On peut comprendre que ceux qui sont obnubilés par leur intérêt particulier car ils leur faut vivre en permanence dans des urgences pour survivre, pour défendre une activité professionnelle et des savoir-faire précieux contre une concurrence agressive ou dans l'indifférence de ceux qui devraient les aider (les banques...) n'aient pas eu le temps ni la force de penser à jouer collectif à l'échelle pertinente, l'échelle normande, en l'occurence.

G_pim_96_1425396141

Alors que le syndicat CGT dispose d'un comité régional normand depuis 1976, les petits patrons des petites et moyennes entreprises normandes qui font pourtant l'essentiel du tissu industriel et économique de notre région vont enfin penser Normand et collectif. Car penser normand est la meilleure façon de remplir ou de garantir son carnet de commandes.

Lire l'article ci-dessous:

http://www.ouest-france.fr/normandie/cabourg-14390/les-pme-de-normandie-desormais-reunies-4894513

Syndicat. Les CPME de Normandie désormais réunies

  • Philippe Rosay, président de la confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) de Normandie.
  • Philippe Rosay, président de la confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) de Normandie. | Ouest-France

Par Renaud TOUSSAINT.

Les confédérations des PME (CPME) de Basse et Haute-Normandie se sont réunies, lors d'une première assemblée générale, qui s'est tenue le 30 mars 2017, à Cabourg (Calvados). Trois questions à Philippe Rosay, président de la confédération des petites et moyennes entreprises (ex-CGPME) de Normandie.

Les CPME de Basse et Haute-Normandie sont désormais réunies. Que représentez-vous aujourd’hui ?

La CPME (nouveau nom de la CGPME) de Normandie regroupe aujourd’hui 3 500 à 4 000 entreprises, comptant en moyenne dix à quinze employés. Vous avez toute une série d’entreprises tournées vers l’automobile et les ports autour de l’axe Seine, d’autres spécialisées dans l’énergie et en particulier le nucléaire, du côté de Cherbourg, mais aussi l’agroalimentaire… Ce sont des territoires complémentaires.

Qu’est-ce que ça change pour les entreprises ?

Cette réunification, c’est un symbole important. Mais pour le quotidien d’un entrepreneur, ça ne change pas grand-chose car, dans le monde de l’économie, les frontières entre régions n’existent pas.

Ce qui change en revanche, c’est que nous avons désormais un interlocuteur, la Région Normandie. Elle a tracé un certain nombre d’axes économiques et ciblé une vingtaine de filières qui, pour nous, vont dans le bon sens.

Quels sont les principaux enjeux des PME ?

La rupture digitale va nous occuper durant les prochaines années. C’est une question essentielle qui touche tous les domaines d’activité, et secteurs géographiques.

Lire aussi : Les sections Basse et Haute Normandie du syndicat hôtelier Umih s'unissent


 Commentaire de Florestan:

Le grand mouvement de réunification des institutions de la société civile normande commencée en 2004 avec l'église catholique recréant l'antique province ecclésiastique de Rouen, est désormais presque achevé dans tous les secteurs un an après la réunification officielle de la Normandie au 1er janvier 2016: entreprises, associations, mouvement sportif, culture, pêche, agriculture, syndicats, la réunification est en cours ou en passe de l'être d'ici la fin de l'année 2017...

Manquent à l'appel les acteurs d'un seul secteur et non le moindre:

LES BANQUIERS !