Hervé MORIN va prochainement nous proposer la préfiguration du grand événement international qu'il souhaite pour faire rayonner la Normandie sur ses valeurs et son patrimoine le plus fondamental: la paix, la liberté mais aussi le droit et la justice.

Le souvenir du Débarquement sur nos plages et du bombardement de nos villes en 1944 pour la Libération de l'Europe de l'enfer nazi et le retour à la démocratie et à l'état de droit, justifie amplement cette ambition normande qui n'est pas une prétention. Car, comme vous le savez pour en avoir parlé souvent sur l'Etoile de Normandie, le rapport de l'histoire normande à la paix, à la liberté, au droit et à la justice est très ancien.

On peut même dire que la question d'établir la paix sociale par le droit et la justice est le PROJET FONDATEUR NORMAND il y a plus de 1000 ans maintenant, avec l'intégration des Hommes du Nord aux populations gallo-franques de l'époque et l'idée de rétablir l'antique province ecclésiastique de Rouen ainsi que l'intérêt général incarné dans une coutume juridique forte qui sera le premier "bloc constitutionnel" de droit écrit (à la fois droit privé et droit public) à réapparaître en Europe occidental à la fin du XIe siècle après l'échec de rétablir le droit public romain sous son dernier avatar carolingien dans une société civile ayant basculé dans la privatisation générale de la Féodalité.

On peut être authentiquement fier de cette originalité singulière de la Normandie, matrice en Occident de l'Etat de droit moderne avec des ducs qui se présentèrent moins comme des chefs de guerre ou des conquérants (ce qu'ils furent bien sûr) que comme des législateurs et des restaurateurs du droit au point de fonder, face à la tradition impériale romaine d'un droit public soumis à l'autorité de l'Etat au nom de l'intérêt général, l'autre grande tradition occidentale du droit public:

Une autorité souveraine de l'Etat respectueuse de l'autonomie du droit public et privé au service d'une société civile autonome vis-à-vis de l'Etat. De cette graine normande est sortie toute la grande tradition occidentale du libéralisme politique qui s'est épanouie en Angleterre, puis, plus tard outre Atlantique.

L'identité normande est donc un monument aussi durable que la pierre de nos grandes églises et châteaux: c'est un patriotisme juridique au service de la paix, de la liberté, du droit et de la justice.

La Normandie a donc fondé un bon morceau de la civilisation occidentale et ça ne date pas de 1944.

6704b26963b98c585d57611c9e21c1ed

P14-Chapelle3

La chapelle "Sainte Paix" située tout près de la gare de Caen: le monument le plus ancien de la capitale régionale normande, commémorant le concile de 1047 imposant la "Paix du duc".

Ce monument insigne et totalement méconnu des Caennais et des Normands, ne servant strictement à rien, pourrait être transformé en Mémorial de la Paix contemporaine. Avec, à l'intérieur, les noms des citoyens, personnalités ou organismes acteurs et défenseurs d'une paix si menacée aujourd'hui...

On pourrait, par exemple, remonter à ... 1047 !

Car alors que le Conseil régional de Normandie va nous convier prochainement à un grand colloque à Caen sur la paix internationale alors que les menaces de guerre montent à nos frontières (alors qu'il faudrait faire de la Russie un partenaire), alors que certains dirigeants crépusculaires ont l'idée folle de reconstruire le projet européen en nous ressortant le pale fantôme de la Communauté européenne de Défense rejetée par le parlement français en 1954, alors que nous avons à accueillir des milliers de réfugiés et que nos politiques publiques de coopération et de co-développement sont au plus bas sans parler de la menace qui pèse directement sur nos intelligences avec la xénophobie aux portes du pouvoir dans plusieurs pays européens...

1047? Eh oui! ce fut à Caen.

http://www.persee.fr/doc/annor_0003-4134_1959_num_9_3_4423

Un concile d'évêques, dont on va fêter cette année le 970ème anniversaire, réunis par le jeune duc Guillaume encore "bâtard" et pas encore "conquérant" décide d'imposer en Normandie le principe de la "Trève de Dieu". Mais en Normandie, cette initiative portée par l'Eglise depuis le célèbre appel de Gerbert d'Aurillac (alias Sylvestre II le pape de l'an Mil) consistant à interdire la violence des seigneurs de la guerre féodale, se laïcise pour devenir la "paix du duc" imposant un droit public interdisant, pour la première fois en France, le port des armes sur la voie publique...

La Normandie, où la "chose publique" (République) imposée par le duc: on est au commencement d'une aventure collective dont nous pouvons être légitimement tous très fiers.

image001


 

Commentaire de Florestan:

Belle initiative, à la hauteur de l'héritage et du destin de la Normandie, portée avec conviction par Hervé Morin. Où l'on voit que ce qui peut se passer "en régions" est plus stimulant pour l'esprit que ce qui peut se passer à Paris à l'occasion d'une déplorable campagne électorale pour des présidentielles plus qu'incertaines quant à l'avenir de certaines valeurs qui font pourtant la fierté des Normands. Je ne sais pas comment Monsieur Morin gère cette contradiction. C'est son affaire !