François Hollande n'arrive pas à fermer la plus vieille centrale nucléaire de France avant la fin de son mandat. En revanche, il confirme que le Canal Seine Nord Europe se fera... au détriment de l'axe naturel logistique de la Seine maritime et normande. On voit que le Rouennais Hollande a poussé l'art de la synthèse très loin dans le cynisme. D'un côté je réunifie la Normandie et de l'autre je la vide de son intérêt en autorisant le canal de Martine Aubry qui branchera le coeur de la France sur les ports de... Hollande !

Lire cet article de Paris-Normandie paru le 6 avril 2017 qui sonne le tocsin à moins qu'il ne s'agisse du glas:

Le canal seine-nord qualifié d'irréversible


 

Néanmoins, le lobby normand tend enfin à se structurer et à donner de la voie pour obliger les élus qui nous représentent  à l'action. Ainsi en est-il de la  délégation normande de la Fédération Nationale des Transports Routiers qui informe de ses actions passées à venir. L'Etoile de Normandie ne peut que soutenir totalement ces initiatives !

Madame, Monsieur, Cher Adhérent,

Les Présidents des conseils départementaux (Manche, Orne, Calvados, Seine-Maritime, Eure) + le Président de Région ont adressé un courrier à l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle concernant les enjeux et les priorités stratégiques pour la Normandie. (le courrier est annexé). Ces priorités se répartissent en 4 grandes catégories.

1 - L’axe-Seine.

o    LNPN

o    Modernisation de la ligne Serqueux / Gisors.

o    Accès direct à port 2000 (Chatière).

2 – L’enseignement supérieur et la recherche.

3 – Les infrastructures et les routes 

o    Contournement EST de Rouen.

o    La RN 13 entre Evreux et Chauffour.

o    La RN 12 entre Nonancourt et Alençon.

o    Le contournement Sud-Est de Caen.

4 – l’attractivité de la Normandie.

Notre lobbying a été efficace notamment auprès de Jean-Baptiste GASTINNE (Vice-président en charge des transports et des ports) car toutes nos revendications transmises depuis janvier 2016 sont mentionnées dans le courrier des élus normands. La RN12 n’y figurait pas jusqu’à présent, c’est maintenant inclus dans les revendications.

Notre présence à la commission infrastructure du MEDEF Normandie et nos actions de lobbying auprès des élus régionaux ont été efficaces !

Seule déception la déclaration la déclaration du Président de la République à propos du canal seine-nord qualifié hier « d’irréversible » (voir article de presse annexé). Ce sujet reste pour nous un sujet d’inquiétude majeur.

Je vous ré-adresse notre feuille de route écrite en janvier 2017 ci-dessous et transmise aux élus normands, elle reprend strictement toutes les revendications formulées par le G6.

Nous allons maintenant travailler à diffuser largement le Livre blanc de la FNTR « Ouvrir la route pour le prochain quinquennat » auprès de tous les élus régionaux et nationaux pour faire entendre la voie du transport routier.

Nous remercierons Jean-Baptiste GASTINNE par une salve d’applaudissements à l’occasion de notre Assemblée Générale le 17 mai Prochain. Rien que pour ça vous vous devez d’être présents !!!


16 janvier 2017

Madame, Monsieur, Cher adhérent,

2017 sera l'année de la campagne présidentielle mais également celle de l’élection des députés.

La Normandie (précédemment séparée) dispose dorénavant de frontières élargies. Cette ouverture doit s’accompagner d’une fluidification des principaux axes routiers de circulation. Il faut irriguer le territoire avec de grandes pénétrantes pour favoriser le développement des échanges en Normandie. C’est une question de bon sens, car la mobilité est un facteur de progrès inaliénable.

Or, nos rendez-vous avec les Présidents des Conseils Départementaux de Normandie, les déclarations quotidiennes des élus de tous bords à la presse TV ou écrite, confirment une nette propension à la culture « anti-camion » renvoyant systématiquement l’image d’un véhicule rétrograde, dangereux, polluant, et abîmant les routes. « Si les routes sont abîmées, ce n’est pas parce que les départements consacrent une part insuffisante à l’entretien du réseau routier secondaire, c’est parce que les camions abîment les routes » (sic). Une raison pour certains élus de justifier la taxation du poids-lourd.

