peu à peu, et découvrent que la Normandie est une merveille qui a été trop longtemps remisée au fond d'une armoire elle-même oubliée au fond d'un vide-grenier. La Normandie et la magnifique mosaïque de ses territoires est une "friche identitaire" où poussent les mauvaises herbes de l'ignorance, du localisme, du défaitisme, du mépris, de la honte de soi...

Ce mépris fondé sur une méprise savamment entretenue par tous ceux qui avaient intérêt à profiter de la division de l'espace régional normand en anticipant son effacement définitif au profit des métropolisations régionales voisines n'a plus lieu d'être depuis le retour à l'unité normande en janvier 2016.

Mais au delà de cette date désormais historique, il y a un véritable "réveil normand" qui se lève dans la société civile régionale depuis près de dix ans et qui ne fait que grandir puisque le cadre institutionnel, qui a longtemps ignoré ou méprisé l'évidence normande, court derrière désormais.

Ainsi, l'idée de transmettre le patrimoine historique culturel naturel de la Normandie aux jeunes normands: les Bretons le font sans complexe depuis des années en diffusant dans toutes les écoles un manuel décrivant de façon positive leur région sans qu'on leur fasse le procès de faire auprès des jeunes un bourrage de crâne régionaliste identitaire. Il y aurait donc une exception bretonne à l'Ouest de la France parisienne et jacobine?

Penser cela c'est penser sans le savoir ce que pense l'idéologie jacobine dominante qui ne sait même plus d'ailleurs qu'elle domine. En revanche, faire renaître une fierté régionale normande qui pourrait être alternative à ce régionalisme identitaire bête et méchant si utile au pouvoir jacobin parisien pour lui épargner la peine de prendre le fait régional au sérieux, voilà un vrai sujet de noble politique.

Parce que la "matière normande" est de celle dont on a fait les civilisations: la civilisation normande et anglo-normande au tournant du XIIe siècle fut l'une des principales matrices de l'universalisme occidental sur la base d'un véritable "patriotisme juridique" avant l'heure. Par les temps qui courent, c'est précieux sinon urgent de faire connaître aux jeunes ce précieux héritage.

Le conseil départemental de la Manche propose un manuel diffusé dans les collèges, suivant en cela l'initiative qui est déjà en cours dans l'Orne. Du côté des autres départements normands, rien de tel pour le moment.

C'est bien. Mais ce qui est fort regrettable c'est que ces initiatives restent dispersées et elles illustrent la concurrence entre l'institution départementale et l'institution régionale car cette politique identitaire essentielle de promotion de la Normandie auprès des jeunes devrait être mise en oeuvre par le conseil régional.

Aux dernières nouvelles, après la diffusion du dictionnaire français/normand de nos amis de Magène (éditions eurocibles) dans tous les CDI des lycées des deux académies de Caen et de Rouen, l'équipe d'Hervé MORIN réfléchit à l'idée de mettre dans la poche de chaque lycéen normand entrant en classe de seconde une clé USB présentant tous les aspects, potentiels, patrimoines, opportunités de la Normandie pour en être fier et pour envisager d'y faire son avenir après en avoir pris, enfin, connaissance...

Car il ne faut pas compter sur Ouest-France ni sur Paris-Normandie pour qu'une information "pro-active" normande soit réalisée auprès de nos jeunes !

C'est donc la première étape d'une vraie politique publique d'intelligence territoriale normande d'autant plus indispensable et évidente à mettre en oeuvre que la Normandie est un bien public commun pluri-séculaire dont la qualité et l'évidence sont connus et reconnus dans le Monde entier: le scandale de l'ignorance de la Normandie par les Normands qui habitent, vivent et travaillent en Normandie doit cesser au plus vite !


Sur sa page Facebook, David Nicolas nous informe de cette heureuse initiative:

Hier soir, à Saint-Lô, avait lieu la présentation du manuel d'histoire consacré à notre département, dont j'ai l'honneur d'être un des auteurs ; avec Julien Deshayes, nous nous sommes chargés d'écrire la partie médiévale.
Parmi les onze auteurs, on retrouve Jean-baptiste Auzel, directeur des Archives de la Manche, Jérémie Halais , Stéphane Robine, Dominique Cliquet, Alexis Douchin, Éric Lechevallier, Laurence Jeanne et Laurent Paez-Resende.

Ce manuel "La Manche toute une histoire" (édité par le Conseil départemental de la Manche, 251 pages, 14 €), qui présente de manière chronologique l’histoire du département, de la préhistoire à nos jours, sera disponible en librairie et distribué aux établissements scolaires.

Je vous le recommande vivement, pour vous et vos enfants !

17038869_1916546491913135_7101044824604056021_o