Longtemps retardé par le pouvoir de nuisance de Laurent Fabius qui ne voulait aucun obstacle institutionnel ou territorial pour tenter de faire de l'agglomération de Rouen le "petit Paris de province" qu'elle ne sera jamais, le Pôle métropolitain de l'estuaire s'étendant de part et d'autre des rives de l'estuaire de la Seine de Fécamp au Nord dans la pointe de Caux à Lisieux au Sud dans le Pays d'Auge est, enfin, une réalité qui va avoir pour tâche de faire vivre le coeur métropolitain de la Normandie, doublant dans l'ordre du politique et de l'institutionnel le lien d'unité normande que fabrique le pont de Normandie.

images

Avec la mise en place de ce pôle métropolitain, la réunification normande devient, espérons-le, définitive, avec des projets innovants et stimulant pour faire battre ce coeur normand. Parmi les grands sujets sur la table: la réouverture de lignes maritimes passagers régulières dans l'estuaire entre Le Havre, Trouville et Honfleur.

Sauf que ce beau projet se heurte à deux obstacles qu'il faudra bien un jour qu'on n'espère pas trop lointain surmonter:

  • La communauté urbaine de Caen et la métropole de Rouen ont déjà leurs pôles métropolitains propres: le pôle métropolitain doit s'intercaler entre les deux autres alors que la géographie tout comme le bon sens plaident pour qu'il y ait non pas un pôle pour chaque ville mais bien un pôle pour les trois villes.
  • Nous sommes encore bien loin du compte si on ajoute que le maire de Honfleur, Michel Lamare solidement amarré à la rive droite du fleuve, refuse toujours l'évidence...

C'est bien de ce localisme stérile que la Normandie a failli mourir...


 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/seine-maritime/pays-de-caux/havre/pole-metropolitain-estuaire-seine-enfin-lance-au-havre-1226881.html

Edouard Philippe, le député maire (LR) du Havre a été élu président de cette "nouvelle métropole normande" qui s'étend sur 3 départements et qui va  de Lisieux à Fécamp

Par Par Richard Plumet (avec H. Guiraudou)Publié le 03/04/2017 à 12:19Mis à jour le 03/04/2017 à 12:28

Des années d'attente

Le projet d'un pôle métropolitain qui relierait les de rives de l'estuaire de la Seine sur des projets communs date de 2012. Bloqué par l'ancien préfet de Normandie, il a été rapidement validé par sa remplaçante la préfète Nicole Klein qui a signé un arrêté de création le 20 décembre 2016.

Vendredi dernier (31 mars 2017) les 55 élus venus du Calvados, de l'Eure et de Seine-Maritime étaient réunis au Havre pour la séance d'installation et pour élire le président.

Après le vote du budget (d'un montant de 493 000 euros), les premières délibérations concernaient l'économie, le tourisme, la santé ou encore la mobilité. Parmi les projets évoqués, il y a  la création d'un centre de recherche sur la gériatrie et le retour d'une navette maritime entre les deux rives de la Seine.


Trois personnes seront salariées du pôle, les élus quant à eux, ne toucheront aucune rémunération.

Près de 550.000 Normands sont concernés par ce nouveau pôle.


Voir aussi:

http://www.lepaysdauge.fr/2017/04/05/pourquoi-honfleur-n-est-pas-encore-dans-le-pole-metropolitain/comment-page-1/#comment-5252

Honfleur Pourquoi Honfleur n'est pas (encore) dans le pôle métropolitain

L'ex-communauté de communes du pays de Honfleur ne souhaite pas adhérer au Pôle métropolitain de l'estuaire de la Seine. Pour autant Michel Lamarre, le président, ne ferme pas complètement la porte.

05/04/2017 à 11:21 par Delphine Revol

Michel Lamarre (à gauche sur la photo) et Edouard Philippe (à droite) trouveront-ils un terrain d'entente. -

Michel Lamarre (à gauche sur la photo) et Edouard Philippe (à droite) trouveront-ils un terrain d'entente ?

Les réticences de Michel Lamarre, maire de Honfleur et président de la communauté de communes du pays de Honfleur (CCPHB) envers ce pôle métropolitain de l’estuaire, fraîchement créé ne datent pas d’hier. À l’instar de Pont-Audemer et Pont-l’Évêque, Honfleur ne fait pas partie de ce syndicat mixte qui dit défendre la coordination des politiques publiques du territoire de l’estuaire, rive gauche et rive droite. Un territoire qui ressemble quelque peu à un gruyère, mais visiblement sans incidence sur la création et la mise en route du pôle.

« Michel Lamarre a mis de l’eau dans son vin »

Édouard Philippe, maire du Havre et président du pôle métropolitain, s’adresse malgré tout aux irréductibles :

La balle est dans leur camp. S’ils changent d’avis, ils peuvent nous rejoindre, nous l’avons prévu dans nos statuts.

Avant d’ajouter :

Pont-Audemer nous avait fait savoir très tôt qu’ils ne voulaient pas adhérer car ils ne se considéraient pas sur le territoire de l’estuaire. En vérité, quand il a fallu se rapprocher de l’hôpital du Havre pour sauver le leur, là ils se sont sentis dans l’estuaire.

Même chose pour Honfleur :

Michel Lamarre a mis de l’eau dans son vin. Il a longtemps dit que ce c’était dangereux d’adhérer au pôle, aujourd’hui je crois que ses positions sont plus modérées.

De toute façon, pour Edouard Philippe, il ne doit pas y avoir d’opposition politique frontale dans le pôle.

On n’est pas dans le rapport de force, mais dans le consensus.

Cet argument suffira-t-il à convaincre Michel Lamarre, qui a toujours refusé que la communauté de communes de Honfleur n’ait plus voix au chapitre dans un grand pôle de l’estuaire constitué ? Pas si sûr : le maire de Honfleur redoute d’avoir pieds et mains liés :

Le problème du pôle havrais c’est qu’une fois qu’on y adhère, on ne peut plus en sortir si cela ne nous plaît pas.

Sans y être totalement opposé pour autant :

Si un jour ils prennent une délibération en faveur d’une ouverture, qui permettrait par exemple d’y associer aussi les chambres de commerce, les Départements, je pourrais envisager d’y aller.

« On a préféré le pôle de Caen »

En attendant, la communauté de communes du pays de Honfleur-Beuzeville, fruit d’une fusion des secteurs de Honfleur et Beuzeville, a déjà un pied dans le pôle de l’estuaire. L’ex-territoire de Beuzeville s’était prononcé pour, avant le regroupement.

« Je respecte les engagements de nos voisins et partenaires beuzevillais. Nous, sur l’ex-territoire de Honfleur, on a préféré adhérer au pôle métropolitain de Caen, qui lui est un pôle ouvert. Dans l’absolu, mon souhait est qu’on travaille avec tout le monde, même Rouen »

ajoute Michel Lamarre, qui conclut en faisant allusion aux différends qui l’ont opposé à Édouard Philippe, par le passé, et notamment aux recours intentés par Le Havre contre le projet de village des marques :

qu’on se mette à ma place deux minutes : si, il y a quelques années, Honfleur avait adhéré au pôle métropolitain havrais tel qu’il existe là, notre village des marques ne serait pas en train de sortir de terre aujourd’hui .

 

Commentaire de Florestan:

Michel Lamarre porte hélas bien son nom: à force de rester à l'amarre et à refuser de humer l'air du large c'est tout le port de Honfleur qui s'envase !

Le localisme est le cancer dont la Normandie a failli crever ! Grâce à la réunification elle a  droit enfin à une rémission mais il reste encore des métastases...