Le départ de Bernard POIGNANT, le maire de Quimper de son poste de conseiller spécial à l'Elysée, il y a quelques jours, a donné le signal de la migration des éléphants socialistes bretons, à commencer par le gros spécimen connu, vers le zoo Macron, au grand dam d'un breton en campagne dans son caban, un certain Benoît Hamon...

Lire, ci-après, l'extrait qui nous paraîtra le plus significatif de cet entretien qui n'a rien à nous dire paru dans TOUTES les éditions de Ouest-France: les lecteurs normands dont les grands élus soutiennent du bout des lèvres un certain François FILLON sont prévenus: le lobby breton se met en branle pour Macron !

Le Drian, le ministre-président de la Bretagne, tient à ce que sa région soit toujours branchée sur l'Elysée quel que soit son futur locataire. En jouant la carte Macron tout en sautant par dessus le premier tour, Le Drian s'autorise une certaine prise de risque qui pourrait être bien récompensée au profit de celui qui va redevenir un président breton à temps plein après le mois de mai 2017.

Hervé Morin aurait-il misé sur le mauvais cheval?

Réponse: le 23 avril 2017.

(source: Ouest France, édition caennaise, 24/03/17)

éléphant breton chez Macron

Voir aussi, dans la même édition de Ouest-France, le coup de patte toujours très bien ajusté de Chaunu...

Chaunu Macron