Alexis De Tocqueville qui donne son nom à la toute nouvelle grande bibliothèque de Caen et qui est l'écrivain normand le plus lu et le plus commenté dans le Monde entier en raison de ses analyses toujours actuelles sur l'évolution idéologique des sociétés démocratiques modernes, avait aussi un château dans le département de la Manche dont il fut le président du conseil général. Ce château s'appelle ... Tocqueville comme il se doit et c'est dans la bibliothèque de cette belle demeure normande pleine de charme que les grands élus normands (la Région et les cinq départements) se sont rencontrés pour une nouvelle session de travail du G6 Normand.

Tocqueville-Chateau-de-Tocqueville

6e rencontre du G6 Normand dans la Manche


image003

 

Lundi 6 mars 2017, c’est à Tocqueville dans la Manche, commune du penseur politique français et historien Alexis de Tocqueville, que les présidents des Départements normands, Philippe Bas (Manche), Sébastien Lecornu (Eure), Pascal Martin (Seine-Maritime), Jean-Léonce Dupont (Calvados), Christophe de Balorre (Orne) et le Président de Région, Hervé Morin, se sont réunis pour cette 6e rencontre du G6 Normand. Les élus normands ont souhaité profiter de ce rendez-vous pour dresser le bilan du quinquennat 2012-2017 pour la Normandie.

image007

Les six présidents normands réunis dans la bibliothèque d'Alexis de Tocqueville

AlmodovarG6CD50-28

Lors de la signature du Livre d'or...

 

AlmodovarG6CD50-42

Pour voir la vidéo de la conférence de presse finale donnée par les 6 présidents normands au château de Tocqueville:

https://www.youtube.com/watch?v=PFXadKR7f0o&feature=youtu.be

Parmi les annonces de cette conférence de presse: une interpellation du G6 Normand des candidats aux élections présidentielles sera publiée le 15 mars 2017 avec, en ligne de mire, la relance de l'Axe Seine. Mais aussi le financement du GANIL SPIRAL 2 (tiens, tiens, tiens...) la question ferroviaire, l'achèvement du désenclavement routier, et l'attractivité touristique de la marque Normandie.

Philippe Bas et ses collègues ont dénoncé fortement la baisse de la dotation globale de fonctionnement attribuée aux départements et qui fragilise gravement les finances de ces collectivités qui consacre l'essentiel de leurs finances à des dépenses sociales obligatoires puisque les départements ont en charge la politique publique d'aide sociale de proximité (distribution du RSA par exemple).

Pascal Martin a repris l'antienne en insistant sur la difficile gestion d'un budget énorme sans aucune marge de manoeuvre.

Jean-Léonce Dupont a fait ses comptes: depuis 5 ans, pour les cinq départements normands, il a manqué 500 millions d'euros. La gestion a donc été "extraordinairement sérieuse". Et il a insisté sur la nécessité d'articuler la région et le département dans le souci réel du principe de la "subsidiarité" qui organise non pas la concurrence mais la coopération entre les collectivités. (On pensera forcément aux positions de Marine Le Pen qui veut supprimer les régions).

Sébastien Lecornu a dénoncé le retard normand en matière d'infrastructures: il compte bien interpeller les candidats à l'élection présidentielle.

Christophe de Balorre, le nouveau président de l'Orne, a insisté sur les urgences du désenclavement routier (la Nationale 12) et numérique tout en réclamant que l'Etat prenne ses responsabilité. Il a dit un mot pour finir sur le projet du Haras du Pin qui va être mis au centre du projet d'attractivité du département le plus rural mais aussi le plus secret de la Normandie.

Enfin, Hervé Morin a, quant à lui, affirmé fortement au château de Tocqueville sa conception girondine du redressement national "qui passera par les territoires".