De même, l’avenir des ports normands reste pour nous un sujet d’inquiétude majeur car l’activité maritime de la Normandie est menacée par le creusement du canal Seine-Nord. (Rappelons que la combinaison des Ports de Rouen et du Havre c’est 50 000 emplois et 5,8 milliards d’euros de richesse crée par an). Or le décrochage du port du Havre est notamment dû à deux facteurs : l’absence de desserte massifiée (rail, fleuve) et l’absence d’investissements financiers massif de l’Etat.

Nous allons donc mener une campagne de lobbying intense tout au long de l’année 2017 et demander des rendez-vous à toutes les personnalités politiques régionales afin de leur rappeler que :

§  Si le développement du rail et du fleuve est indispensable pour le développement de l’activité portuaire, il ne doit pas se faire au détriment de la route, car les trois modes de transport sont totalement complémentaires et la Normandie souffre d’un sous-investissement chronique au plan du réseau routier secondaire . Le camion rapporte plus qu’il ne coûte, toutes les taxes prélevées sur le poids-lourd doivent impérativement revenir aux poids-lourds.

§  Le creusement du canal Seine-Nord constitue une menace importante pour la Normandie. Il ne s’agit pas de s’opposer « pour s’opposer », il s’agit de mesurer avec pragmatisme les effets d’un chantier qui va considérablement pénaliser notre activité économique régionale au profit des ports du range nord européen (plus compétitif). Le Havre : 69 millions de tonnes / Rotterdam : 444 millions de tonnes / Anvers : 200 millions de tonnes. Il faut mettre un terme au décrochage du port du Havre.

§  Il faut finaliser la LNPN.

§  Il faut impérativement moderniser la voie ferroviaire « Serqueux-Gisors ».

§  Il faut une implication financière importante de l’Etat dans la liaison fluviomaritime avec la Seine (Chatière).

§  Contournement EST de Rouen : Nous devons obtenir l’assurance du premier « coup de pioche » dans des délais compressés et la mise en service de l’ouvrage au plus tard en 2024.

§  L’ouverture d’une réflexion immédiate sur l’élargissement de la RN12.

§  La N154doit être mise en 2 X 2 voies jusqu'à Orléans.

Concernant la transition énergétique, nous leur rappellerons que depuis plus de 20 ans, le TRM n’a cessé d’améliorer ses performances environnementales; aujourd’hui, 75% des véhicules de transport répondent aux normes Euro 5 et 6, les consommations d’énergie ont diminué de 30%, les émissions de CO2 par t.km transportées de 35%...Les poids-lourds sont impliqués dans moins de 5% des accidents de la circulation et la pollution aux particules fines émise par les poids-lourds c’est seulement 2% du volume total.

Enfin le transport routier c’est 400 000 emplois (40 000 emplois en Normandie); le secteur crée 10 000 emplois nets par an, avec les constructeurs, les carrossiers, les équipementiers, les distributeurs, les réparateurs, les pétroliers et les concessionnaires de péages, le camion induit un chiffre d’affaire de plus de 100 milliards d’euros en France…

La politique anti-routière, anti-camion qui vise à freiner ou réduire la mobilité des marchandises par la route est totalement suicidaire en Normandie comme ailleurs. Le camion moderne, connecté, alimenté par un mix énergétique, conduit par du personnel formé, exploité rationnellement par l’entreprise, n’est pas un problème, il est la solution. Les progrès technologiques sont annonciateurs d’un bel avenir au camion, GNV et diesel paraffinique en tête.  

Tous ces sujets et bien d’autres encore (concurrence étrangère, fiscalité, compétitivité, recrutement, développement durable, etc...) seront abordés dans nos correspondances et lors de nos rendez-vous, vous serez destinataires de nos comptes rendus.

 Le Délégué Régional

Jean-Marc PELAZZA

 

Jean-Marc PELAZZA / Délégué Régional

Tél .02 35 73 37 65 – Télécopie .02 35 73 48 69

www.fntr.fr

 

.