Alors que nous sommes à moins de 30 jours du premier tour des élections présidentielles les plus dangereuses qui soient pour l'avenir de l'idée régionale, nous avons deux grands gamins qui se battent dans le bac à sable au fond de la cour. Messieurs ! Vous perdez votre sang-froid même s'il y a une question de fond qui pourrait justifier votre différend:

1) L'Orne n'est pas une île: elle fait partie de la Normandie.

2) Un départementaliste qui empêche d'agir un régionaliste (ou vice versa) et c'est le meilleur moyen pour ne plus rien faire ou de passer, avec de telles outrances, pour les meilleurs idiots utiles des Jacobins qui veulent supprimer les conseils régionaux ou fusionner les départements avec les métropoles une fois qu'ils seraient arrivés au pouvoir en mai prochain !

L'enjeu?

haras-du-pin

C'est l'avenir du "Versailles du cheval français" le Haras du Pin qui n'est plus un haras national (car l'Etat les a supprimés) mais qui se destine à être un centre national et international de promotion de la filière équine et de ses métiers.

Sur le fond, on ne saurait donner tort à Hervé Morin: lui-même éleveur de chevaux et propriétaire d'un haras dans l'Eure sait de quoi il parle. Il a un projet ambitieux pour le site en ayant en tête le modèle du grand haras national irlandais: l'Irish National Stud dans le Comté de Kildare

http://irishnationalstud.ie/

Un projet plus global et plus ambitieux qu'un énième parc d'attractions dédié au cheval imaginé par Alain Lambert qui a présidé des mois durant un haras n'ayant plus ses étalons...


 

https://actu.fr/politique/polemique-herve-morin-president-region-alain-lambert-haras-pin-debile-mental_589342.html#comments

Polémique en Normandie : déluge d’insultes entre Hervé Morin et Alain Lambert

Hervé Morin, président de Région, a taclé Alain Lambert, ex président du conseil départemental de l’Orne, au sujet du Haras du Pin, le 31 mars 2017. La réaction a été très vive !

Publié le 3 Avr 17 à 15:14 

Rien ne va plus entre Hervé Morin, président de la Région Normandie (Les Centristes) et Alain Lambert, ex-président du département de l’Orne (UDI). (©photo montage Journal de l’Orne)

Vendredi 31 mars, lors d’une conférence de presse à Caen (Calvados), le président de la région Normandie, Hervé Morin (Les Centristes) a taclé l’ancien président du département de l’Orne (UDI), Alain Lambert. Ce dernier n’a pas tardé à réagir…

Hervé Morin, président de Région a insisté longuement sur le fait que lélection de Christophe de Ballore à la tête de létablissement public du Haras du Pin (Orne) venait dêtre invalidée par la préfète de Région.

"De nouvelles élections auront lieu fin avril. La préfète a estimé que l’élection était irrégulière. C’est la lettre de démission d’Alain Lambert qui a donné lieu à un problème de procédure."

Puis sur les projets liés à lavenir du Haras du Pin, le président de Région na pas mâché ses mots : 

"Le seul projet d’Alain Lambert pour le Haras du Pin ça a été Guy-Dauphin Environnement (GDE) (le centre d’enfouissement, NDLR). Heureusement on y a mis fin."

Et sur le projet du parc de loisirs initié par Alain Lambert, le président de Région a expliqué :

         "Il vient me proposer de mettre 40 millions d’euros dans ce projet. Mais il n’y a rien en face. Selon moi, c’est un vrai projet économique    qu’il faut au Haras du Pin."

LIRE AUSSI : Près de Caen, Guy Dauphin Environnement (GDE) poursuivie pour une vaste escroquerie

Alain Lambert : « Entre Trump et Morin, la parenté éblouit d’évidence »

La réaction d’Alain Lambert, sur le sujet, n’a pas tardé à fuser sur son blog, comme le rapportent nos confrères du Journal de l’Orne.

"Des USA où je me trouve en famille, un président débile mental devient presque banal. Entre Trump et Morin, la parenté éblouit d’évidence."

Et l’ex-président du conseil départemental d’ajouter :

       "Sots, infatués d’eux-mêmes, méchants, vulgaires, ils transpirent la haine recuite. Des lourdauds pathétiques. Dédions-leur comme prix d’excellence la chanson de Georges Brassens :  Quand on est c**on est c**  ! "

« Un turlupin comme Morin »

"Maintenant Président retraité, après 35 ans de vie publique, ayant siégé à tous les niveaux, local, régional, national et international, je me rends compte n’avoir jamais rencontré un turlupin comme Morin ", poursuit Alain Lambert.

" Les tartarinades du Tartarin d’Alphonse Daudet sont de doux euphémismes comparées aux morinades de Morin. Les siennes sont tristes. Négatives. Destructrices. Bouffies de ce « Moi » qui l’obsède."

"Paranoïaque, il se croit tellement supérieur à tous qu’il ne voit pas les moqueries cruelles qu’il suscite dans son dos. Il nous fait honte ! Et personne n’ose lui dire."

« Il a donné son accord au projet qu’il cherche à démolir »

"S’agissant du Haras du Pin, il n’y siège jamais, il oublie même qu’il a donné son accord au projet qu’il cherche maintenant à démolir. En deux ans, il n’a toujours pas pu réaliser l’aire de pique-nique qui devrait être sa seule et grand œuvre ! On lui dédiera son nom", poursuit Alain Lambert.

Et l’ex président de l’Orne de poursuivre :

"Dans 4 ans, nous serons enfin débarrassés de ce « mauvais cheval ». Naufragé, lors des dernières élections, par des déclarations irresponsables, nous l’avions sauvé par humanité. À tort ! La prochaine fois, nous l’engloutirons. Bien profondément, dans le fin fond du « trou du c** du monde » dont il a gratifié notre département."

Seul un juge peut annuler l’élection

Concernant l’élection à la tête de l’établissement public, Alain Lambert estime : "Quant à l’élection du Président du Haras, il semble ignorer qu’un Préfet n’a pas le pouvoir de l’annuler ! Seul le Juge peut le faire. Et il sera simple de s’entendre sans fracas. Une fois encore, il aura spéculé sur le négatif. Triste clown."

Sur sa page Facebook, Alain Lambert reconnaît s’être emporté : "Je veux remercier tous ceux qui ont bien voulu comprendre et avoir de l’indulgence pour mon agacement."

L’ancien président de l’Orne, dit vouloir maintenant profiter de sa retraite :

"Il est vrai qu’après plus de 30 ans d’obligation de réserve, de solidarité partisane, d’excuses hypocrites, arrive enfin le temps de la liberté, de la sincérité exigeante. Je ne veux pas m’en priver."


 

Commentaire de Florestan:

On laissera à Marommix le soin de commenter ! Nullissime...