Robert HERIN, professeur émérite de géographie à l'université de Caen, membre actif du collectif des Quinze géographes universitaires normands mais surtout analyste très fin de la géographie sociale normande nous alerte à l'occasion d'un colloque sur la revitalisation des bourgs ruraux organisé au château de Carrouges.

A lire ci-après:

http://www.ouest-france.fr/normandie/normandie-la-devitalisation-des-bourgs-vue-par-un-geographe-4848572

Normandie. La dévitalisation des bourgs vue par un géographe

normandie-la-devitalisation-des-bourgs-vue-par-un-geographe

 

  •  Robert Hérin a participé, jeudi 9 mars 2017, à Carrouges (Orne), au colloque organisé par le Parc régional Normandie-Maine sur la revitalisation des centres bourgs. | Ouest-France

Patrick BRIONNE

Pour Robert Hérin, ancien professeur de l’université de Caen, la revitalisation des centres bourgs ruraux passe par plus de solidarité. À Carrouges (Orne), il a lancé, jeudi 9 mars 2017, un colloque sur le sujet.

Entretien

Robert Hérin, géographe et membre du groupe de réflexion normand « Les quinze géographes ».

Dans quelle tendance s’inscrit l’évolution du territoire normand ?

On est dans la configuration de la métropolisation : c’est-à-dire qu’au nom de la concurrence internationale et européenne, on promeut des métropoles comme celles de Caen, Rouen ou Le Havre. On met le paquet dessus pour qu’elles soient compétitives et on néglige le reste. Une politique régionale doit veiller à ce que les moyens soient équitablement répartis, voire qu’on ait une politique positive pour les territoires en difficulté, au nom des enjeux d’égalité.

Les votes pour l’extrême-droite ne se font pas n’importe où dans cette région. Ils gagnent les secteurs où règne un sentiment d’abandon, qui a des fondements. Ceux qui parient sur le développement des métropoles pensent que ça va profiter aux autres territoires, mais je n’en suis pas du tout convaincu.


 Commentaire de Florestan:

Pour avoir eu à connaître les débats passionnants et passionnés qui peuvent se dérouler dans le cadre feutré et amical du groupe des Quinze géographes normands notamment sur la question sensible et essentielle de la métropolisation, je peux vous dire que Robert Hérin a mille fois raison. Et c'est inquiétant.

La fracture territoriale et ses conséquences idéologiques et politiques sont un fait. Un récent sondage s'est même autorisé le droit d'évaluer le rapport de cause à effet entre la fermeture d'un bureau de poste rural et la progression du vote Front National.

Les thèses iconoclastes du géographe Christophe Guilluy sont très discutées. Pour en avoir parlé avec Robert Hérin, ce dernier se méfiait d'une caricature qui pouvait faire plus de mal que de bien puisque les thèses de Guilluy sont récupérées par le Front National justement.

Néanmoins, la dynamique empoisonnée est bel et bien là: un second tour Macron symbole des métropole VS Le Pen symbole des périphéries invisibles, notamment rurales, ne ferait que répandre plus encore le poison... Au détriment d'une géographie humaine normande qui a pourtant toute les qualités pour en être l'antidote avec une diffusion profonde et très équilibrée du fait urbain sur l'ensemble du territoire régional par ce fameux maillage des petites et moyennes villes normandes qui devrait faire que les Normands devraient non pas voter pour Le Pen ou pour Macron...

Mais pour Alphonse Allais ! Lui qui voulait, depuis sa pharmacie de Honfleur, mettre les villes à la campagne !

 

Voir aussi:

http://www.tendanceouest.com/actualite-217911-ces-elus-ruraux-qui-se-battent-pour-revitaliser-leurs-centres-bourgs.html